[bannière] Belinfos.be, toute l'actualité en Belgique francophone Site belge francophone


134 sources différentes


18/06/2019 - SOLIDARITE : 2 sources

1 - Amnesty (Belgique - section francophone)
2 - OXFAM


SOLIDARITE (1) : Amnesty (Belgique - section francophone)

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Famille ouïghoure livrée à la police chinoise par l'ambassade belge : il faut une enquêteAmnesty (Belgique - section francophone)

Toute la lumière doit être faite sur ces événements

- Actualités / , , ,
Chine-Ouïghour : Un million de personnes en camp de « rééducation »Amnesty (Belgique - section francophone)

Les autorités visent surtout les membres de minorités majoritairement musulmanes dans la région ouïghoure du Xinjiang

- Actualités / ,
Dossier pédagogique primaires 2010 — Les RomsAmnesty (Belgique - section francophone)
- Enseignement primaire
Nos formulaires d'inscriptions pour les jeunesAmnesty (Belgique - section francophone)
- Agir à l'école
Comment créer un groupe école ?Amnesty (Belgique - section francophone)

Recette pour créer un groupe-école
Pour créer un groupe d'Amnesty dans ton école, tu as besoin : d'une école (on en trouve un peu partout, et en principe tu dois en connaître une) d'autres jeunes motivés (une dizaine suffira, mais ça peut être plus, en fonction des goûts)... Pas nécessairement des élèves de ton année ! Pas nécessairement des copains... Fais de la pub, tu verras que des tas d'jeunes sont potentiellement intéressés. d'un ou de plusieurs profs qui pourront servir en cas de pépins et t'aider à (...)

- Agir à l'école
Pourquoi Amnesty marche pour le climat ?Amnesty (Belgique - section francophone)

Les Changements climatiques : une des menaces les plus urgentes pour nos droits fondamentaux

- Blog — Paroles de chercheurs, de défenseurs et de victimes / ,
La situation des droits humains en Belgique en 2018Amnesty (Belgique - section francophone)

Royaume de Belgique
Chef d'État : Roi Philippe
Chef du gouvernement : Charles Michel
Les conditions de détention sont demeurées déplorables et ont été exacerbées par les grèves du personnel pénitentiaire. Trop peu de mesures ont été prises pour empêcher la pratique du profilage ethnique par la police. Le gouvernement a repris la pratique de la détention d'enfants pour des raisons liées à la migration. De nouvelles règles ont été proposées en ce qui concerne les droits des victimes d'attaques terroristes. (...)

- Les droits humains aujourd'hui 2018 /
MARATHON 2018 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURES DES DROITS HUMAINSAmnesty (Belgique - section francophone)

Chaque fin d'année, Amnesty International demande à ses sympathisants de par le monde de signer des pétitions en ligne pour 9 individus ou groupes d'individus en danger. Ce Marathon des lettres permet que chaque année, de véritables changements surviennent. Des personnes injustement emprisonnées sont libérées. Des tortionnaires sont traduits en justice. Des détenus sont traités plus humainement. Et ceci, grâce à vos signatures.
Cette année, les 9 individus en danger du Marathon des lettres sont des (...)

- Signer en ligne /
Il faut sauver l'Aquarius ! Venez manifester avec nousAmnesty (Belgique - section francophone)

Ce navire a sauvé des dizaines de milliers de vies, à nous de le sauver ! RDV le 6/10 place du Luxembourg à 12h
Le 6 octobre marquera le 5e anniversaire du naufrage de Lampedusa qui avait à l'époque causé la mort de 368 personnes.
Quel meilleur hommage à celles et ceux qui sont mort·e·s il y a cinq ans que de veiller à ce que l'Aquarius, symbole de solidarité et de respect de la vie et de la dignité humaines, puisse continuer à sauver des vies.
Il y a quelques jours, Amnesty International interpellait (...)

