[bannière] Belinfos.be, toute l'actualité en Belgique francophone Site belge francophone


134 sources différentes


16/08/2018 - FEDERAL : 3 sources

1 - 1er Ministre - Communiqués
2 - Belgium.be - Actualités
3 - Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)



FEDERAL (1) : Flux supprimé, momentanément inaccessible ou pas d'infos récentes - cliquer ici pour vérifier.

FEDERAL (2) : Belgium.be - Actualités

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Services de paiement : consommateur mieux protégéBelgium.be - Actualités
Attention : de faux e-mails circulentBelgium.be - Actualités
Protégez-vous contre la chaleurBelgium.be - Actualités
Discours de S. M. le Roi à l'occasion de la Fête nationaleBelgium.be - Actualités
Décisions du Conseil des ministres du 20 juillet 2018Belgium.be - Actualités
Découvrez le rapport annuel du SPF Chancellerie du premier Ministre Belgium.be - Actualités
Le Palais royal ouvre ses portesBelgium.be - Actualités
Programme des événements de la Fête nationale 2018Belgium.be - Actualités
Décisions du Conseil des ministres du 13 juillet 2018Belgium.be - Actualités
Sommet OTAN des 11 et 12 juillet: sécurité et mobilitéBelgium.be - Actualités

FEDERAL (3) : Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Bons d'État - émission du 4 septembre 2018Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Communiqué de presse de l'Agence Fédérale de la Dette :

 

La prochaine émission des bons d'État aura lieu le 4 septembre 2018.

 

Un bon d'État sera proposé au public:
Bon d'État à 10 ans (4 septembre 2018-2028, Code BE3871278086).

 

Pour ce bon d'État, le taux sera fixé le mercredi 22 août 2018.
La période de souscription se déroulera du vendredi 24 août 2018 au lundi 3 septembre 2018
inclus, avec versement des fonds le mardi 4 septembre 2018.

Date de publication: 
Lun, 13/08/2018 - 15:24
Un site internet en guise de rapport annuel : l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) innove en publiant ses résultats 2017 en version digitaleCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

En 2017, les 460 collaborateurs de l’AFMPS ont clôturé plus de 8 000 dossiers d’autorisation pour des médicaments, effectué pas moins de 2 200 inspections et enquêtes, analysé plus de 10 000 notifications d’effets, réactions et incidents indésirables, et répondu à plus de 250 questions des médias.

L’Administrateur général de l’AFMPS, Xavier De Cuyper, et ses collaborateurs innovent et présentent leurs résultats 2017 sous la forme d’un site internet.

Pour en savoir plus, découvrez toutes les réalisations 2017 de l’AFMPS dans son rapport annuel digital.

L’AFMPS vous invite également à nous donner votre avis sur ce rapport annuel et son nouveau support via le sondage en ligne.
Si vous souhaitez être tenu au courant des communiqués de presse de l’AFMPS ainsi que du matériel de communication en lien avec ces communiqués, envoyez un e-mail à comm@afmps.be et suivez-nous sur les médias sociaux.

Date de publication: 
Lun, 13/08/2018 - 13:46
270 kilos d’ivoire récoltés pendant la campagne "Sors tes dents"Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

La campagne « Sors tes dents » se clôturera ce dimanche 12 août, journée internationale de l’éléphant. Depuis le 15 mai, un peu plus de 270 kilos d’ivoire ont été déposés dans les containers mis en place au SPF Santé, à Pairi Daiza et aux Zoos d’Anvers et de Planckendael. Les citoyens ont donc bien compris l’objectif de la campagne et ont saisi cette occasion pour se débarrasser de leurs objets en ivoire en toute légalité.

Des défenses entières, des morceaux de défenses sculptées, des statuettes de toute forme et de toute grandeur, des colliers, bracelets, pendentifs en tout genre et bien d’autres petits objets (cuillères, fourchettes, couteaux, brosses à cheveux, miroirs, limes à ongle, …) ont été retrouvés dans les containers des zoos de Pairi Daiza, d’Anvers et de Planckendael ainsi que dans celui du SPF.

