[bannière] Belinfos.be, toute l'actualité en Belgique francophone Site belge francophone


130 sources différentes


25/02/2020 - ACTUALITES POLITIQUES ET DIVERSES : 3 sources

1 - La Libre, politique belge
2 - RTL Infos - Belgique
3 - Skynet politique (dépêches politiques Agence Belga)


ACTUALITES POLITIQUES ET DIVERSES (1) : Skynet politique (dépêches politiques Agence Belga)

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Coronavirus - La Maison Blanche demande 2,5 mds USD au CongrèsSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
La Maison Blanche prévoit de consacrer un total 2,5 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros) pour lutter contre le nouveau coronavirus mortel alors que la contamination s'accélère dans le monde entier, rapporte lundi le Washington Post.
Le procès Fillon renvoyé à mercredi à cause de la grève des avocatsSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le procès de l'ancien Premier ministre François Fillon, de son épouse Penelope et de son ancien suppléant Marc Joulaud pour des soupçons d'emplois fictifs de Mme Fillon, tout juste ouvert lundi, a été reporté à mercredi après-midi en raison du mouvement de grève des avocats.
Gwendolyn Rutten renonce à rempiler à la présidence de l'Open VldSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, a annoncé lundi dans une vidéo qu'elle renonçait à prendre part aux élections présidentielles de son parti. "Après deux mandats, c'est plus sain de passer le témoin", a-t-elle commenté.
Togo: Faure Gnassingbé reconduit pour un 4e mandat (72%), l'opposition contesteSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le président togolais Faure Gnassingbé a été réélu dimanche soir pour un quatrième mandat avec 72,36% des voix, très loin devant le candidat de l'opposition Agbéyomé Kodjo, qui dénonce des fraudes et revendique lui aussi la victoire, selon les résultats proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).
Canada: les barrages d'autochtones persistent, Ottawa s'inquièteSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Les barrages de manifestants autochtones, qui bloquent des voies ferrées au Canada depuis plus de deux semaines, menacent de faire dérailler l'économie canadienne, a prévenu dimanche le ministre des Transports, appelant à une reprise rapide du dialogue.
Éthiopie: 29 blessés dans "un attentat à la bombe" pendant un meeting pro-AbiySkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Un "attentat à la bombe" pendant un rassemblement de soutien au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a fait 29 blessés dimanche, a déclaré un responsable de la police, illustrant de nouveau l'instabilité dans le pays avant les élections prévues en août.
Présidentielle américaine 2020 - Un conseiller de Trump dément les ingérences russes en sa faveurSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Robert O'Brien, a déclaré dimanche n'avoir pas connaissance de renseignements sur des ingérences russes en faveur du président Donald Trump dans la campagne électorale américaine.
Le Premier ministre slovaque hospitalisé à une semaine des électionsSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le Premier ministre slovaque Peter Pellegrini a été hospitalisé d'urgence dimanche, à une semaine des élections parlementaires, en raison d'une infection des voies respiratoires, couplée à une forte fièvre.
Allemagne: revers électoral à Hambourg pour le parti d'Angela MerkelSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Les électeurs de Hambourg ont infligé dimanche un revers électoral au parti conservateur d'Angela Merkel, en pleine crise interne, éjectant par ailleurs la formation d'extrême droite AfD d'un premier parlement régional, selon les premières estimations.
Les futurs professeurs devraient maîtriser le français... ou doublerSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Sur le principe, tout le monde est d'accord: les futurs professeurs doivent maîtriser la langue française. Le décret qui régit la manière d'atteindre cet objectif fait cependant débat: écoles supérieures et syndicats étudiants proposent des réformes divergentes, écrit samedi Le Soir dans ses colonnes.
Présidentielle américaine 2020 - Twitter suspend 70 comptes pro-BloombergSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Twitter a suspendu 70 comptes qui postaient des contenus favorables à Michael Bloomberg, le candidat à l'investiture démocrate qui a engagé des centaines de personnes pour faire sa promotion dans leurs cercles sociaux pendant sa campagne.
Francken: "Avec Vivaldi ce sera l'immobilisme pendant 4 ans"Skynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
"Avec Vivaldi ce sera l'immobilisme pendant 4 ans. Et la majorité ne sera pas stable du tout", a déclaré samedi dans la Libre Belgique et la Dernière Heure, Theo Francken, ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration N-VA qui promet une "opposition très dure comme on en a encore rarement vu" si une telle coalition gouvernementale voyait le jour.
Slovaquie: des milliers de manifestants commémorent l'assassinat d'un journalisteSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Des milliers de personnes ont manifesté vendredi en Slovaquie, à une semaine des élections générales, pour commémorer la mort du journaliste d'investigation Jan Kuciak dont l'assassinat il y a deux ans avait suscité des protestations massives et une crise politique dans ce pays en proie à la corruption.
Législatives en Iran : le scrutin est officiellement closSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Les élections législatives iraniennes ont pris fin officiellement à minuit (21H30 HB vendredi), selon les agences iraniennes Fars et Tasnim.
Bolivie: Morales considère l'invalidation de sa candidature comme une "erreur"Skynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
L'ex-président bolivien Evo Morales, exilé en Argentine, a estimé vendredi que l'invalidation par l'autorité électorale de sa candidature pour un poste de sénateur aux élections générales du 3 mai était une "erreur juridique".