- Agenda / ,
Le Fil Avril-Juin 2018Amnesty (Belgique - section francophone)

L'édito : Un geste puissant Moi aussi #jesuishumain-e : le témoignage de celles et ceux qui accueillent des personnes réfugiées« Maintenant certains y réfléchissent à deux fois avant de tweeter... » : La censure en Espagne La liberté d'expression en question et en animations Interview de Idil Eser et Júlia Iván : Au coeur de la menace Déclaration universelle des droits de l'homme : Un rempart pour les droits humains Interview de Teodora (...)

- Le Fil Avril- Juin 2018
Des réfugiés et des demandeurs d'asile en détention arbitraireAmnesty (Belgique - section francophone)

Quinze réfugiés et demandeurs d'asile – 14 hommes et une femme – venus de la République démocratique du Congo (RDC) et un réfugié venu d'Éthiopie sont actuellement détenus au Troisième poste de police de la ville de Pemba, dans la province de Cabo Delgado, au Mozambique. Ils sont retenus depuis le 17 janvier et n'ont pas reçu les soins médicaux dont ils ont besoin ni une nourriture suffisante.

- Écrire des lettres / , , , ,
Des dizaines de personnes sont toujours en détention Amnesty (Belgique - section francophone)

Après l'adoption d'une loi d'amnistie par l'Assemblée nationale du Nicaragua, 56 personnes ont été libérées le 11 juin 2019, dont les dirigeants étudiants Amaya Coppens et Christopher Olivas et les journalistes Lucía Pineda Ubau et Miguel Mora. Des dizaines de personnes sont cependant toujours en détention, et la loi d'amnistie adoptée dernièrement menace toujours les droits des victimes de la crise à la vérité, à la justice et à des réparations. Nous demandons instamment aux autorités du Nicaragua de (...)

- Écrire des lettres / , , , ,
Myanmar/Bangladesh : Les personnes âgées privées de leur dignitéAmnesty (Belgique - section francophone)

Des milliers de personnes âgées sont abandonnés par un système humanitaire qui ne répond pas à leurs besoins

- Actualités / , ,
Burkina Faso : Le nouveau code pénal pourrait restreindre les libertés publiques Amnesty (Belgique - section francophone)

Il pourrait notamment conduire jusqu'à dix ans de prison pour diffusion d'information sur les opérations militaires

- Actualités / ,
Éthiopie : La Commission des droits humains doit être réforméeAmnesty (Belgique - section francophone)

La Commission ne remplit pas son rôle tandis que le pays tente de rompre avec un passé répressif

- Actualités / ,
Réunion du groupe 1 de LiègeAmnesty (Belgique - section francophone)

Le groupe 1 de Liège se réunit le 29 août. N'hésitez pas à les rejoindre et à vous engager, avec eux , pour les droits humains.
Sujet : Rencontre, débat et échange sur la question des droits humains à travers le monde et partage des actions pour les faire connaître.
Date : 29/08/2019
Lieu : rue du petit chêne
Contact : Laurette Facchin-Denoel - respgr1@amnestyinternational.be
Tél : 086/40 14 (...)

- Activités des groupes locaux
Réunion du groupe 1 de LiègeAmnesty (Belgique - section francophone)

DcoD le monde - juin 2019 : chaque groupe a été documenté et est invité à consacrer un temps de sa réunion à une discussion sur " La série des positions d'Amnesty ".
Le groupe 1 de Liège se réunit le 20 juin. N'hésitez pas à les rejoindre et à vous engager, avec eux , pour les droits humains.
Sujet : Rencontre, débat et échange sur la question des droits humains à travers le monde et partage des actions pour les faire connaître.
Date : 20/06/2019
Lieu : chez Claudine
Contact : Laurette Facchin-Denoel - (...)