Pourquoi se débarrasser de l’ivoire que l’on possède chez soi ?

En Belgique, la vente et l’achat d’ivoire sont autorisés à la condition d’avoir un certificat CITES. Pour obtenir ce certificat, il faut prouver que l’ivoire date d’avant 1984 et/ou a été importé avant 1990, avec un permis CITES (voir www.citesenbelgique.be pour plus d’informations).
Pas facile lorsqu’il s’agit d’ivoire ramené par un parent qui a travaillé en Afrique ou en Asie, il y a bien longtemps et que l’on ne possède plus aucun document datant de cette période. Et que dire des colifichets, statuettes et bijoux rapportés de vacances ? Ils ont sans doute été ramenés en toute innocence, sans permis CITES. Cela signifie aussi que tous ces objets sont illégaux et qu’ils ne peuvent pas être vendus.
 

Pourquoi détruire l’ivoire, si l’éléphant est déjà mort, parfois depuis longtemps ?

Cette destruction ne risque -t-elle pas de rendre l’ivoire encore plus rare et d’augmenter son prix ? Non car en détruisant l’ivoire, le citoyen a la garantie qu’il n’ira pas grossir le marché illégal. L’ivoire tant qu’il est détenu par des particuliers est hors marché. L’ivoire pour lequel un certificat ne peut pas être délivré est d’office considéré comme en dehors du marché légal. Il s’agit dès lors de détruire cet ivoire illégal afin qu’il ne puisse être écoulé, d’une manière ou d’une autre, sur le marché noir.
Le SPF Santé, Pairi Daiza et les Zoos d’Anvers et de Planckendael sont unis dans la lutte pour la sauvegarde des éléphants dans la nature.

Depuis 2014, la cellule CITES du SPF Santé accorde un soutien financier aux plans présentés par les états africains dans le cadre de l’African Elephant Fund des Nations-Unies. Au total, 120.000 euros ont été versés au Fonds dont un subside de 50.000 euros, cette année. De plus, la cellule CITES contribue au fonctionnement du Fonds en tant que membre de son organe de gestion. Cette année, 100.000 euros ont également été octroyés au Parc des Virunga qui lutte contre le braconnage des éléphants en RDC.
 

Il existe un lien très fort entre les zoos et les éléphants. Le parc Pairi Daiza accueille 17 éléphants d’Asie et 3 éléphants d’Afrique et participe à plusieurs projets de conservation. Depuis plusieurs années, les zoos d’Anvers et de Planckendael collaborent à un programme d’élevage pour les éléphants d’Asie et soutiennent la création de corridors entre zones d’habitats des éléphants en Inde afin de limiter les conflits pour l’utilisation des sols et faire participer la population locale à la protection des éléphants.
Les citoyens qui désirent encore se débarrasser de leur ivoire peuvent prendre contact avec la cellule CITES afin de prendre rendez-vous pour venir l’apporter au SPF Santé.

 

Informations pour les journalistes

Un dossier de presse ainsi que des photos des containers et des objets en ivoire sont disponibles.

Plus d’informations notamment sur les mesures de protection des éléphants prises par les parcs

* Pairi Daiza : Hubert Vanslembrouck - G : 0498 48 54 00 - T : (0)68 250 834 - slem@pairidaiza.eu

* ZOO d’Anvers et de Planckendael - T : (0)3 203 56 16 - pers@kmda.org

 

Plus d’informations sur le commerce de l’ivoire et les mesures de protection prises par la Belgique

* SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement : Joëlle Smeets, G : 0474 498 441 - T : 02 524 95 05 - joelle.smeets@environnement.belgique.be

* Cellule CITES : Place Victor Horta 40/10 à 1060 Bruxelles. T : (02) 524 74 216 - cites@environnement.belgique.bewww.citesenbelgique.be

 

Les containers ont été mis à disposition par la firme Benelux Textiel bvba.