ACTUALITES POLITIQUES ET DIVERSES (2) : Flux supprimé, momentanément inaccessible ou pas d'infos récentes - cliquer ici pour vérifier.

ACTUALITES POLITIQUES ET DIVERSES (3) : RTL Infos - Belgique

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
RTL INFO présente VOS QUESTIONS sur le coronavirus à un médecin: voici ses réponses (vidéo)RTL Infos - Belgique

Depuis son apparition, on a entendu de nombreuses choses sur le covid-19, également appelé coronavirus. Via notre bouton orange Alertez-nous ou sur Facebook, vous êtes nombreux à nous avoir envoyé des questions sur le virus. Nous les avons présentées à un médecin pour y répondre.

Comme le virus de la grippe

Le coronavirus est comparable à tous les autres virus respiratoires comme la grippe, avec les mêmes symptômes: toux, fièvre et mal de gorge.

"Il se communique par des goutelettes qu'on recrache, même dans une discussion courante, ou a fortiori si on éternue. Egalement par les surfaces de contact", explique Elie Cogan, médecin du service de médecine interne au Chirec (site Delta).

Comment éviter d'être contaminé?

Autre question posée par de nombreux internautes: comment éviter d’attraper ce virus et surtout faut-il prendre certaines précautions?

"Il est recommandé de ne pas tousser ni éternuer sans protection particulière. Dans l'autre sens, comme dans les épidémies de grippe ou d'autres virus respiratoires, il est bon de ne pas se retrouver dans des atmosphères confinés", indique Elie Cogan.

Comment guérit-on?

Beaucoup craignent également de ne pas pouvoir en guérir. Selon le professeur Cogan, Dans plus de 80% des cas les personnes se sentent mal durant une grosse semaine, mais le virus guérit tout seul.

"Le problème qui est posé ici, c'est que 10 à 15% sont des situations plus graves qui nécessiteront des hospitalisations, et dans environ 5% des situations on se retrouvera aux soins intensifs avec des soins supportifs importants face à un problème de pneumonie grave", explique Elie Cogan.

La Belgique bientôt touchée?

Autre interrogation fréquente: le coronavirus arrivera-t-il en Belgique? Voici la réaction du docteur Cogan: "Il est clair que des sujets qui proviennent de régions où le virus existait déjà de façon relativement épidémique sont susceptibles de revenir en Belgique et puis de contaminer leur entourage".

Selon le professeur, on estime qu’une personne contaminée par ce virus va en contaminer 3 à 4 autour d’elle.

Et les animaux de compagnie?

Nos animaux de compagnie, chiens, chats et autres, peuvent-ils être touchés par le coronavirus? "Au même titre que vous n'avez pas entendu qu'il fallait vacciner votre chat ou votre chien contre la grippe, il n'y a pas de raison de penser qu'on pourra transmettre ce virus à un animal de compagnie", explique Elie Cogan.

Les Belges à l'étranger - Dries Mertens, buteur contre Barcelone, égale le meilleur buteur du club napolitainRTL Infos - Belgique

(Belga) Dries Mertens, 32 ans, est devenu le co-meilleur buteur de l'histoire du club de football de Naples, à égalité avec le Slovaque Marek Hamsik, grâce à son 121e but inscrit sous le maillot napolitain, dès la 30e minute, ouvrant le score (1-0), du duel face au Barça en 8es de finale aller de la Ligue des Champions mardi à Naples.