- Activités des groupes locaux
Réunion du groupe 19 de Court - Saint-EtienneAmnesty (Belgique - section francophone)

Le groupe 19 de Court-Etienne se réunit le 10 septembre. N'hésitez pas à les rejoindre et à vous engager, avec eux , pour les droits humains.
Sujet : Rencontre, débat et échange sur la question des droits humains à travers le monde et partage des actions pour les faire connaître.
Date : 10/09/2019
Lieu : chez Anaïs
Contact : Anaïs Armand - anais.armand@gmail.com
Tél : 0479/39 51 (...)

- Activités des groupes locaux
Réunion du groupe 60 de CouvinAmnesty (Belgique - section francophone)

Le groupe 60 de Couvin se réunit le 04 juillet. N'hésitez pas à les rejoindre et à vous engager, avec eux , pour les droits humains.
Sujet : Rencontre, débat et échange sur la question des droits humains à travers le monde et partage des actions pour les faire connaître.
Date : 04/07/2019
Lieu : chez Marie
Contact : Felipe Martinez-Malfait - respgr60@amnestyinternational.be
Tél : 060/21 48 (...)

- Activités des groupes locaux
Réunion du groupe 54 d'Ottignies-LLNAmnesty (Belgique - section francophone)

Le groupe 54 d'Ottignies-LLN se réunit le 09 juillet. N'hésitez pas à les rejoindre et à vous engager, avec eux , pour les droits humains.
Sujet : Rencontre, débat et échange sur la question des droits humains à travers le monde et partage des actions pour les faire connaître.
Date : 09/07/2019
Lieu : Elisabeth (sous réserve)
Contact : Roselyne Buisseret - respgr54@amnestyinternational.be
Tél : 010/45 18 (...)

- Activités des groupes locaux
Réunion du groupe 32 de Semois LesseAmnesty (Belgique - section francophone)

Le groupe 32 de Semois-Lesse se réunit le 10 septembre. N'hésitez pas à les rejoindre et à vous engager, avec eux , pour les droits humains.
Sujet : Rencontre, débat et échange sur la question des droits humains à travers le monde et partage des actions pour les faire connaître.
Date : 10/09/2019
Lieu : Hatrival
Contact : Michel Bourlet - respgr32@amnestyinternational.be
Tél : 061/53 45 (...)

- Activités des groupes locaux

SOLIDARITE (2) : OXFAM

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Pour vous, qu'est-ce qui fait la différenceOXFAM

Complétez l'enquête

Cyclones Idai et KennethOXFAM

Faites un don

Plan climat belge : quelle place pour les droits humains ? OXFAM
13/06/2019
Selon Oxfam-Solidarité, le Plan Climat belge n’est pas assez ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Il manque aussi clairement d’ambition en matière de promotion des droits humains. 
 
Les 6 derniers mois ont vu défiler des dizaines de milliers de citoyen.ne.s exigeant une politique climatique ambitieuse et socialement juste. La Loi Climat demandée à cor et à cri par les manifestant.e.s n’a finalement pas été adoptée par cette législature. Elle sera peut-être remise à l’ordre du jour politique dès que la Belgique se dotera d’un nouveau gouvernement. Une chose est sûre : la Belgique devra en tous les cas remettre en décembre 2019 son Plan National Intégré Energie Climat pour 2021-2030.

C’est quoi un Plan Climat ? 

Ce plan détaille la manière dont la Belgique entend atteindre les objectifs qui ont été fixés au niveau européen. Notre pays doit notamment réduire ses émissions à effet de serre de 35% par rapport à 2005 à l’horizon 2030. Afin de progresser dans cette voie, les 28 ont déjà soumis leurs premières propositions nationales fin 2018. 
 
La législation européenne oblige aussi chaque pays à mettre en place une consultation publique, ce que notre gouvernement en affaires courantes a fait le 4 juin dernier. Elle sera accessible jusqu’au 15 juillet et donne aux citoyen.ne.s la possibilité de s'exprimer sur les engagements pris au niveau belge.
 
