[bannière] Belinfos.be, toute l'actualité en Belgique francophone Site belge francophone


134 sources différentes


18/08/2019 - SOLIDARITE : 2 sources

1 - Amnesty (Belgique - section francophone)
2 - OXFAM


SOLIDARITE (1) : Amnesty (Belgique - section francophone)

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Inde, les libertés civiles de la population du Jammu-et-Cachemire en grand danger Amnesty (Belgique - section francophone)

En Inde, les régions de Jammu et du Cachemire sont privées de moyens de communication, empêchant la population locale de communiquer mais également de revendiquer ses droits.

- Actualités / ,
Inde, il faut rétablir les réseaux de communication et le dialogue avec la population de Jammu-et-CachemireAmnesty (Belgique - section francophone)

Alors que l'Inde commémore le 73e anniversaire de son indépendance, la population de l'État de Jammu-et-Cachemire subit des restrictions violentes pesant sur les communications.

- Actualités / ,
Ahmadreza Djalali ramené à la prison d'EvinAmnesty (Belgique - section francophone)

Amnesty est soulagée de savoir où se trouve le professeur de la VUB, mais sa situation reste très préoccupante

- Actualités / ,
Dossier pédagogique primaires 2010 — Les RomsAmnesty (Belgique - section francophone)
- Enseignement primaire
Il y a trop de plastique dans la merAmnesty (Belgique - section francophone)

Journée mondiale des réfugiés : les politiques européennes et belges ne laissent que peu de choix aux personnes qui fuient les persécutions dans leur pays. Signez notre pétition !

- Signer en ligne / , , , , ,
Nos formulaires d'inscriptions pour les jeunesAmnesty (Belgique - section francophone)
- Agir à l'école
Comment créer un groupe école ?Amnesty (Belgique - section francophone)

Recette pour créer un groupe-école
Pour créer un groupe d'Amnesty dans ton école, tu as besoin : d'une école (on en trouve un peu partout, et en principe tu dois en connaître une) d'autres jeunes motivés (une dizaine suffira, mais ça peut être plus, en fonction des goûts)... Pas nécessairement des élèves de ton année ! Pas nécessairement des copains... Fais de la pub, tu verras que des tas d'jeunes sont potentiellement intéressés. d'un ou de plusieurs profs qui pourront servir en cas de pépins et t'aider à (...)

- Agir à l'école
Pourquoi Amnesty marche pour le climat ?Amnesty (Belgique - section francophone)

Les Changements climatiques : une des menaces les plus urgentes pour nos droits fondamentaux

- Blog — Paroles de chercheurs, de défenseurs et de victimes / ,
La situation des droits humains en Belgique en 2018Amnesty (Belgique - section francophone)

Royaume de Belgique
Chef d'État : Roi Philippe
Chef du gouvernement : Charles Michel
Les conditions de détention sont demeurées déplorables et ont été exacerbées par les grèves du personnel pénitentiaire. Trop peu de mesures ont été prises pour empêcher la pratique du profilage ethnique par la police. Le gouvernement a repris la pratique de la détention d'enfants pour des raisons liées à la migration. De nouvelles règles ont été proposées en ce qui concerne les droits des victimes d'attaques terroristes. (...)

- Les droits humains aujourd'hui 2018 /
MARATHON 2018 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURES DES DROITS HUMAINSAmnesty (Belgique - section francophone)

Chaque fin d'année, Amnesty International demande à ses sympathisants de par le monde de signer des pétitions en ligne pour 9 individus ou groupes d'individus en danger. Ce Marathon des lettres permet que chaque année, de véritables changements surviennent. Des personnes injustement emprisonnées sont libérées. Des tortionnaires sont traduits en justice. Des détenus sont traités plus humainement. Et ceci, grâce à vos signatures.
Cette année, les 9 individus en danger du Marathon des lettres sont des (...)