La mise en œuvre de la campagne « Sors tes dents » contribue à la réalisation des objectifs de développement durable « Consommation et production responsables » (SDG’s 12) et « Vie terrestre » (SDG’s 15). Plus d’infos sur www.sdgs.be

Date de publication: 
Jeu, 09/08/2018 - 10:06
Nouvelle saisie de drogueCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)
Source: 

Mardi 07/08, la douane a intercepté 1561 kg de cocaïne lors d'une action de contrôle au port d'Anvers.

Les drogues, d'une valeur de 75 millions d'euros, avaient été cachées dans un conteneur de troncs d'arbres provenant de Colombie. Il s'agit de le deuxième saisie de drogue importante en cinq jours au port d'Anvers.

Date de publication: 
Mer, 08/08/2018 - 11:52
Résultats de l'adjudication de certificats de Trésorerie du 07/08/2018Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

L'Agence fédérale de la Dette communique qu'elle a accepté les offres à l'adjudication de certificats de Trésorerie de ce jour pour un montant total de EUR 1,576 milliard. Ce montant est réparti sur les lignes de la façon suivante :

ISIN Code : BE0312761332 - 13/12/2018
Montant accepté (EUR milliards): 0,475
Rend. moyen pondéré: -0,554 %
Bid-to-cover ratio : 3,78

ISIN Code : BE0312765374 - 11/07/2019
Montant accepté (EUR milliards): 1,101
Rend. moyen pondéré: -0,551 %
Bid-to-cover ratio : 3,24

Pour plus de détails, voir les pages Reuters BELG/TC ou Bloomberg BELG - TC Auctions - Results.

Date de publication: 
Mar, 07/08/2018 - 12:03
saisie de drogueCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)
Source: 

Ce vendredi 03/08, au cours d'une opération de contrôle dans le port d'Anvers, la douane a intercepté 1727 kg de cocaïne.

La drogue était cachée dans un container de banane en provenance de l'Equateur et sa valeur à la revente est estimée à plus de 80 millions d'euros. Les marchandises ont été déchargées sur le Port du Pays de Waes, du bateau M/S MSC VAISHNAVI R.

Date de publication: 
Lun, 06/08/2018 - 11:56
Situation de la dette de l’État fédéral à fin juillet 2018 Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Communiqué de presse du SPF FINANCES, Administration Générale de la Trésorerie

Durant le mois de juillet 2018, la dette de l’État fédéral a baissé de 3,941 milliards d’euros pour atteindre 387,458 milliards d’euros à la fin du mois. En termes nets (après déduction des placements financiers et titres en portefeuille), elle a diminué de 2,369 milliards d’euros et atteint 375,675 milliards d’euros à la fin du mois de juillet.

Le surplus net de financement du mois de juillet 2018 s’élevait à 2,324 milliards d’euros.

La dette de l’Etat fédéral comprend également les dettes de certains organismes pour lesquels l’Etat fédéral intervient dans les charges financières. Ces dettes s’élevaient à 233,896 millions d’euros à la fin juillet.

La Trésorerie souligne que la dette subit d’importants effets saisonniers. L’évolution de la dette en cours d’année ne reflète donc généralement pas l’évolution annuelle globale.

En termes d’opérations effectuées durant le mois écoulé, la Trésorerie souhaite mentionner que :

• Un montant de 3,712 milliards d’euros d’obligations linéaires a été émis par adjudication usuelle.

• Les opérations de gestion (les dépôts et placements interbancaires ainsi que la prise en portefeuille de titres, principalement des OLO) ont diminué de 1,572 milliards d’euros.

 

Fin juillet 2018, la dette à moyen et long terme représentait 89,31% de l'encours de la dette émise ou reprise par l’Etat fédéral, contre 90,52% fin juillet 2017. La dette en euros représentait 99,7% de cet encours, comme l'année passée à la même date.