Arrivé à Naples en provenance du PSV Eindhoven en 2013, Mertens a depuis porté le maillot napolitain à 310 reprises. Il a marqué son premier but le 30 octobre 2013 contre la Fiorentina. C'est surtout lors de la saison 2016/2017 que le Diable Rouge a alimenté son compteur. Repositionné en 'faux neuf' par Maurizio Sarri après le départ de Gonzalo Higuain, Mertens a inscrit 28 buts en 35 rencontres de championnat, frôlant le titre de meilleur buteur, échouant à un petit but du Bosnien Edin Dzeko. Dries Mertens avait déjà franchi un cap symbolique en dépassant les 115 buts Diego Maradona le 23 octobre dernier, grâce à un doublé contre Salzbourg. Il avait alors mis le record de Hamsik, avec qui il a joué, dans le viseur. En raison d'une blessure aux adducteurs, il a dû patienter un peu, manquant tous les matchs du mois de janvier. De retour aux affaires, il a recommencé à marquer. Cette saison, il a inscrit 6 buts en championnat et 6 en Ligue des Champions. A Naples, Mertens a remporté une Coupe d'Italie et une Supercoupe, toutes deux gagnées en 2014. A trois reprises, il a pris la deuxième place du championnat. Marek Hamsik, 32 ans, a porté les couleurs de Naples entre 2007 et 2019. (Belga)

Les Belges à l'étranger - Dries Mertens, buteur contre Barcelone, égale le meilleur buteur du club napolitainRTL Infos - Belgique

(Belga) Dries Mertens, 32 ans, est devenu le co-meilleur buteur de l'histoire du club de football de Naples, à égalité avec le Slovaque Marek Hamsik, grâce à son 121e but inscrit sous le maillot napolitain, dès la 30e minute, ouvrant le score (1-0), du duel face au Barça en 8es de finale aller de la Ligue des Champions mardi à Naples.

Arrivé à Naples en provenance du PSV Eindhoven en 2013, Mertens a depuis porté le maillot napolitain à 310 reprises. Il a marqué son premier but le 30 octobre 2013 contre la Fiorentina. C'est surtout lors de la saison 2016/2017 que le Diable Rouge a alimenté son compteur. Repositionné en 'faux neuf' par Maurizio Sarri après le départ de Gonzalo Higuain, Mertens a inscrit 28 buts en 35 rencontres de championnat, frôlant le titre de meilleur buteur, échouant à un petit but du Bosnien Edin Dzeko. Dries Mertens avait déjà franchi un cap symbolique en dépassant les 115 buts Diego Maradona le 23 octobre dernier, grâce à un doublé contre Salzbourg. Il avait alors mis le record de Hamsik, avec qui il a joué, dans le viseur. En raison d'une blessure aux adducteurs, il a dû patienter un peu, manquant tous les matchs du mois de janvier. De retour aux affaires, il a recommencé à marquer. Cette saison, il a inscrit 6 buts en championnat et 6 en Ligue des Champions. A Naples, Mertens a remporté une Coupe d'Italie et une Supercoupe, toutes deux gagnées en 2014. A trois reprises, il a pris la deuxième place du championnat. Marek Hamsik, 32 ans, a porté les couleurs de Naples entre 2007 et 2019. (Belga)

Coronavirus: contrôles de sécurité, risque de pandémie, mortalité par rapport à la grippe... les explications d'un spécialisteRTL Infos - Belgique

Emmanuel Bottieau, infectiologue spécialiste des maladies tropicales et infectieuses à l'Institut de médecine tropicale d'Anvers, était l'invité du RTL INFO 19H ce mardi. Nous l'avons interrogé sur les mesures de sécurité, les voyages, le risque de pandémie ou encore le taux de mortalité concernant le coronavirus.

Caroline Fontenoy: Une question que beaucoup de personnes se posent: est-ce normal qu'il n'y ait pas plus de contrôles actuellement dans les aéroports belges?

Emmanuel Bottieau: Il y a une réunion ce (mardi) soir du comité d'urgence qui s'occupe de ce genre d'évaluation du risque. Ça va sûrement être sur la table. Mais de toute façon, à ce stade-ci, on s'est limité à ce qui se passe en Chine. Parce que là il y a véritablement eu un épicentre épidémique extrêmement important. La situation évolue très vite, notamment en Italie, donc il est possible que de nouvelles dispositions soient prises dans les prochains jours.

Caroline Fontenoy: Est-ce qu'on peut encore voyager en toute sécurité ou non?

Emmanuel Bottieau: Il y a des endroits qui sont confinés parce qu'il y a eu plusieurs cas rapportés. Je pense que dans d'autres endroits où on n'a pas encore rapporté de cas, il n'y a pas de risque particulier majoré par rapport à la situation classique. Je pense malgré tout qu'il faut rester relativement prudent. Si on revient d'une zone d'Italie où il y a des cas qui ont été rapportés, il faudrait peut-être respecter un certain isolement. Être plus attentif aux contacts sociaux, pour l'instant ça reste surtout du bon sens.