- Signer en ligne /
SADC, il faut redoubler d'efforts pour protéger les personnes albinosAmnesty (Belgique - section francophone)

Les dirigeants de la SADC doivent assurer la sécurité de ce groupe vulnérable, en luttant notamment contre l'impunité généralisée

- Actualités / , , , ,
Égypte, l'amer héritage du massacre de Rabaa hante encore la populationAmnesty (Belgique - section francophone)

Le 14 août 2013, au moins 900 personnes, participant aux sit-in antigouvernementaux, avaient été tuées par les forces de sécurité

- Actualités / , ,
La vie d'une défenseure des droits humains est menacéeAmnesty (Belgique - section francophone)

Le 6 juillet, des hommes non identifiés sont entrés par effraction chez Danelly Estupiñan, désactivant le système de sécurité de sa porte alors qu'elle n'était pas chez elle. Plusieurs organisations de défense des droits humains ont signalé que des personnes non identifiées avaient payé d'autres personnes pour la tuer.
Le Processus des Communautés Noires et d'autres organisations ont informé le bureau du procureur de l'attaque et du fait que la vie de Danelly Estupiñan était menacée et ont demandé une (...)

- Écrire des lettres / , , ,

SOLIDARITE (2) : OXFAM

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
L’action d’Oxfam en 2018OXFAM

Lisez notre rapport annuel

Climate justice now!OXFAM
Les personnes les plus pauvres subissent le plus les conséquences de la crise climatique. Pourtant, elles y ont le moins contribué. Ensemble, nous pouvons lutter pour la justice climatique. Adressez votre revendication à nos politicien.ne.s.
Français
Image: 
Background: 
Envie de lancer un message au futur gouvernement durant les festivals ?OXFAM
04/07/2019

Climate Justice Now ! Après avoir résonné durant les marches pour le climat, Oxfam-Solidarité vous invite à le faire entendre aux politiciens durant les festivals.

Cet été, Oxfam ne relâche pas sa mobilisation pour le climat et propose aux festivaliers et festivalières d’exiger une meilleure justice climatique au futur gouvernement.

Pas un grand fan de festivals ? Personne n’est parfait, vous pouvez tout de même transmettre votre revendication climatique à notre gouvernement en ligne.

Transmettez votre revendication

Pourquoi la crise climatique nous concerne tout.e.s ?

La planète se réchauffe. Mais les conséquences de ce changement climatique ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Ce sont les communautés défavorisées - avec lesquelles Oxfam travaille - qui payent le prix fort. Et pourtant, elles en sont les moins responsables.

Dans quels festivals nous retrouver ?

Nous sommes présents dans tous les grands festivals ! Après Couleur Café et Les Ardentes, nous serons aussi présents à Dour (10-14 juillet), au LaSemo (12-14 juillet), aux Gentse Feesten (24 juillet), au Pukkelpop (15-18 août) et au Solidarités (23-25 août).

Une journée spéciale Oxfam aux Gentse Feesten

Le mercredi 24 juillet ne sera pas une journée comme les autres ! Oxfam organise en effet à cette date son One Day for Another World. 
 
L’occasion de venir vous faire prendre en photo avec votre groupe d’ami.e.s afin de soutenir la justice climatique. Mais aussi de profiter d’une programmation musicale exceptionnelle sur la place Walter de Buck, sous le signe de la solidarité :
  • De Straatschenders (Gand)
  • A La Rum (les pères fondateurs du folk flamand)
  • Bai Kamara Jr. (chanteur-compositeur Sierra Léonais)
  • Amadou & Mariam (le célèbre et génial duo malien)
  • Selda Bağcan (LA chanteuse-contestatrice anatolienne, de Turquie)
  • TK Russell (l’enfant-prodige congolais)
  • DJ Maga Bo

Vous venez aussi ?

Thème: 
L’action d’Oxfam en 2018OXFAM
19/06/2019

En 2018 Oxfam est venue en aide à 22,3 millions de personnes dont 53 % de femmes et de filles. Nous avons aussi mobilisé 1,8 million de personnes autour de nos actions contre la pauvreté et les inégalités. Envie d’en savoir plus ?

Quelques actions d’Oxfam-Solidarité en 2018 :

  • 66 projets de partenaires locaux soutenus dans 25 pays.
  • Des actions humanitaires dans 16 pays.
  • Un budget investi à 69 % dans des programmes visant à lutter contre la pauvreté et les inégalités.
  • De l’eau potable fournie à 500 000 personnes après le tsunami en Indonésie.
  • 95 910 personnes aidées au Yémen, pays déchiré par une guerre civile.
  • Une pétition pour une fiscalité équitable, rassemblant 13 778 signatures, remise au ministre de l’Économie Kris Peeters.
  • Au Salvador, l’amélioration de la qualité de vie pour 60 000 personnes, au sein de 150 communautés rurales.
  • Un soutien à 50 000 ouvrièr.e.s du Sud-Est asiatique pour de meilleures conditions de travail.

