[bannière] Belinfos.be, toute l'actualité en Belgique francophone Site belge francophone


136 sources différentes


23/10/2017 - FEDERAL : 3 sources

1 - 1er Ministre - Communiqués
2 - Belgium.be - Actualités
3 - Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)



FEDERAL (1) : Flux supprimé, momentanément inaccessible ou pas d'infos récentes - cliquer ici pour vérifier.

FEDERAL (2) : Belgium.be - Actualités

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Prévention des cambriolages grâce à « 1 jour sans »Belgium.be - Actualités
Aperçu statistique de la BelgiqueBelgium.be - Actualités
Décisions du Conseil des ministres du 19 octobre 2017Belgium.be - Actualités
Décisions du Conseil des ministres du 13 octobre 2017Belgium.be - Actualités
Passage à l'heure d'hiver le dimanche 29 octobre 2017Belgium.be - Actualités
Déclaration de politique généraleBelgium.be - Actualités
Identifiez-vous les faux messages à temps ?Belgium.be - Actualités
Décisions du Conseil des ministres du 6 octobre 2017Belgium.be - Actualités
Votre cyclomoteur a-t-il déjà sa plaque d’immatriculation ? Belgium.be - Actualités
Décisions du Conseil des ministres du 29 septembre 2017Belgium.be - Actualités

FEDERAL (3) : Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Résultats de l'adjudication OLO du 23/10/2017 Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

L'Agence fédérale de la dette communique qu'elle a accepté les offres à l'adjudication de ce jour pour un montant total de EUR 2,802 milliards. Ce montant est réparti sur les lignes de la façon suivante :

- OLO 0,20 % 22/10/2023 (OLO79)
ISIN code : BE0000339482
Montant accepté (EUR milliards): 1,012
Rend. moyen pondéré : 0,020 %
Bid-to-cover ratio : 1,620

- OLO 4,50 % 28/03/2026 (OLO64)
ISIN code : BE0000324336
Montant accepté (EUR milliards): 0,875
Rend. moyen pondéré : 0,368 %
Bid-to-cover ratio : 1,780

- OLO 1,60 % 22/06/2047 (OLO78)
ISIN code : BE0000338476
Montant accepté (EUR milliards): 0,915
Rend. moyen pondéré : 1,786 %
Bid-to-cover ratio : 1,560

Pour plus de détails, voir les pages Reuters BELG/OLO ou Bloomberg BEDA - OLO Auctions - Results.

 

Date de publication: 
Lun, 23/10/2017 - 12:20
La grossesse et la maternité, un frein à la carrièreCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Bruxelles, le 23/10/2017 – Selon une étude de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, publiée prochainement, 3 travailleuses sur 4 ont été confrontées à au moins une forme de discrimination, préjudice, inégalité de traitement et tensions au travail sur base de leur grossesse ou maternité. 22% des travailleuses enceintes ont été confrontées à des discriminations directes et 69% ont subi de la discrimination indirecte. Etant donné la problématique sociétale majeure que représentent les discriminations liées à la grossesse et la maternité pour les travailleuses belges, l’Institut  lance une nouvelle campagne de sensibilisation intitulée « Maman reste à bord ».

Constat
Les discriminations liées à la grossesse et la maternité s’apparentent à de la discrimination fondée sur le sexe. De pareilles pratiques discriminatoires sont courantes. De plus, peu de femmes osent faire respecter leurs droits, ayant souvent elles-mêmes intégrées les stéréotypes de genre et acceptées l’idée que la grossesse et la maternité sont des freins pour leur carrière.

« La grossesse est encore perçue comme une mauvaise nouvelle au travail, explique Michel Pasteel, Directeur de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. D’un côté, la travailleuse se sent par exemple souvent en situation de stress à l’annonce de la nouvelle auprès de son employeur et culpabilise tout au long de sa grossesse ou à son retour de congé de maternité pour avoir « pris des vacances ». D’un autre côté, certains employeurs et collègues ne manifestent aucun soutien à la travailleuse enceinte, ne remplissent pas un certain nombre d’obligations légales pour la protection de la travailleuse et de son enfant (analyse de risques, respect des droits de la travailleuses, etc.), voire même lui font subir un traitement désagréable, inégal, du harcèlement et/ ou la discriminent.»