Caroline Fontenoy: Se dirige-t-on inévitablement vers une pandémie?

Emmanuel Bottieau: Tel que les choses évoluent actuellement, c'est vrai qu'on se pose la question. Pour une pandémie, il faut qu'il y ait une transmission du virus autochtone, local, sur tous les continents. Or ce n'est pas vraiment le cas sur le continent américain ni sur le continent africain. Théoriquement on ne peut pas encore parler de pandémie, mais en effet, en Europe on voit que les choses s'accélèrent dans certains pays.

Caroline Fontenoy: Sur plus de 80.000 contaminations, 28.000 personnes ont guéri. On ne meurt pas systématiquement de cette maladie. Le taux de mortalité est variable en fonction de l'âge des patients: 0% de 0 à 10 ans, 0,2% jusque 39 ans et 14,8% pour les plus de 80 ans.

Emmanuel Bottieau: On s'est bien aperçu très rapidement dans l'épidémie que les personnes plus âgées, et bien entendu celles qui ont des problèmes de pathologies sous-jacents, des problèmes cardiaques ou pulmonaires, sont plus susceptibles de développer des complications. Mais d'une manière générale, dans la population plus jeune, le taux de décès est extrêmement faible.

Caroline Fontenoy: A titre de comparaison, est-ce que le coronavirus est-il plus ou moins meurtrier que la grippe saisonnière?

Emmanuel Bottieau: Ça reste toujours difficile à évaluer, parce que la grippe saisonnière on la connaît depuis de très nombreuses années, on peut analyser avec beaucoup de précision les chiffres. Ici ça reste quand même encore une maladie pas encore très bien connue. Par rapport aux cas symptomatiques qu'on voit venir à l'hôpital, il y a probablement toute une série de cas non symptomatiques, des gens qui sont porteurs du virus mais qui ne sont pas malades. C'est au moment où on aura tout ce tableau épidémiologique complet qu'on pourra dire avec précision. D'une manière générale, ça semble être du même ordre de grandeur que la grippe saisonnière. Les problèmes de mortalité sont peut-être parfois plutôt liés à des insuffisances de soins de santé à certains endroits, dans l'épicentre de l'épidémie en Chine par exemple.

Météo: des averses formées dans un air maritime polaire s'abattent sur la BelgiqueRTL Infos - Belgique

Une accumulation de neige jusqu'à cinq centimètres est attendue cette nuit en Haute-Belgique, selon l'Institut royal météorologique (IRM).

Ce mardi soir et au cours de la nuit, des averses se développeront dans de l'air maritime polaire et adopteront progressivement un caractère hivernal. En Basse et Moyenne-Belgique, il s'agira d'abord de grésil puis, progressivement, de grésil ou de neige fondante.

En Haute-Belgique, les averses seront d'abord généralement de neige fondante mais elles se transformeront, en cours de soirée et de nuit, en averses de neige donnant lieu à une accumulation. Ainsi, entre ce mardi 23h et mercredi 7h, l'IRM prévoit:

  • quelques traces ou une faible accumulation temporairement possibles en-dessous de 400 mètres d'altitude
  • deux à quatre centimètres de neige entre 400 et 500 m d'altitude
  • quatre à cinq centimètres au-dessus de 500 m d'altitude.

Les cumuls seront toutefois irréguliers en fonction de la trajectoire des averses.

Outre les précipitations hivernales, quelques plaques de glace pourraient localement se former en deuxième partie de nuit. Une accumulation supplémentaire de neige (un à trois centimètres) est attendue au-dessus de 400 m mercredi matin, puis au-dessus de 500-550 mètres l'après-midi (un à trois centimètres).

Conditions glissantes jusque jeudi matin

Face aux prévisions de précipitations hivernales, l'IRM a lancé un avertissement jaune pour des conditions glissantes sur toute la Wallonie, Bruxelles et la partie est de la Flandre. L'alerte est lancée dès ce mardi 23h et doit prendre fin jeudi à 1h du matin.

Il n'y a que 10% de chance que l'on skie ce jeudi en Belgique

Alors qu'on annonce 15 à 25 centimètres de neige sur le plateau des Hautes Fagnes d'ici jeudi en cours de journée, la probabilité de voir les différents centres de ski des Cantons de l'Est ouvrir leurs portes est très faible. "Elle n'est que de 10% et il faudrait vraiment des conditions d'enneigement exceptionnelles pour que cette situation se produise", assure mardi Alexandre Fechir, gestionnaire des locations de ski au signal de Botrange perché à 694 m, soit le point culminant de la Belgique.