Lisez notre Rapport annuel 2018

Notre Rapport annuel vous donne un aperçu clair

Notre rapport annuel vous informe sur qui nous sommes, ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons. Il contient aussi nos résultats financiers. Bref, c’est l’outil parfait pour tout savoir sur Oxfam.

« Je suis très fière de ce que nous avons réalisé en 2018. Grâce à l’implication de nos supporters, donateurs, bénévoles et employés, nous avons obtenu la confiance de 79 % des Belges. Nous terminons l’année avec un nombre record de 23 633 nouveaux donateurs mensuels. » Eva Smets, directrice générale

Transparence des chiffres

Par souci de transparence, nous communiquons nos résultats annuels détaillés.

Lisez notre Rapport annuel 2018

Ces volontaires qui posent un autre regard sur les migrant.e.s à LesbosOXFAM
19/06/2019

À l’occasion de la Journée Mondiale des Réfugié.e.s, le 20 juin, des associations encadrées par des volontaires venu.e.s de tous les pays d’Europe témoignent de leur engagement envers les migrant.e.s arrivé.e.s en Grèce à travers ses îles, surtout Lesbos. Ces milliers de personnes sont #LesVisagesDeLaSolidarité envers les migrant.e.s.

 

Aux portes de l'Europe forteresse, des citoyen.ne.s solidaires

Pour Lena, native de l’île de Lesbos, le plus important c’est de rassembler les gens. C’est pour cela qu’elle a ouvert le restaurant Nan ("pain" dans différentes langues parlées par les exilés) sur l’île grecque de Lesbos, avec trois autres amies également originaires de l’île. « Ce qui était important pour nous, c’était de rassembler des gens, de partager nos idées, nos talents et de découvrir de nouveaux arômes. »

Nan accueille une clientèle attirée par des korma de poulet pakistanais ou des courgettes farcies à la syrienne. Mais c’est bien plus qu’un restaurant : Nan est un magnifique exemple de coexistence, où les gens prennent le temps de se rencontrer tout en cuisinant. «Tout le monde travaille ensemble, mange ensemble, et partage de bons moments. Nous formons une nouvelle famille », raconte Abdul, le chef originaire du Pakistan.

Un "petit monde" à part

L’initiative de Lena n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de personnes qui s’investissent dans des actions de solidarité avec des réfugié.e.s et des bénévoles en provenance de toute l’Europe. C’est cette idée de coexistence qui a poussé un groupe de parents de Mytilène, le chef-lieu de l’île, à fonder l’association Mikros Dounias, « petit monde » en grec.

Ensemble, les parents sont partis de zéro pour créer un espace éducatif, planté au milieu des forêts de pins de l’île. Chaque jour, les enfants des environs et les enfants réfugiés jouent ensemble et apprennent les uns des autres en grec, en anglais et parfois en arabe. À travers le jeu, les enfants apprennent des valeurs universelles comme l’amour, l’hospitalité et la bonté.

Une écoute à l'abri des zones de conflits

Le centre Bashira est un autre exemple de solidarité qui a vu le jour à Mytilène. Cette initiative est née de la volonté de volontaires grecques et européennes d’offrir un espace de sécurité et de protection à destination des femmes forcées de fuir des zones de conflit. Elles peuvent s’y rassembler en toute sécurité pour assister à des cours de langue, tisser des relations sociales et trouver une écoute attentive.

En cette journée mondiale des réfugiés, Oxfam-Solidarité tient à mettre en avant ces mille visages de la solidarité. De Calais à Lesbos, en passant par la Belgique ou l’Italie, des volontaires portent ces initiatives solidaires un peu partout sur le continent européen.

#LesVisagesDeLaSolidarité

Vous aussi, marquez votre soutien à ces personnes qui ont choisi de mettre la solidarité au cœur de leur action pour soutenir des familles déracinées. Partagez notre vidéo ! #LesVisagesDeLaSolidarité.