Cette campagne fait écho aux premiers résultats d’une nouvelle étude de l’Institut Grossesse et maternité au travail : Les expériences des candidates, des travailleuses et des indépendantes en Belgique. Ils font état des constats suivants :
1. La moitié des femmes enceintes qui cherchent effectivement du travail ne se portent pas candidates. Une sur trois pense que ce serait de toute façon inutile.
2. Une candidate sur cinq mentionne toujours qu’elle est enceinte dans ses lettres ou e-mails de candidature. 
3. Une femme sur quatre a envisagé de démissionner pendant sa grossesse, son congé de maternité ou après son retour au travail. Pour 40% d’entre elles, l’amélioration de la conciliation entre vie professionnelle et vie privée constituait la raison principale. Pour 15% d’entre elles, les raisons principales étaient la dégradation des relations avec leur chef-fe, la pression les poussant à démissionner ou les collègues.
4. Plus de la moitié des femmes signalent qu’aucune analyse de risques n’a été effectuée.
5. 46% des travailleuses estiment même qu’il existe, dans leur fonction, un risque pour la sécurité et la santé des femmes enceintes, des femmes qui allaitent ou des bébés.
6. Pour près d’une travailleuse sur cinq, le droit au congé de maternité n’est pas respecté.
7. 21% des travailleuses enceintes ont été confrontées à des tensions au travail suite à leur grossesse.
8. Si l’on ne tient pas compte des analyses de risques non effectuées, les travailleuses enceintes sont encore 48% à avoir été confrontées à une forme de discrimination.

Ces résultats corroborent les constats de l’Institut quant aux signalements qu’il reçoit au sein de son service juridique. En 2016, la grande majorité des discriminations liées à l’emploi signalées à l’Institut émanent de femmes (69%). De ce fait, 38% des signalements en matière d’emploi concernent la discrimination relative à la grossesse et à la maternité. Les femmes sont systématiquement discriminées à tous les stades du processus de mise à l’emploi : du recrutement et de la sélection à la non-prolongation de leur contrat à durée déterminée ou leur licenciement, en passant par leur condition d’emploi. Au fil des années la part de signalements relatifs à la grossesse et la maternité dans l’emploi est restée stable, mais l’Institut reçoit de plus en plus de signalements dans le domaine de l’emploi, et donc inévitablement aussi concernant la grossesse et la maternité.

Une campagne pour déculpabiliser les femmes
Avec le slogan accrocheur « Nous sommes heureux de vous annoncer la naissance de Emma. Au boulot ils le sont moins. », l’Institut souhaite sensibiliser les femmes enceintes, en ou au retour du congé de maternité, et aussi les femmes qui envisagent de devenir maman au fait qu’elles n’ont pas à être discriminées, rejetées ou harcelées, en raison de leur grossesse ou maternité et qu’elles ont des droits. L’objectif de la campagne vise à faire déculpabiliser les travailleuses face à la situation de discrimination dont elles sont victimes et à les inciter à s’informer et déposer un signalement auprès de l’Institut, via le numéro vert 0800/12.800.

Cette campagne s’étalera sur une période de trois mois et comprend des affiches, une carte postale, un dépliant de sensibilisation et un guide d’information Grossesse au travail. Guide pour la travailleuse et l'employeur pour un traitement sans discrimination. Ce matériel promotionnel sera diffusé, entre autres, via la boîte rose, les hôpitaux, les mutualités, auprès des gynécologues et médecins, des centres de fécondation in vitro, etc. Enfin la campagne se déclinera aussi sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram.
Plus d’informations sur le site www.mamanresteabord.be.

Contact presse
Elodie Debrumetz, Responsable Communication
GSM : 0497/236767
TEL : 02 233 49 47
elodie.debrumetz@iefh.belgique.be

Créé en décembre 2002, l’Institut pour l'égalité des femmes et des hommes est l'institution publique fédérale indépendante qui a pour mission de garantir et de promouvoir l'égalité des femmes et des hommes, de combattre toute forme de discrimination ou d'inégalité fondée sur le sexe, et ce par l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre légal adapté, de structures, de stratégies, d’instruments et d’actions appropriés. L’Institut vise à ancrer l’égalité des femmes et des hommes dans la société pour qu’elle devienne une évidence dans les mentalités et les pratiques.

Date de publication: 
Lun, 23/10/2017 - 11:38
La Belgique s’engage en faveur des espèces migratrices Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Du 23 au 27 octobre se tient à Manille (Philippine) la plus grande conférence de l’année dédiée à la faune sauvage avec pour thème « Leur avenir est notre avenir – Développement durable pour la faune sauvage et les êtres humains ». A l’agenda : la protection de 25 espèces migratrices différentes dont le chimpanzé, le lion, une espèce de chauve-souris, plusieurs sortes de vautours et de requins. La pollution sonore, les prises accidentelles et les déchets en mer seront également traités. La Belgique compte contribuer entre autres aux décisions relatives aux océans.