Loi Climat ou pas, la Belgique devra finaliser ce Plan et l’Union Européenne veillera à ce que ce soit respecté. Mais il reste peu de temps pour agir face à l’urgence climatique. La législation européenne a le mérite d’exister mais elle n’intègre pas les recommandations du GIEC de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 65% par rapport à 1990 à l’horizon 2030 pour limiter la hausse de la température à + 1.5ºC. Une Loi Climat belge permettrait d’intégrer ces objectifs plus ambitieux. De nombreux pays comme le Royaume-Uni, la France ou les Pays Bas en ont déjà adopté une. C’est donc surtout une question de volonté politique. 

Le Plan Climat belge pas assez inclusif selon Oxfam

Le Plan Climat omet d’incorporer des garde-fous pour la protection des droits humains bien que ce soit exigé par l’UE et prévu par l’accord climatique adopté à la COP de Paris en 2015. A part quelques références à la précarité énergétique en Belgique, le Plan ne fait référence ni à la sécurité alimentaire, ni à la justice de genre ni aux autres objectifs de développement durable. 

Quelles conséquences pour les pays du Sud ? 

Le Plan Climat prévoit notamment une augmentation sans précèdent de l’utilisation des agrocarburants. Or, ce n’est pas en Belgique que l’essentiel de ces agrocarburants sont produits, mais plutôt au Paraguay, au Brésil, ou en Argentine où ont déjà été constatées des violations des droits humains. Un rapport récent d’Oxfam montre comment des populations en Tanzanie ont été déplacées de leurs foyers pour produire des agrocarburants consommés sur le marché belge. De plus, lorsque ces plantations empiètent sur les terres des communautés, les violences sexuelles, les viols et les différents abus envers les femmes et les filles augmentent considérablement.
 
Une augmentation de la température aura des conséquences importantes pour les populations du Sud. Il est prouvé que le changement climatique modifie notamment l’intensité et la fréquence des cyclones. Les crises humanitaires qui ont suivi le passage des cyclones Idai et Kenneth en Afrique australe ont démontré une fois de plus les conséquences dévastatrices de ce type de phénomènes. 
 
Comme l’a montré le récent rapport d’un groupe d’experts belges, la version actuelle du Plan Climat ne permet pas de respecter les objectifs de l’Accord de Paris ni d’opérer une transition juste vers une société décarbonée bien avant 2050. 

Participez à la consultation publique

Si vous aussi vous voulez demander aux autorités belges de respecter les droits humains dans sa politique climatique et de réduire drastiquement la part des agrocarburants dans son Plan Climat, participez à la consultation publique.

Oxfam a déjà transmis ses recommandations pour que les droits humains soient mis en avant dans le Plan Climat. Vous pouvez vous aussi transmettre cette proposition au bureau d’enquête en l’envoyant par mail à : pnec@enquete.belgium.be

Thème: 
Comment le lait local permet aux familles de survivreOXFAM
Fatoumata et Hantou sont productrices de lait au Burkina Faso. Une situation qui est loin d’être évidente et pourtant ces femmes fortes parviennent à survivre grâce au lait qu’elles produisent.
Français
Image: 
Background: 
pattern 3 greens
Commission indépendante : un rapport porteur d’espoir OXFAM
12/06/2019

C’est aujourd’hui que la commission indépendante publie son rapport final. Elle a mené une enquête sur les pratiques et la culture interne de la confédération Oxfam.

Février 2018. Oxfam fait les gros titres des journaux. En cause, des faits d’abus sexuels commis en Haïti en 2011, dans le contexte de notre aide d’urgence à la suite du tremblement de terre.

Ces inconduites, commises par d’anciens collaborateurs d’Oxfam Grande-Bretagne, étaient totalement répréhensibles, et allaient à l’encontre des valeurs défendues par Oxfam.

Un plan d'action mondial

Oxfam s’est immédiatement attelée à la mise en place d’un plan d’action étendu. Son objectif, apporter des solutions pour prévenir et réagir aux inconduites au sein de l’organisation.
 