Partagez la vidéo

Sur les îles grecques de Lesbos, Chios, Samos, Kos et Leros, les migrant.e.s sont parqué.e.s dans des camps surpeuplés. De plus, ces personnes n’ont pas d’accès suffisant à l’information et à l’aide juridique. Il.elle.s sont aussi régulièrement mis.e.s sous pression pour accepter un retour forcé dans leur pays d’origine au lieu de leur permettre de déposer leur demande d’asile.
En Belgique, en Italie, en Grèce, en Jordanie ou encore en RD Congo, Oxfam apporte son aide aux personnes qui ont été forcées de quitter leur foyer : soutien psychologique, accès à l’eau, à la nourriture et aux informations légales.

 

Thème: 
Cyclones Idai et KennethOXFAM

Faites un don

Plan climat belge : quelle place pour les droits humains ? OXFAM
13/06/2019
Selon Oxfam-Solidarité, le Plan Climat belge n’est pas assez ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il manque aussi clairement d’ambition en matière de promotion des droits humains. 
 
Les 6 derniers mois ont vu défiler des dizaines de milliers de citoyen.ne.s exigeant une politique climatique ambitieuse et socialement juste. La Loi Climat demandée à cor et à cri par les manifestant.e.s n’a finalement pas été adoptée par cette législature. Elle sera peut-être remise à l’ordre du jour politique dès que la Belgique se dotera d’un nouveau gouvernement. Une chose est sûre : la Belgique devra en tous les cas remettre en décembre 2019 son Plan National Intégré Energie Climat pour 2021-2030.

C’est quoi un Plan Climat ? 

Ce plan détaille la manière dont la Belgique entend atteindre les objectifs qui ont été fixés au niveau européen. Notre pays doit notamment réduire ses émissions à effet de serre de 35% par rapport à 2005 à l’horizon 2030. Afin de progresser dans cette voie, les 28 ont déjà soumis leurs premières propositions nationales fin 2018. 
 
La législation européenne oblige aussi chaque pays à mettre en place une consultation publique, ce que notre gouvernement en affaires courantes a fait le 4 juin dernier. Elle sera accessible jusqu’au 15 juillet et donne aux citoyen.ne.s la possibilité de s'exprimer sur les engagements pris au niveau belge.
 
Loi Climat ou pas, la Belgique devra finaliser ce Plan et l’Union Européenne veillera à ce que ce soit respecté. Mais il reste peu de temps pour agir face à l’urgence climatique. La législation européenne a le mérite d’exister mais elle n’intègre pas les recommandations du GIEC de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 65% par rapport à 1990 à l’horizon 2030 pour limiter la hausse de la température à + 1.5ºC. Une Loi Climat belge permettrait d’intégrer ces objectifs plus ambitieux. De nombreux pays comme le Royaume-Uni, la France ou les Pays Bas en ont déjà adopté une. C’est donc surtout une question de volonté politique. 

Le Plan Climat belge pas assez inclusif selon Oxfam

Le Plan Climat omet d’incorporer des garde-fous pour la protection des droits humains bien que ce soit exigé par l’UE et prévu par l’accord climatique adopté à la COP de Paris en 2015. A part quelques références à la précarité énergétique en Belgique, le Plan ne fait référence ni à la sécurité alimentaire, ni à la justice de genre ni aux autres objectifs de développement durable. 

Quelles conséquences pour les pays du Sud ? 

Le Plan Climat prévoit notamment une augmentation sans précèdent de l’utilisation des agrocarburants. Or, ce n’est pas en Belgique que l’essentiel de ces agrocarburants sont produits, mais plutôt au Paraguay, au Brésil, ou en Argentine où ont déjà été constatées des violations des droits humains. Un rapport récent d’Oxfam montre comment des populations en Tanzanie ont été déplacées de leurs foyers pour produire des agrocarburants consommés sur le marché belge. De plus, lorsque ces plantations empiètent sur les terres des communautés, les violences sexuelles, les viols et les différents abus envers les femmes et les filles augmentent considérablement.
 
Une augmentation de la température aura des conséquences importantes pour les populations du Sud. Il est prouvé que le changement climatique modifie notamment l’intensité et la fréquence des cyclones. Les crises humanitaires qui ont suivi le passage des cyclones Idai et Kenneth en Afrique australe ont démontré une fois de plus les conséquences dévastatrices de ce type de phénomènes. 
 
Comme l’a montré le récent rapport d’un groupe d’experts belges, la version actuelle du Plan Climat ne permet pas de respecter les objectifs de l’Accord de Paris ni d’opérer une transition juste vers une société décarbonée bien avant 2050. 