 

La Convention sur les Espèces Migratrices concerne toutes les espèces qui migrent : les mammifères (y compris les mammifères marins), les oiseaux, les reptiles, les poissons … Les Conférences organisées dans le cadre de cette Convention prennent trois types de décisions :

- Des décisions relatives à l’inscription d’espèces déterminées sur les listes de protection (suivant la gravité des menaces et les mesures de protection à prendre)

- Des plans d’action pour la protection des espèces reprises sur ces listes (p.ex. le Plan pour les éléphants)

- D’autres décisions de nature plus générale sur les différents types de menaces (p.ex. l’impact du tourisme ou du changement climatique).

 

Durant cette 12e session, les Etats membres vont se pencher sur le sort de 25 espèces différentes. La Belgique participe notamment aux discussions sur les requins. Les requins jouent un rôle crucial dans les écosystèmes et leur maintien. Les décisions devraient concerner plusieurs sortes de requins et de raies : le requin baleine (Rhincodon typus), le requin sombre (Carcharhinus obscurus), le requin bleu (Prionace glauca), le requin ange de mer (Squatina squatina) et deux raies-guitares (Rhinobatos rhinobatos en Rhynchobatus australiae) qui toutes sont gravement menacées.

 

Notre pays entend concrétiser son engagement pour la protection des océans et de la biodiversité marine en prenant une part active dans les négociations sur la pollution sonore en mer, les prises accidentelles et les déchets marins. Les autorités belges (Etat fédéral et Régions) ont intensément collaboré à la préparation de la position européenne sur les différents sujets traités.

 

Le SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement contribue notamment aux décisions sur les océans et veille au lien entre les différentes conventions sur la biodiversité dont la Convention CITES qui traite du commerce de la faune et de la flore sauvage.

 

La Convention sur les Espèces Migratrices, appelée également Convention de Bonn, existe depuis 1979 et dépend des Nations-Unies. Elle compte actuellement 124 Etats membres. Certains grands états comme les Etats-Unis, la Chine et le Canada n’en font pas partie. La Belgique en est membre depuis 1990.

 

Jetez un coup d’œil sur le trailer de la Conférence : https://youtu.be/g9GjyhH0PIM (en FR)

Plus d’info sur www.cms.int et www.environnement.belgique.be (recherchez « CMS » et/ou « CITES »)

Personne de contact : Vinciane Charlier - porte-parole du SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaine alimentaire et Environnement - gsm : 0475 93 92 71 - vinciane.charlier@sante.belgique.be

Date de publication: 
Ven, 20/10/2017 - 12:20
Adjudication OLO du 23/10/2017 : montant à adjugerCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé lors de la prochaine adjudication d'OLO le lundi 23 octobre 2017, est de EUR 2,3/2,8 milliards

3 lignes d'OLO seront adjugées :

1. OLO 0,20% 22/10/2023 ISIN BE0000339482 (OLO 79)
2. OLO 4,50% 28/03/2026 ISIN BE0000324336 (OLO 64)
3. OLO 1,60% 22/06/2047 ISIN BE0000338476 (OLO 78)

Date de publication: 
Ven, 20/10/2017 - 11:46
La Régie des Bâtiments présente son rapport d’activité 2016Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Les grands projets, mais aussi des initiatives pour une gestion immobilière plus efficace et des processus de changement interne

BRUXELLES - Dans son rapport d’activité 2016, la Régie des Bâtiments donne un aperçu de plusieurs grands projets réalisés au cours de l’année 2016, comme le Centre de Psychiatrie légale à Anvers, le complexe de la Police fédérale à Hasselt et le nouveau Centre des Finances à Nivelles. Ce nouveau rapport d’activité s’intéresse aux initiatives prises par la Régie des Bâtiments pour une gestion immobilière plus efficace ainsi qu’aux processus de changement amorcés en interne.

Découvrez le rapport d'activité 2016 complet sur le nouveau site web de la Régie des Bâtiments.
 

Une sélection de projets

En 2016, la Régie des Bâtiments a achevé plusieurs de ses grands projets. À Anvers, elle a terminé le Centre de Psychiatrie légale qui accueille 182 internés ne pouvant intégrer le circuit psychiatrique régulier. À Hasselt, elle a centralisé les services de la Police fédérale du Limbourg dans un nouveau bâtiment attrayant et dans le bâtiment existant rénové. Et à Nivelles, elle a regroupé tous les services du SPF Finances de l’arrondissement de Nivelles au sein de l’ancien complexe Peugeot.