Parmi les points de ce plan figurait la mise en place d’une commission d’enquête indépendante. Durant près d’un an, elle est allée à la rencontre de collaborateur.trices de la confédération Oxfam, à travers le monde entier. Aujourd’hui, la commission publie son rapport définitif sur independentcommission.org. Parallèlement, nos collègues d’Oxfam Grande-Bretagne ont apporté leur soutien à la Charity Commission. Cet organisme britannique a mené une autre enquête sur leur culture interne en matière de protection et de prévention.

Une enquête indépendante : un souhait d’Oxfam

C’est Oxfam elle-même qui a émis le désir d’une enquête totalement indépendante. Notre organisation prend donc les recommandations du rapport très à cœur. Nous souhaitons apprendre de nos erreurs.
 
Le rapport contient des vérités difficiles à entendre. Elles doivent nous aider à apporter le changement que nous voulons voir dans notre organisation. Des progrès ont déjà été réalisés au cours de l’année écoulée, mais ce rapport nous pousse à aller encore plus loin.
Nous ne tolérerons jamais que des collaborateurs.trices abusent de leur position pour nuire aux personnes que nous sommes censés aider.

Des recommandations pour aller plus loin

Le rapport apporte des recommandations supplémentaires sur la manière dont Oxfam peut s’attaquer à toute forme d’intimidation, d’abus ou d’exploitation sexuelle. Nous souscrivons à ces recommandations, et agirons en fonction de celles-ci.

Cette transition a déjà été amorcée l’année dernière, sur base du plan d’action international. La commission relève d’ailleurs les progrès déjà enregistrés par Oxfam dans l’amélioration de nos directives et procédures. Elle reconnait également les avancées obtenues dans la mise en place d’une culture positive au sein d’une organisation aussi grande, diverse et internationale que la nôtre. Néanmoins, le rapport souligne de façon claire que le travail est loin d’être terminé.

Winnie Byanyima, directrice d'Oxfam International :

« Je me sens encouragée lorsque la commission dit qu’Oxfam, en plus des changements déjà apportés, dispose du potentiel pour devenir une organisation responsable, qui protège les gens pour qui elle travaille. J’ai pleinement confiance dans notre capacité à nous investir encore davantage en termes de responsabilité et de transparence. Nous pouvons jouer un rôle de meneur dans l’évolution de tout le secteur, et la commission reconnaît ce potentiel. »

De nouvelles actions

Nous avons enclenché de nombreux changements au cours des 15 derniers mois, dans le cadre du plan d’action international. Et nous continuerons à adapter notre culture et à améliorer nos mesures internes de protection.
 
  • Création d’un fonds mondial pour l’intégrité. Il permettra d’investir afin de renforcer la capacité des organisations sociales locales de première ligne.
  • Renforcement des mesures de protection dans 13 lieux à risque, au bénéfice des communautés locales et, plus largement, du secteur humanitaire.
  • Nomination d’un Chief Ethics Officer, dont le rôle est de veiller à ce que les valeurs et normes éthiques d’Oxfam restent inscrites au cœur de notre ADN ; et soient respectées par toutes et tous
  • Nomination d’un nouveau collaborateur international, dont le rôle sera de diriger le processus de transformation culturel – ancré dans des principes féministes – à travers toute la confédération. 
     

Bilan positif pour Oxfam en Belgique 

Avant le rapport de la commission, il y a eu celui – l’année dernière – de l’examen indépendant mené à la demande d’Alexander De Croo, alors ministre de la Coopération au développement. Cet examen avait conclu que la direction, les collaborateurs et les bénévoles d'Oxfam-en-Belgique étaient résolument attentifs à l'intégrité dans leurs actions.
 
Nous avons malgré tout introduit en Belgique une série de mesures internes complémentaire. Elles visent à renforcer encore cette intégrité et à garantir l’élimination de toute forme d’abus au sein de l’organisation.
 