Participez à la consultation publique

Si vous aussi vous voulez demander aux autorités belges de respecter les droits humains dans sa politique climatique et de réduire drastiquement la part des agrocarburants dans son Plan Climat, participez à la consultation publique.

Oxfam a déjà transmis ses recommandations pour que les droits humains soient mis en avant dans le Plan Climat. Vous pouvez vous aussi transmettre cette proposition au bureau d’enquête en l’envoyant par mail à : pnec@enquete.belgium.be

Thème: 
Commission indépendante : un rapport porteur d’espoir OXFAM
12/06/2019

C’est aujourd’hui que la commission indépendante publie son rapport final. Elle a mené une enquête sur les pratiques et la culture interne de la confédération Oxfam.

Février 2018. Oxfam fait les gros titres des journaux. En cause, des faits d’abus sexuels commis en Haïti en 2011, dans le contexte de notre aide d’urgence à la suite du tremblement de terre.

Ces inconduites, commises par d’anciens collaborateurs d’Oxfam Grande-Bretagne, étaient totalement répréhensibles, et allaient à l’encontre des valeurs défendues par Oxfam.

Un plan d'action mondial

Oxfam s’est immédiatement attelée à la mise en place d’un plan d’action étendu. Son objectif, apporter des solutions pour prévenir et réagir aux inconduites au sein de l’organisation.
 
Parmi les points de ce plan figurait la mise en place d’une commission d’enquête indépendante. Durant près d’un an, elle est allée à la rencontre de collaborateur.trices de la confédération Oxfam, à travers le monde entier. Aujourd’hui, la commission publie son rapport définitif sur independentcommission.org. Parallèlement, nos collègues d’Oxfam Grande-Bretagne ont apporté leur soutien à la Charity Commission. Cet organisme britannique a mené une autre enquête sur leur culture interne en matière de protection et de prévention.

Une enquête indépendante : un souhait d’Oxfam

C’est Oxfam elle-même qui a émis le désir d’une enquête totalement indépendante. Notre organisation prend donc les recommandations du rapport très à cœur. Nous souhaitons apprendre de nos erreurs.
 
Le rapport contient des vérités difficiles à entendre. Elles doivent nous aider à apporter le changement que nous voulons voir dans notre organisation. Des progrès ont déjà été réalisés au cours de l’année écoulée, mais ce rapport nous pousse à aller encore plus loin.
Nous ne tolérerons jamais que des collaborateurs.trices abusent de leur position pour nuire aux personnes que nous sommes censés aider.

Des recommandations pour aller plus loin

Le rapport apporte des recommandations supplémentaires sur la manière dont Oxfam peut s’attaquer à toute forme d’intimidation, d’abus ou d’exploitation sexuelle. Nous souscrivons à ces recommandations, et agirons en fonction de celles-ci.

Cette transition a déjà été amorcée l’année dernière, sur base du plan d’action international. La commission relève d’ailleurs les progrès déjà enregistrés par Oxfam dans l’amélioration de nos directives et procédures. Elle reconnait également les avancées obtenues dans la mise en place d’une culture positive au sein d’une organisation aussi grande, diverse et internationale que la nôtre. Néanmoins, le rapport souligne de façon claire que le travail est loin d’être terminé.

Winnie Byanyima, directrice d'Oxfam International :

« Je me sens encouragée lorsque la commission dit qu’Oxfam, en plus des changements déjà apportés, dispose du potentiel pour devenir une organisation responsable, qui protège les gens pour qui elle travaille. J’ai pleinement confiance dans notre capacité à nous investir encore davantage en termes de responsabilité et de transparence. Nous pouvons jouer un rôle de meneur dans l’évolution de tout le secteur, et la commission reconnaît ce potentiel. »

De nouvelles actions

Nous avons enclenché de nombreux changements au cours des 15 derniers mois, dans le cadre du plan d’action international. Et nous continuerons à adapter notre culture et à améliorer nos mesures internes de protection.
 
  • Création d’un fonds mondial pour l’intégrité. Il permettra d’investir afin de renforcer la capacité des organisations sociales locales de première ligne.
  • Renforcement des mesures de protection dans 13 lieux à risque, au bénéfice des communautés locales et, plus largement, du secteur humanitaire.
  • Nomination d’un Chief Ethics Officer, dont le rôle est de veiller à ce que les valeurs et normes éthiques d’Oxfam restent inscrites au cœur de notre ADN ; et soient respectées par toutes et tous
  • Nomination d’un nouveau collaborateur international, dont le rôle sera de diriger le processus de transformation culturel – ancré dans des principes féministes – à travers toute la confédération. 
     