En 2016, la Régie des Bâtiments a également poursuivi son travail concernant plusieurs grands projets en cours, comme la rénovation lourde du Théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles, les rénovation et l’extension ambitieuse du Musée royal de l’Afrique centrale à Tervueren et la restauration de la serre Congo à Laeken.

En outre, elle a effectué des travaux d’entretien et de rénovation de petite et grande envergure sur bon nombre des 1100 sites qu’elle gère. Citons les exemples de la rénovation d’une aile cellulaire de la prison centrale de Louvain ou encore les travaux du site du Space Pole à Uccle, qui héberge l’Institut royal météorologique, l’Institut royal d’Aéronomie spatiale de Belgique et l’Observatoire royal de Belgique.

Une utilisation efficace de la surface disponible

La tâche principale de la Régie des Bâtiments est restée la même en 2016 : l’hébergement des services publics fédéraux dans un environnement de travail moderne et fonctionnel adapté à leurs besoins. Pour ses projets, la Régie des Bâtiments applique la norme d’occupation fédérale, qui prévoit un espace de travail de maximum 13,5 m² par équivalent temps plein corrigé (ETPc). Elle veille ainsi à ce que la surface, les moyens et l’énergie disponibles soient utilisés le plus efficacement possible.

En 2016, la Régie des Bâtiments a pris des initiatives supplémentaires afin de permettre une gestion immobilière plus performante. Elle a ainsi amélioré la base de données comportant les informations relatives aux bâtiments qu’elle gère et elle a conclu un accord-cadre lui permettant de faire exécuter des monitorings d’occupation plus flexibles. Grâce à une modification législative, elle peut désormais organiser et réaliser elle-même ses transactions immobilières.

Processus de changement interne

Le rapport d’activité 2016 témoigne également des nombreux changements au sein de la Régie des Bâtiments.

En 2016, la Régie des Bâtiments a continué à investir dans une nouvelle culture organisationnelle dans laquelle la relation de travail est basée sur la confiance et le sens des responsabilités. Cette nouvelle approche se reflète dans le réaménagement des bureaux de son siège central selon les principes du New Ways of Working.

En même temps, elle s’est employée à favoriser le partage des connaissances, en investissant dans une plus grande numérisation, une gestion harmonisée des dossiers numériques ainsi que dans l’archivage et la sélection des archives historiques volumineuses.

Les changements au sein de la Régie des Bâtiments se manifestent également dans l’effectif de personnel : en 2016, l’organisation a accueilli 60 nouveaux collaborateurs, assurant la succession indispensable des collaborateurs partis à la pension. Ces dernières années, l’effectif de personnel a évolué pour devenir un mix équilibré d’hommes et de femmes, et de collaborateurs de tout âge. 3,62% des collaborateurs ont un handicap. La Régie des Bâtiments est d’ailleurs l’une des six organisations fédérales atteignant et dépassant le quota des 3 %.

Enfin, en juillet 2016, Gert Jansens et Jan Mathu sont venus renforcer le Comité de Direction en qualité de Directeur général des Services opérationnels et Directeur des Services d’Encadrement. Le Comité de Direction a ainsi recouvré toutes ses forces pour relever les défis de l’avenir.

Découvrez le rapport d’activité 2016 complet.
 

Vous voulez en savoir plus ?

  • Vous trouverez plus d’informations sur les projets de la Régie des Bâtiments sur le nouveau site web.
  • La Régie des Bâtiments sur Facebook
  • La Régie des Bâtiments sur LinkedIn

La Régie des Bâtiments
Le gestionnaire immobilier fédéral
 

La Régie des Bâtiments est le gestionnaire immobilier de l’État belge. Elle assure un environnement de travail de qualité aux agents fédéraux et œuvre à la préservation du patrimoine architectural et historique fédéral.

Son vaste portefeuille immobilier représente près de 1.120 complexes (7,3 millions de m²) dont les 2/3 appartiennent à l’État et 1/3 est pris en location.

Date de publication: 
Ven, 20/10/2017 - 11:02
Conseil des ministres du 19 octobre 2017Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Le Conseil des ministres s'est réuni le jeudi 19 octobre 2017 au 16 rue de la Loi, sous la présidence du Premier ministre Charles Michel.