Alors que les conditions climatiques deviendront plus hivernales dans les prochaines heures et qu'un épais manteau blanc est annoncé sur les hauts plateaux fagnards, la pratique du ski n'est pas pour autant assurée. "Les sols sont gorgés d'eau. Même s'il tombe 15 centimètres ou plus, ces endroits resteront mouillés et la pratique du ski sera très difficile au Signal de Botrange et sur les pistes environnantes car elles sont bien damées", ajoute M. Fechir. Selon ce spécialiste, gestionnaire de centres de ski depuis plus de 30 ans, on ne devrait pas skier en Belgique ces prochains jours. "Je ne pense pas qu'un seul exploitant ouvrira fin de semaine même s'il y a actuellement des touristes dans la région. Maintenant, la situation peut vite varier en fonction des températures mais il n'y a actuellement qu'une chance sur dix pour qu'on ouvre jeudi", estime-t-il.

Cette saison de ski 2019-2020 pourrait réellement être une saison blanche pour les exploitants. Une première depuis plus de 10 ans.

Jusqu'à cinq centimètres de neige attendus cette nuitRTL Infos - Belgique

(Belga) Une accumulation de neige jusqu'à cinq centimètres est attendue cette nuit en Haute-Belgique, selon l'Institut royal météorologique (IRM).

Ce mardi soir et au cours de la nuit, des averses se développeront dans de l'air maritime polaire et adopteront progressivement un caractère hivernal. En Basse et Moyenne-Belgique, il s'agira d'abord de grésil puis, progressivement, de grésil ou de neige fondante. En Haute-Belgique, les averses seront d'abord généralement de neige fondante mais elles se transformeront, en cours de soirée et de nuit, en averses de neige donnant lieu à une accumulation. Ainsi, entre ce mardi 23h et mercredi 7h, l'IRM prévoit: quelques traces ou une faible accumulation temporairement possibles en-dessous de 400 mètres d'altitude; deux à quatre centimètres de neige entre 400 et 500 m d'altitude et quatre à cinq centimètres au-dessus de 500 m d'altitude. Les cumuls seront toutefois irréguliers en fonction de la trajectoire des averses. Outre les précipitations hivernales, quelques plaques de glace pourraient localement se former en deuxième partie de nuit. Une accumulation supplémentaire de neige (un à trois centimètres) est attendue au-dessus de 400 m mercredi matin, puis au-dessus de 500-550 mètres l'après-midi (un à trois centimètres). (Belga)

Ne pas prendre la déclaration d'impôts simplifiée pour argent comptant, dit le CSFRTL Infos - Belgique

(Belga) Le Conseil Supérieur des Finances (CSF) recommande au contribuable de ne pas prendre la déclaration d'impôts simplifiée pour argent comptant, écrit La Libre mardi sur son site internet. Si le CSF concède que cela allège considérablement le fardeau administratif, il dit aussi que "pour un nombre considérable de contribuables, il existe une certaine incertitude quant à l'exactitude des données pré-saisies".

Un document du CSF parvenu à La Libre montre à quel point la déclaration fiscale est complexe, écrit le quotidien. Sachant que plus de 80% des contribuables utilisent moins de 20 codes sur les 800 que compte la déclaration, le SPF Finances envoie une proposition de déclaration simplifiée à plus de 3,2 millions de contribuables (environ 50% des déclarations). Fort bien, sauf que les experts du CSF recommandent de ne pas la prendre pour argent comptant, ajoute La Libre. Si le CSF concède que cela allège considérablement le fardeau administratif, il dit aussi que "pour un nombre considérable de contribuables, il existe une certaine incertitude quant à l'exactitude des données pré-saisies. Cette incertitude est alimentée par la complexité de la législation", selon le CSF, qui pointe également que le document préparatoire en ligne au remplissage (et donc à la vérification) de la déclaration comporte 125 pages pour l'exercice d'imposition 2019 rien que pour la partie I de la déclaration. La partie II en ajoute 57 autres. (Belga)

Des Belges bloqués à Tenerife: vous avez séjourné dans l'hôtel ces derniers jours? Contactez-nousRTL Infos - Belgique

Au moins 110 Belges sont bloqués dans l'hôtel H10 Costa Adeje Palace à Tenerife. Deux voyageurs séjournant sur place ont été testés positifs au coronavirus.

L'établissement accueillait environ un millier de vacanciers. Ils ont été placés "sous contrôle sanitaire", ont annoncé les autorités. Concrètement, les touristes doivent rester dans leurs chambres jusqu'à nouvel ordre.