Bilan positif pour Oxfam en Belgique 

Avant le rapport de la commission, il y a eu celui – l’année dernière – de l’examen indépendant mené à la demande d’Alexander De Croo, alors ministre de la Coopération au développement. Cet examen avait conclu que la direction, les collaborateurs et les bénévoles d'Oxfam-en-Belgique étaient résolument attentifs à l'intégrité dans leurs actions.
 
Nous avons malgré tout introduit en Belgique une série de mesures internes complémentaire. Elles visent à renforcer encore cette intégrité et à garantir l’élimination de toute forme d’abus au sein de l’organisation.
 
Une organisation où tout le monde se sent en sécurité, respecté et valorisé
 
Winnie Byanyima: 
« Nous menons des campagnes pour la justice, et nous avons donc le devoir de vivre selon les valeurs pour lesquelles nous luttons, et que nous attendons des autres. La commission apporte une contribution précieuse à Oxfam. Elle nous permet de devenir une organisation au sein de laquelle tout le monde se sent en sécurité, respecté et valorisé. Nous ferons tout pour atteindre cet objectif. »
 
Vous avez des questions ? Envie de réagir ? Contactez notre collègue Myriam par mail, ou par téléphone au 02 501 67 88
 

 

Burkina Faso: comment le lait local permet aux familles de survivreOXFAM
06/06/2019

Fatoumata et Hantou sont productrices de lait au Burkina Faso. Une situation qui est loin d’être évidente et pourtant ces femmes fortes parviennent à survivre grâce au lait qu’elles produisent.

Fatoumata est productrice de lait à Koto Dougo, un village situé à 20 km de la ville de Bobo Diulasso au Burkina Faso. Elle se lève tous les jours à 6 heures du matin pour traire ses vaches, ainsi que celles des 12 familles avoisinantes. Ensuite, elle marche pendant près d’une heure et demi pour vendre le lait en ville. Avec le bénéfice qu’elle en retire, elle fait face à ses besoins quotidiens. Ensuite, elle rentre au village et distribue le reste de l’argent entre les femmes de sa communauté.

Les conséquences néfastes du dérèglement climatique

Le dérèglement climatique se fait bien ressentir pour Fatoumata, avec des sécheresses qui chaque année sont de plus en plus extrêmes. « J’ai une douzaine de vaches, mais il n’y a plus d’herbe ici. Il faut aller de plus en plus loin pour trouver des pâturages où les vaches peuvent paître », raconte Fatoumata. 

Les vaches à lait burkinabées produisent à peine 3 litres de lait par jour, alors que les vaches européennes produisent en moyenne 15 litres de lait quotidiennement. Mais grâce à une meilleure alimentation, les vaches burkinabées peuvent donner 5 à 6 litres de lait par jour. Grâce aux efforts d’Oxfam et de ses partenaires locaux pour améliorer la qualité de l’alimentation des vaches laitières, elles produisent deux fois plus de lait par jour.

Le lait, source de vie pour les fermières et leurs familles

Grâce au bénéfice tiré de la vente de son lait, Fatou peut donner un peu d’argent à ses filles et à ses belles-filles pour qu’elles puissent subvenir à leurs propres besoins. Chaque jour, elle gagne entre 2 000 et 3 000 FCFA (entre 3 et 4 euros). Ca semble peu et pourtant, c’est un montant qui fait une énorme différence pour beaucoup de familles au Burkina Faso. « Il n’y a pas d’autre travail », reconnaît Hantou, elle aussi productrice de lait. « Le bétail, c’est ma vie. Sans l’argent que je tire de la vente de mon lait, je ne peux pas nourrir ma famille. »

Oxfam soutient le lait local

Pour stimuler la production et la vente de lait local, Oxfam soutient des petites laiteries, comme Kossam de l’Ouest (photo). 40% du lait utilisé par cette toute petite exploitation est local. Elle commercialise du lait frais et des produits dérivés comme du yaourt. Dans le futur, elle envisage d’étendre sa production à d’autres produits, comme du beurre. Kossam de l’Ouest compte déjà 75 unités de production, qui achètent du lait frais à plus de 600 fermiers et fermières, comme Hantou et Fatoumata.