Le Conseil des ministres a pris les décisions suivantes :

Date de publication: 
Jeu, 19/10/2017 - 14:00
Financement des frais de fonctionnement du Service de médiation de l’énergie pour l'année 2018 Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Sur proposition de la ministre de l'Energie Marie Christine Marghem, le Conseil des ministres a approuvé un projet d’arrêté royal fixant le montant destiné au financement des frais de fonctionnement du Service de médiation de l’énergie pour l'année 2018.

Le Service de médiation de l’énergie (SME) est opérationnel depuis le 21 janvier 2010. Son financement est assuré essentiellement par une redevance de médiation due par chacune des entreprises d’électricité et de gaz. Le budget de fonctionnement proposé par le SME pour 2018 s’élève à 1.732.000 euros.

Le projet est soumis à la signature du Roi.

Date de publication: 
Jeu, 19/10/2017 - 14:00
Dispositions diverses en matière d'emploi - Deuxième lectureCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Sur proposition du ministre de l'Emploi Kris Peeters, le Conseil des ministres a approuvé en deuxième lecture un avant-projet de loi portant des dispositions diverses en matière d’emploi.

L'avant-projet, adapté à l'avis du Conseil d'Etat, comprend diverses mesures dans les domaines suivants :

  • Modification de la loi du 5 décembre 1968 sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires
  • Modification de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération des travailleurs
  • Modification de loi Renault
  • Adaptation du chômage économique
  • Utilisation de la signature électronique pour la conclusion de contrats de travail et l'envoi et l'archivage électronique de certains documents dans le cadre de la relation individuelle de travail
  • Remplacement d’un travailleur en incapacité de travail qui reprend progressivement le travail
  • Modification de la loi du 17 mars 1987 relative à l’introduction de nouveaux régimes de travail dans les entreprises
  • Modification de la loi du 30 avril 1999 relative à l’occupation des travailleurs étrangers
  • Dispositions modifiant le Code pénal social
  • Modification de la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l’exécution de leur travail
  • Modification de la loi du 13 juin 1999 relative à la médecine de contrôle
  • Modification de l’article 40 de la loi-programme du 27 avril 2007
  • Modification aux dispositions concernant l’interruption de carrière
  • Modification règlementation des heures supplémentaires horeca
  • Modification régime général de reclassement professionnel
  • Service d’information et de recherche sociale

L'avant-projet peut être soumis à la signature du Roi, en vue du dépôt à la Chambre des représentants.

Date de publication: 
Jeu, 19/10/2017 - 14:00
Assentiment à l'accord entre la Belgique et l'Algérie relatif au transport aérienCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Sur proposition du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi portant assentiment à l'accord entre la Belgique et l'Algérie relatif au transport aérien.

La Belgique et l'Algérie ont signé, le 27 février 2017 à Bruxelles, un nouvel accord bilatéral relatif aux services aériens. Il remplace l’accord aérien bilatéral du 23 mai 1969 dont plusieurs clauses étaient devenues soit obsolètes, soit non conformes au droit communautaire soit, tout simplement, plus en phase avec l’évolution du monde aéropolitique ou des besoins des parties prenantes.

Aux termes de cet accord, des opportunités nouvelles sont offertes aux transporteurs aériens des deux pays afin notamment de leur permettre d’intensifier les liaisons existantes tant entre les capitales que vers les aéroports régionaux.

L'avant-projet est transmis pour avis au Conseil d'Etat.

Date de publication: 
Jeu, 19/10/2017 - 14:00
Assentiment à l’accord de coopération en matière de partenariat et de développement entre l’Union européenne et l'AfghanistanCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Sur proposition du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi portant assentiment à l'accord de coopération en matière de partenariat et de développement entre l’Union européenne et l'Afghanistan.

L’accord, fait à Munich le 18 février 2017, constitue le premier lien contractuel juridiquement contraignant entre l’UE et l’Afghanistan. L’accord établit entre les parties un partenariat ayant comme objectif le renforcement du dialogue et la coopération. L’accord contient les clauses politiques standards de l’UE concernant les droits de l’homme, la Cour pénale internationale, les armes de destruction massive et les armes légères et de petit calibre et la lutte contre le terrorisme. En outre, il englobe la coopération au développement, la coopération en matière de commerce et d’investissements, la coopération dans le domaine de la justice et des affaires intérieures, la coopération sectorielle ainsi que la coopération régionale.

L’accord est conclu pour une période initiale de 10 ans.

L'avant-projet est transmis pour avis au Conseil d'Etat.

 

Date de publication: 
Jeu, 19/10/2017 - 14:00