Une organisation où tout le monde se sent en sécurité, respecté et valorisé
 
Winnie Byanyima: 
« Nous menons des campagnes pour la justice, et nous avons donc le devoir de vivre selon les valeurs pour lesquelles nous luttons, et que nous attendons des autres. La commission apporte une contribution précieuse à Oxfam. Elle nous permet de devenir une organisation au sein de laquelle tout le monde se sent en sécurité, respecté et valorisé. Nous ferons tout pour atteindre cet objectif. »
 
Vous avez des questions ? Envie de réagir ? Contactez notre collègue Myriam par mail, ou par téléphone au 02 501 67 88
 

 

Burkina Faso: comment le lait local permet aux familles de survivreOXFAM
06/06/2019

Fatoumata et Hantou sont productrices de lait au Burkina Faso. Une situation qui est loin d’être évidente et pourtant ces femmes fortes parviennent à survivre grâce au lait qu’elles produisent.

Fatoumata est productrice de lait à Koto Dougo, un village situé à 20 km de la ville de Bobo Diulasso au Burkina Faso. Elle se lève tous les jours à 6 heures du matin pour traire ses vaches, ainsi que celles des 12 familles avoisinantes. Ensuite, elle marche pendant près d’une heure et demi pour vendre le lait en ville. Avec le bénéfice qu’elle en retire, elle fait face à ses besoins quotidiens. Ensuite, elle rentre au village et distribue le reste de l’argent entre les femmes de sa communauté.

Les conséquences néfastes du dérèglement climatique

Le dérèglement climatique se fait bien ressentir pour Fatoumata, avec des sécheresses qui chaque année sont de plus en plus extrêmes. « J’ai une douzaine de vaches, mais il n’y a plus d’herbe ici. Il faut aller de plus en plus loin pour trouver des pâturages où les vaches peuvent paître », raconte Fatoumata. 

Les vaches à lait burkinabées produisent à peine 3 litres de lait par jour, alors que les vaches européennes produisent en moyenne 15 litres de lait quotidiennement. Mais grâce à une meilleure alimentation, les vaches burkinabées peuvent donner 5 à 6 litres de lait par jour. Grâce aux efforts d’Oxfam et de ses partenaires locaux pour améliorer la qualité de l’alimentation des vaches laitières, elles produisent deux fois plus de lait par jour.

Le lait, source de vie pour les fermières et leurs familles

Grâce au bénéfice tiré de la vente de son lait, Fatou peut donner un peu d’argent à ses filles et à ses belles-filles pour qu’elles puissent subvenir à leurs propres besoins. Chaque jour, elle gagne entre 2 000 et 3 000 FCFA (entre 3 et 4 euros). Ca semble peu et pourtant, c’est un montant qui fait une énorme différence pour beaucoup de familles au Burkina Faso. « Il n’y a pas d’autre travail », reconnaît Hantou, elle aussi productrice de lait. « Le bétail, c’est ma vie. Sans l’argent que je tire de la vente de mon lait, je ne peux pas nourrir ma famille. »

Oxfam soutient le lait local

Pour stimuler la production et la vente de lait local, Oxfam soutient des petites laiteries, comme Kossam de l’Ouest (photo). 40% du lait utilisé par cette toute petite exploitation est local. Elle commercialise du lait frais et des produits dérivés comme du yaourt. Dans le futur, elle envisage d’étendre sa production à d’autres produits, comme du beurre. Kossam de l’Ouest compte déjà 75 unités de production, qui achètent du lait frais à plus de 600 fermiers et fermières, comme Hantou et Fatoumata.

 

Oxfam soutient les laiteries et les familles:

 
  • En donnant des formations pour transformer le lait en produits dérivés, comme du yaourt
  • En fournissant le matériel approprié pour moderniser les laiteries : des machines de pasteurisation, du matériel d’emballage, des frigos, des moteurs pour le transport du lait
     

Grâce à votre soutien, des familles comme celles de Hantou et Fatoumata peuvent améliorer leurs vies.