Vous avez séjourné dans l'hôtel en question, le H10 Costa Adeje Palace, ces derniers jours? Nous recherchons des témoignages. Vous pouvez nous envoyer toutes vos informations par e-mail à l'adresse temoinsrtlinfo@rtl.be ou en appuyant sur le bouton orange Alertez-nous de notre site et application.

Dany, Bruxelloise bloquée à Tenerife: "On nous dit de prendre notre température deux fois par jour, mais nous n’avons pas de thermomètre" (vidéo)RTL Infos - Belgique

Dany et son mari devaient repartir ce matin de Tenerife, après une semaine de vacances en amoureux. Mais en se réveillant, ils ont découvert un mot glissé sous la porte de leur chambre d'hôtel. Ils découvrent alors que l’établissement est confiné suite à un cas suspect de coronavirus.

Le couple bruxellois attend dans sa chambre. Un médecin est censé passer pour prendre leur température. "On nous demande de prendre notre température deux fois par jour mais nous n'avons pas de thermomètre" s'étonne la retraitée qui attend des nouvelles. Devra-t-elle rester en quarantaine sur place ou pourra-t-elle rentrer en Belgique comme prévu?

"Il y a tout de même un peu d’inquiétude, explique Dany, parce qu’on est un peu calfeutré dans la chambre. On ne sait pas trop ce qu’il va se passer." Heureusement, en cours d’interview, le couple reçoit un sac de nourriture. "Nous sommes sans manger depuis ce matin."

La retraité reste positive: "Au moins, il fait beau. Mais c’est vrai que si ça s’éternise pendant 15 jours, ça va être un peu long."

Les syndicats déposent un préavis de grève dans les prisons pour le 6 marsRTL Infos - Belgique

(Belga) Les syndicats du personnel des prisons ont déposé mardi un préavis de grève de 24h00 pour le 6 mars, conformément aux nouvelles règles encadrant la concertation sociale et le service minimum. Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) a annoncé lundi que ces règles seraient désormais appliquées, au grand dam des syndicats.

Le personnel des prisons du pays a débrayé à plusieurs reprises ces dernières semaines pour protester contre la manière utilisée par la ministre pour mettre en œuvre le service minimum. Ils y voient une attaque contre le droit de grève. Selon les nouvelles règles, une grève ne peut débuter que 10 jours après le dépôt d'un préavis de grève. Durant le mouvement social, un service minimum au sein de la prison doit par ailleurs être assuré, avec la présence minimum de 70% du personnel. Les trois organisations syndicales représentatives du personnel pénitentiaire - ACOD/CGSP, ACV/CSC et VSOA/SLFP - ont répondu mardi au "passage en force du ministre" la veille en soumettant un préavis de grève "conformément à la législation désormais en vigueur afin d'autoriser une grève de 24h le 6 mars 2020." Les instances décideront ensuite durant leurs comités de prisons prévus ces prochains jours si la grève du 6 mars aura bel et bien lieu. "Le ministre pense qu'il peut réduire le personnel des prisons au silence, mais que ce soit bien clair, nous n'accepterons pas ça", a déclaré le front commun syndical dans un message adressé à ses affiliés. Une grève avait également été envisagée le vendredi 28 février mais après consultation de leurs conseillers juridiques, les syndicats ont décidé d'en abandonner l'idée. "Nos conseillers juridiques sont d'avis que déclencher une grève le 28 février, sans avoir introduit de préavis de grève dans le cadre de la législation actuelle, comporte le risque que des personnes soient considérées en 'non-activité'. Étant donné l'impact de la 'non-activité' sur l'ancienneté d'un membre du personnel, nous pensons qu'il est irresponsable de demander au personnel de faire grève ce jour-là", est-il précisé. (Belga)

"Il n'y a que 10% de chance que l'on skie ce jeudi en Belgique"RTL Infos - Belgique

(Belga) Alors qu'on annonce 15 à 25 centimètres de neige sur le plateau des Hautes Fagnes d'ici jeudi en cours de journée, la probabilité de voir les différents centres de ski des Cantons de l'Est ouvrir leurs portes est très faible. "Elle n'est que de 10% et il faudrait vraiment des conditions d'enneigement exceptionnelles pour que cette situation se produise", assure mardi Alexandre Fechir, gestionnaire des locations de ski au signal de Botrange perché à 694 m, soit le point culminant de la Belgique.