Date de publication: 
Lun, 06/08/2018 - 09:45
Résultats de l'adjudication de certificats de Trésorerie du 31/07/2018Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

L'Agence fédérale de la Dette communique qu'elle a accepté les offres à l'adjudication de certificats de Trésorerie de ce jour pour un montant total de EUR 1,335 milliard. Ce montant est réparti sur les lignes de la façon suivante :

ISIN Code : BE0312760326 - 08/11/2018
Montant accepté (EUR milliards): 1,335
Rend. moyen pondéré: -0,550 %
Bid-to-cover ratio : 2,26

Pour plus de détails, voir les pages Reuters BELG/TC ou Bloomberg BELG - TC Auctions - Results.

Date de publication: 
Mar, 31/07/2018 - 11:51
La fonction de conservateur d'hypothèques disparaît.Communiqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)
Source: 

Le 30 juillet, la loi qui supprime la fonction de conservateur des hypothèques entrait en fonction. Ses compétences et responsabilités seront reprises par l’Administration générale de la documentation patrimoniale (AGDP). Avec la suppression du conservateur des hypothèques, l’administration écrit l’histoire car la fonction existait littéralement depuis des siècles, plus de 200 ans pour être précis. Il s’agit toutefois d’une étape nécessaire pour pouvoir digitaliser à une plus grande vitesse, rendre le fonctionnement plus efficient, mener une politique de personnel plus moderne et améliorer la prestation de service.

Un peu d’histoire

La fonction de conservateur des hypothèques et l’organisation du système des hypothèques ont été introduites en Belgique en 1790 par les Républicains français. Dès le début, le conservateur des hypothèques était responsable pour les tâches qui lui étaient confiées par les différentes lois sur les hypothèques : la transcription de certains actes, l’inscription et la suppression de certains droits et hypothèques, mais également l’imposition et la perception des rémunérations hypothécaires et des rétributions. La fonction actuelle de conservateur des hypothèques cesse d’exister et les compétences confiées au conservateur sont redistribuées. Les compétences sur le plan des recettes fiscales et non-fiscales sont attribuées au receveur Sécurité juridique compétent. Les autres compétences qui sont liées au service public de la publicité hypothécaire sont attribuées à l’Administration générale de la documentation patrimoniale.

Digitaliser

Avant, il y avaient 48 conservations des hypothèques avec au moins le même nombre de bureaux de l’enrégistrement qui tenaient chacune et chacun une documentation. Par la fusion des deux secteurs, l’enrégistrement et les hypothèques, deux processus similaires sont complètement intégrés et digitalisés. Ceci réduit les coûts et mène à un traitement plus rapide des dossiers et donc à une mise à jour accélérée de la documentation.

Améliorer la prestation de service

Dans notre société actuelle, le trafic économique se déroule à un très haut rythme, ce qui renforce l’importance d’une livraison correcte et rapide de certificats. En passant par la digitalisation, les actes peuvent être traités plus rapidement et les certificats hypothécaires peuvent être délivrés dans les délais prévus.

Rendre le fonctionnement plus efficient

En transférant les tâches du conservateur des hypothèques au niveau de l’administration, il est plus facile de faire travailler les différents bureaux de manière uniforme. Ceci facilite le renfort de l’un ou l’autre bureau qui subirait un manque de personnel ou un afflux de travail. De plus, les tâches du conservateur sont diffusées entre plusieurs collaborateurs. L’augmentation du nombre d’actes des dernières années rendait le traitement et la délivrance des actes et certificats quasi impossible par une seule personne.

Mener une politique de personnel plus moderne

Le conservateur des hypothèques était responsable pour sa propre gestion de personnel. Ses employés bénéficiaient d’un statut juridique spécifique. En donnant aux employés des hypothèques le statut de fonctionnaire, ils auront ainsi accès aux mêmes formations et possibilités de carrière que les autres fonctionnaires de l’autorité fédérale. Ces collaborateurs effectuent en plus un ensemble de tâches plus polyvalentes ce qui renforce la motivation et augmente la satisfaction de l’emploi.