Concurrence du lait en poudre européen

Le lait burkinabé doit faire face à la concurrence du lait en poudre européen bon marché. Le secteur laitier européen produit beaucoup trop de lait. Les grandes entreprises achètent ce lait à un prix extrêmement bas et revendent les excédents sur les marchés ouest-africains. Ce lait en poudre importé coute jusqu’à 30% moins cher que le lait produit localement et est de moins bonne qualité. Un litre de lait local coute 0,91 euro au Burkina Faso, alors qu’un litre de lait en poudre européen coute à peine 0,34 euro. Pour cette raison, Oxfam apporte son soutien à la commercialisation du lait local burkinabé.


 

 

Oxfam Peacewalker : le vent et la pluie n’ont pas fait reculer la solidarité !OXFAM
01/05/2019

Pour sa 4e édition, Oxfam Peacewalker peut à nouveau être fier de son succès : le samedi 27 avril, 84 équipes de 4 marcheurs sont parties du Peace Village, à Messines, et 340 participant.e.s ont atteint la ligne d’arrivée dans le temps imparti.

Leur défi : terminer le parcours de 42,2 km dans le Westhoek en moins de 10 heures. Au préalable, les équipes ont récolté ensemble environ 85.000 euros pour soutenir les projets Oxfam dans le monde entier.

Si le soleil a parfois pointé le bout de ses rayons, notamment pour encourager les marcheurs et marcheuses au départ, c’est le vent et la pluie qui les auront accompagné.e.s sur une bonne partie du trajet. Mais il en faut plus pour décourager les équipes, qui se préparent depuis des semaines à l’Oxfam Peacewalker.

Oxfam Peacewalker : une ambiance festive et familiale

La marche est jalonnée de plusieurs checkpoints, où les équipes peuvent souffler un moment et se ravitailler. Pour leur (re)donner des forces, deux groupes de percussion les y ont accueillies avec des rythmes endiablés : Taiko Project et leurs tambours japonais, et le collectif féministe Famba et leurs influences reggae-funk.

Au bout des 42,2 km, les marcheurs avaient toujours le sourire et traversaient la ligne d’arrivée au Peace Village de Messines, sous les applaudissements des bénévoles et des supporteurs qui les ont poussés à se dépasser.

Revivez Oxfam Peacewalker en photos

Oxfam Peacewalker 2019 en chiffres

  • Cette année, 84 équipes étaient sur la ligne de départ.
  • La première équipe « Le Carré d’Agneau » a franchi la ligne d'arrivée après seulement 6 heures et 21 minutes, ayant parcouru un authentique marathon,
  • et la dernière équipe après 10 heures de marche.
  • Au total, 340 des 348 participants ont ainsi pu franchir la ligne des 42,2 km.
  • Ensemble, tous les participants ont récolté près de 85.000 euros en faveur des projets d'Oxfam-Solidarité.

Des bénévoles essentiels

Oxfam Peacewalker a pu en outre compter sur une centaine de bénévoles motivés pour faire de cette quatrième édition un véritable succès. En comptant les équipes de supporteurs et de secours, près de 1000 personnes ont été au rendez-vous. Nous souhaitons toutes les remercier, ainsi que les membres de la Croix Rouge et les nombreux donateurs qui ont contribué à ce grand succès.

 

Rendez-vous en août pour l’Oxfam Trailwalker

Oxfam Trailwalker, c’est un peu le grand frère de l’Oxfam Peacewalker. Il a lieu le 30 août et 1 septembre prochain. Au programme : 100km à parcourir par équipe de 4, en moins de 30 heures.

Cette année, l’événement soufflera ses 11 bougies. Et pour l’occasion, c’est dans une nouvelle région que nous vous emmenons. Après les Hautes Fagnes, place en effet à Saint-Hubert et sa magnifique forêt.