Alors que les conditions climatiques deviendront plus hivernales dans les prochaines heures et qu'un épais manteau blanc est annoncé sur les hauts plateaux fagnards, la pratique du ski n'est pas pour autant assurée. "Les sols sont gorgés d'eau. Même s'il tombe 15 centimètres ou plus, ces endroits resteront mouillés et la pratique du ski sera très difficile au Signal de Botrange et sur les pistes environnantes car elles sont bien damées", ajoute M. Fechir. Selon ce spécialiste, gestionnaire de centres de ski depuis plus de 30 ans, on ne devrait pas skier en Belgique ces prochains jours. "Je ne pense pas qu'un seul exploitant ouvrira fin de semaine même s'il y a actuellement des touristes dans la région. Maintenant, la situation peut vite varier en fonction des températures mais il n'y a actuellement qu'une chance sur dix pour qu'on ouvre jeudi", estime-t-il. Cette saison de ski 2019-2020 pourrait réellement être une saison blanche pour les exploitants. Une première depuis plus de 10 ans. (Belga)

Le lancement d’une séquence d’un JT de RTL-TVI contrevenait au Code de déontologie journalistiqueRTL Infos - Belgique

Le Conseil de déontologie journalistique a constaté ce 19 février 2020 que le lancement d’une séquence du JT (13h) de RTL-TVI consacrée à la découverte, par une touriste belge, du cadavre d’un migrant rejeté par la mer sur une plage de Tunisie ne respectait pas le préambule du Code de déontologie journalistique (responsabilité sociale). Le CDJ a en effet estimé que ce lancement ne permettait pas aux spectateurs de prendre la mesure de la gravité du sujet évoqué et de la banalisation de la situation tragique des migrants qu’elle pouvait induire. Le Conseil a rappelé que les journalistes ont une responsabilité sociale inhérente à leur devoir d’information, laquelle implique, dans le cadre de dossiers sensibles, de prendre la mesure des éventuelles répercussions de l’information ainsi diffusée dans la société. Le CDJ n’a pas retenu les différents griefs exprimés par les plaignants à l’égard de la séquence elle-même et de son choix d’angle qui relève de la liberté rédactionnelle du média.

L’avis complet du CDJ peut être consulté ici

Test Achats: "Deux produits de marques blanches sur trois ne répondent pas aux exigences de sécurité européenne"RTL Infos - Belgique

Expliquez-nous d'abord ce que vous avez testé exactement? 

Tout d'abord, on ne peut pas conclure que de manière générale, deux produits sur trois ne répondent pas aux exigences de sécurité parce que nous avons ciblé les produits que nous avons achetés en choisissant des produits de marques blanches. On a acheté 18 catégories de produits. Cela compte aussi bien des chargeurs USB, des détecteurs de fumée, des vêtements pour enfants, des jouets pour enfants mais aussi des bijoux. C'est une très large catégorie de produits. Malheureusement, le constat est que sur les 250 produits que nous avons achetés au total, deux sur trois des produits ne répondent pas aux exigences européennes en matière de sécurité. 

Sur quel site avez-vous commandé ces produits? 

On les a commandés sur les plateformes de vente les plus connues aujourd'hui comme Wish, Aliexpress, Amazon, Ebay ou encore Light In The Box. 

Est-ce qu'ils proviennent du monde entier ou il y a des pays plus particulièrement ciblés? 

On sait évidemment qu'il y a une grande partie qui vient de Chine. C'est un des problèmes que l'on a constaté et c'est un des signes qui doit alerter les consommateurs quand on reçoit que des instructions en chinois. Cela ne répond pas du tout aux exigences européennes en matière de sécurité, il faut pouvoir lire le mode d'emploi du produit dans une langue qui est compréhensible pour le consommateur. 

Ils ont un point commun ces produits? Vous les avez choisis car ils coûtaient tous très peu cher?  

On s'est dit qu'aujourd'hui les consommateurs cherchent des produits à petit prix. Parfois, on remarque qu'on essaie d'imiter les grandes marques mais qu'il n'y a pas de marque indiquée sur le produit. C'était probablement dans cette catégorie-là de produits qu'il y a le plus de problèmes. Malheureusement, nos craintes ont été confirmées par les résultats de nos analyses en laboratoire.

Vous dites que deux produits sur trois de ceux que vous avez achetés présentaient des risques. On ne parle pas simplement de problèmes de fonctionnement, vous parlez de risques pour le consommateur. Lesquels exactement? 

On a un exemple très concret: tous les détecteurs de fumée que l'on a achetés, aucun ne fonctionnait. C'est un risque très concret car on pense que l'on a un détecteur d'incendie qui fonctionne chez soi alors qu'il est inefficace. C'était la même chose pour les détecteurs de monoxyde de carbone. On a trouvé plusieurs substances dangereuses dans les jouets pour enfants: des phtalates, bien au-delà des normes européennes qui sont aujourd'hui en vigueur. Dans les dentifrices blanchissants aussi, il y a une substance qui est utilisée et qui est réglementée. Parfois, la limite autorisée est dépassée de 14 à 70 fois. Cela peut provoquer de graves irritations aux gencives. Il y avait également des substances toxiques dans les bijoux que nous avons constatées. Ce ne sont pas des petits risques pour la santé des consommateurs, cela peut avoir des implications très concrètes voire fatales quand on parle du détecteur à incendie.