Date de publication: 
Mar, 31/07/2018 - 09:35
Les témoins de discrimination sont insuffisamment protégés par la législation belgeCommuniqués de presse officiels (PressCenter, Résidence Palace)

Bruxelles, le 26 juillet 2018 – La législation belge ne protège pas assez les témoins de discrimination, selon l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. Ils jouent pourtant un rôle crucial dans la défense des victimes de discrimination. L’Institut a fait ce constat suite à une affaire où une gérante de magasin a été licenciée pour avoir défendu la sélection d’une candidate enceinte au cours d’une procédure de recrutement. Le Tribunal du travail d’Anvers a décidé de poser une question préjudicielle à la Cour de justice de l’Union européenne afin de déterminer si la loi belge en matière de protection des témoins est contraire au droit européen.

En 2015, la gérante d’une filiale d’une chaîne de magasins a voulu renforcer son équipe en engageant du personnel supplémentaire. Elle a choisi la personne, selon elle, la plus compétente. Le siège social s’est opposé à ce choix au motif que la candidate était enceinte. La gérante du magasin a rappelé que la loi belge interdit la discrimination à l’égard des femmes enceintes et a plaidé plusieurs fois en faveur du recrutement de la candidate, mais le siège social a continué à refuser.
L’Institut a reçu une plainte de la femme enceinte et a contacté le siège social de la chaîne de magasins. Le siège social a prétendu que la gérante avait décidé de sa propre initiative de ne pas recruter la candidate. La gérante du magasin a été licenciée à la suite des discussions concernant cette affaire.
L’Institut a porté le dossier en justice, avec la candidate enceinte et la gérante licenciée. Le 23 mai 2018, le Tribunal du travail a jugé que la candidate avait effectivement fait l’objet d'une discrimination en raison de sa grossesse. Pour la gérante la question est plus compliquée. La Loi-Genre prévoit une protection contre les représailles sur les témoins de discrimination tels que le licenciement, mais uniquement lorsqu’un témoignage signé et daté a été rédigé. En l'absence d'un tel document au moment de son licenciement, la gérante du magasin n’est donc pas protégée. Cependant, la Directive européenne n’est pas aussi stricte que la législation belge en ce qui concerne les conditions pour bénéficier, en tant que témoin, d’une protection contre d’éventuelles représailles.
« Les témoins peuvent jouer un rôle crucial dans la réduction de la discrimination de genre. Ils augmentent les chances de prouver la discrimination et donnent aux victimes le sentiment qu’elles ne sont pas seules. Ils doivent être suffisamment protégés. » déclare Michel Pasteel, directeur de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.
Le Tribunal du travail a décidé de poser une question préjudicielle à la Cour de justice de l’Union européenne. Celle-ci devra maintenant décider si les conditions belges relatives à la protection des témoins prévues dans la Loi-Genre sont contraires au droit européen. L’Institut recommande une révision du système de protection des témoins contre les représailles afin de le mettre en conformité avec le droit européen.

Contact presse
Institut pour l’égalité des femmes et des hommes
Caroline Loret-Vanderlinden
E-mail: caroline.loretvanderlinden@iefh.belgique.be
Tél. : +32 2 233 45 21
http://igvm-iefh.belgium.be
Créé en décembre 2002, l’Institut pour l'égalité des femmes et des hommes est l'institution publique fédérale indépendante qui a pour mission de garantir et de promouvoir l'égalité des femmes et des hommes, de combattre toute forme de discrimination ou d'inégalité fondée sur le sexe, et ce par l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre légal adapté, de structures, de stratégies, d’instruments et d’actions appropriés.
Toute personne, victime ou témoin de discrimination fondée sur le sexe, peut s’informer sur ses droits ou déposer plainte gratuitement et en toute confidentialité auprès de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes via le numéro vert 0800/12.800 ou via son site internet http://igvm-iefh.belgium.be.

Date de publication: 
Mer, 25/07/2018 - 23:54