Pas trop sportif, mais envie de participer ? Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles !

Tout savoir sur l’Oxfam Trailwalker

Cyclones Idai et Kenneth en Afrique australeOXFAM
Les équipes d’Oxfam ont besoin de votre aide de toute urgence afin d’atteindre les personnes les plus durement touchées par le passage des cyclones Idai & Kenneth au Mozambique, au Malawi et au Zimbabwe.
Français
Image: 
Background: 
Cyclone Kenneth: Il faut venir en aide au Mozambicain.e.sOXFAM
02/05/2019

Les fortes précipitations et les inondations encore plus dévastatrices qui ont accompagné Kenneth le 25 avril ont fait au moins 38 morts et ont endommagé près de 35,000 habitations.

Cela fait seulement 6 semaines que le cyclone Idai, l’une des pires catastrophes liées au dérèglement climatique en Afrique australe, a touché le Mozambique et le pays est loin de s’en être remis. La semaine dernière, les mozambicain.e.s ont subi le choc d’une nouvelle tempête qui vient bouleverser leur vie à nouveau. Cette fois, c’est le nord du pays qui a été frappé. Une fois de plus, Oxfam fait appel à la générosité du public pour venir en aide aux sinistré.e.s.

Aidez-nous à les aider

La situation dans l’extrême nord du pays est préoccupante. Les habitants tentent de reprendre le cours de leur vie mais leurs maisons ont été inondées et de nombreux toits ont été emportés par des vents frôlant les 300 km/h. Nos équipes au Mozambique estiment que 160,000 personnes sont menacées par des glissements de terrain et par de nouvelles inondations.

 

Extrême pauvreté et dérèglement climatique, la double peine du Mozambique

Les 2 cyclones qui ont touché le Mozambique en moins de 2 mois montrent à nouveau la réalité meurtrière du dérèglement climatique. Idai et Kenneth sont un exemple frappant de ce que la combinaison entre dérèglement climatique et pauvreté peut avoir comme conséquences pour des populations vulnérables et mal protégées.

On est ici face à une injustice : les habitants du Mozambique paient le prix fort d’un dérèglement climatique auquel ils n’ont quasiment pas contribué. Les émissions de CO2 du Mozambique représentent à peine 0,2% du total mondial alors qu’il fait partie des trois pays les plus exposés au dérèglement climatique en Afrique.

Voir aussi : 5 choses à savoir sur le cyclone Idai

Des milliers de vies en danger

« Nous avons tout perdu, raconte Selimu Fundi, un habitant de Pemba. Notre maison et la plupart de nos affaires ont été emportés par les flots et par le vent. Depuis le passage de Kenneth jeudi dernier, nous n’avons pratiquement rien mangé. Nos champs ont été détruits ».

 

A l’heure actuelle, les équipes d’Oxfam tentent d’atteindre les populations du nord du Mozambique et se préparent à distribuer de l’aide alimentaire, des kits d’hygiène et des moustiquaires. Grâce à votre mobilisation le mois dernier, Oxfam a pu lever plus de 100,000 € pour les sinistrés d’Idai. Au nom des personnes que nous avons pu déjà aider, nous vous remercions pour votre aide qui a permis de sauver des vies. Les besoins sont encore plus grands après le passage du cyclone Kenneth et le Mozambique a toujours besoin de votre soutien.

Photos ©Tommy Trenchard/Oxfam

Aidez-nous à les aider

 

 

 

Pays: 
Climat, justice sociale, même combat !OXFAM
The time is now : nous voulons enfin une politique climatique ambitieuse. Le 12 mai, nous descendons une nouvelle fois dans la rue aux côtés de Right(s) Now ! Parce que tout est connecté: pas de politique climatique sans justice sociale et pas de lutte contre les inégalités sans un œil sur la planète.
Français
Image: 
Background: 
pattern 3 greens