 

Oxfam soutient les laiteries et les familles:

 
  • En donnant des formations pour transformer le lait en produits dérivés, comme du yaourt
  • En fournissant le matériel approprié pour moderniser les laiteries : des machines de pasteurisation, du matériel d’emballage, des frigos, des moteurs pour le transport du lait
     

Grâce à votre soutien, des familles comme celles de Hantou et Fatoumata peuvent améliorer leurs vies.

Concurrence du lait en poudre européen

Le lait burkinabé doit faire face à la concurrence du lait en poudre européen bon marché. Le secteur laitier européen produit beaucoup trop de lait. Les grandes entreprises achètent ce lait à un prix extrêmement bas et revendent les excédents sur les marchés ouest-africains. Ce lait en poudre importé coute jusqu’à 30% moins cher que le lait produit localement et est de moins bonne qualité. Un litre de lait local coute 0,91 euro au Burkina Faso, alors qu’un litre de lait en poudre européen coute à peine 0,34 euro. Pour cette raison, Oxfam apporte son soutien à la commercialisation du lait local burkinabé.


 

 

Oxfam Peacewalker : le vent et la pluie n’ont pas fait reculer la solidarité !OXFAM
01/05/2019

Pour sa 4e édition, Oxfam Peacewalker peut à nouveau être fier de son succès : le samedi 27 avril, 84 équipes de 4 marcheurs sont parties du Peace Village, à Messines, et 340 participant.e.s ont atteint la ligne d’arrivée dans le temps imparti.

Leur défi : terminer le parcours de 42,2 km dans le Westhoek en moins de 10 heures. Au préalable, les équipes ont récolté ensemble environ 85.000 euros pour soutenir les projets Oxfam dans le monde entier.

Si le soleil a parfois pointé le bout de ses rayons, notamment pour encourager les marcheurs et marcheuses au départ, c’est le vent et la pluie qui les auront accompagné.e.s sur une bonne partie du trajet. Mais il en faut plus pour décourager les équipes, qui se préparent depuis des semaines à l’Oxfam Peacewalker.

Oxfam Peacewalker : une ambiance festive et familiale

La marche est jalonnée de plusieurs checkpoints, où les équipes peuvent souffler un moment et se ravitailler. Pour leur (re)donner des forces, deux groupes de percussion les y ont accueillies avec des rythmes endiablés : Taiko Project et leurs tambours japonais, et le collectif féministe Famba et leurs influences reggae-funk.

Au bout des 42,2 km, les marcheurs avaient toujours le sourire et traversaient la ligne d’arrivée au Peace Village de Messines, sous les applaudissements des bénévoles et des supporteurs qui les ont poussés à se dépasser.

Revivez Oxfam Peacewalker en photos

Oxfam Peacewalker 2019 en chiffres

  • Cette année, 84 équipes étaient sur la ligne de départ.
  • La première équipe « Le Carré d’Agneau » a franchi la ligne d'arrivée après seulement 6 heures et 21 minutes, ayant parcouru un authentique marathon,
  • et la dernière équipe après 10 heures de marche.
  • Au total, 340 des 348 participants ont ainsi pu franchir la ligne des 42,2 km.
  • Ensemble, tous les participants ont récolté près de 85.000 euros en faveur des projets d'Oxfam-Solidarité.

Des bénévoles essentiels

Oxfam Peacewalker a pu en outre compter sur une centaine de bénévoles motivés pour faire de cette quatrième édition un véritable succès. En comptant les équipes de supporteurs et de secours, près de 1000 personnes ont été au rendez-vous. Nous souhaitons toutes les remercier, ainsi que les membres de la Croix Rouge et les nombreux donateurs qui ont contribué à ce grand succès.

 

Rendez-vous en août pour l’Oxfam Trailwalker

Oxfam Trailwalker, c’est un peu le grand frère de l’Oxfam Peacewalker. Il a lieu le 30 août et 1 septembre prochain. Au programme : 100km à parcourir par équipe de 4, en moins de 30 heures.

Cette année, l’événement soufflera ses 11 bougies. Et pour l’occasion, c’est dans une nouvelle région que nous vous emmenons. Après les Hautes Fagnes, place en effet à Saint-Hubert et sa magnifique forêt.

Pas trop sportif, mais envie de participer ? Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles !

Tout savoir sur l’Oxfam Trailwalker