On n'est donc pas protégé lorsque l'on fait son shopping en ligne? 

C'est le sentiment que nous avons aussi. On se pose la question de la responsabilité de ces plateformes. Nous demandons qu'il y ait un cadre beaucoup plus clair parce que ces plateformes aujourd'hui sont en quelque sorte un intermédiaire entre le vendeur et le consommateur. A priori, elles n'effectuent pas de contrôle sur les produits qui sont proposés sur le site. Aujourd'hui, la seule obligation que les plateformes ont, c'est une fois un produit dangereux signalé, elles doivent le retirer du marché dans un délai raisonnable.

Vous avez signalés ces produits? 

Oui, nous l'avons fait. Parfois, on a une réaction que l'on peut qualifier de rapide, les produits ont été retirés. Pour certains, on n'a pas eu de réponse du tout. D'autres fois, on nous a dit "Je ne vois pas quel est le problème, on laisse le produit sur le site". Ce qui est interpellant, c'est que même si le produit a été retiré du marché, on a vu que les mêmes produits étaient de nouveau sur le site après une vérification ultérieure. Cela pose vraiment une question en termes de contrôle structurel de ce qui est proposé aux consommateurs. 

Comme consommateur, qu'est-ce que l'on peut faire à part éviter d'acheter les produits les moins chers possibles ? Est-ce que l'on a une capacité d'action

Déjà, ce que vous venez de dire est un très bon conseil. La sécurité n'a pas de prix. Il vaut mieux acheter un produit avec un prix raisonnable, éviter les marques blanches car on a vu que c'était dans ce domaine-là qu'il y a le plus de problème. Vérifier aussi quand on reçoit un produit, on a un mode d'emploi qui n'est pas disponible uniquement en chinois et qui est incompréhensible. On peut faire aussi des petits tests de vérification soi-même comme pour les jouets d'enfants en voyant si des petites pièces ne se détachent pas ou si les piles ne sont pas facilement accessibles pour les enfants. Quand on commande en ligne, on a un délai de rétractation de 14 jours pour changer d'avis donc on peut toujours renvoyer le produit.

 

Un quart des militaires n'a pas présenté les tests physiques statutairesRTL Infos - Belgique

(Belga) Un quart des militaires n'a pas présenté, pour des raisons diverses, les tests physiques militaires annuels - en principe obligatoires -, au risque à terme d'être remerciés par la Défense, indiquent des chiffres fournis par l'état-major et relayés mardi par un syndicat militaire.

La situation pourrait s'avérer "problématique" pour 3.907 militaires (sur 25.853, soit 17,56% de la population concernée) qui n'ont pas effectué ces tests PhEF ("Physical Evaluation Fitness") ou n'ont pas réussi ces épreuves, a indiqué le délégué permanent du président du Syndicat libre de la Fonction publique (SLFP) - qui se présente comme le "plus grand syndicat de la Défense" -, Dimitry Modaert, à l'agence Belga. A ce pourcentage s'ajoutent les 1.698 militaires (7,63% du total) exemptés médicalement de ces tests et pour lesquels aucune garantie de conserver leur emploi à terme n'existe, selon le SLFP. Les épreuves PhEF - qui ont remplacée les TMAP (Test médicaux d'aptitude physique) - visent à évaluer l'aptitude physique de base, en tenant compte de l'âge et du sexe du candidat. Elles se composent d'une course à pied de 2.400 m et d'une épreuve anaérobie, une évaluation de la stabilité du tronc. Les plus de 50 ans en sont ainsi dispensés. Mais des échecs successifs ou des non-présentations à répétition peuvent mener à une radiation, en vertu de la loi régissant le statut des militaires entrée en vigueur le 1er janvier 2014 (appelée G1 en jargon). Cette loi introduit en effet un triple système d'aptitude statutaire: professionnelle, médicale et physique - avec l'obligation de réussir les PhEF. Elle prévoit aussi des mesures transitoires pour les plus de 45 ans ou les militaires ayant plus de 25 ans de service. Selon M. Modaert, les chiffres fournis par l'état-major de la Défense révèlent aussi une augmentation du nombre de militaires qui doivent les effectuer obligatoirement en raison d'une baisse de la moyenne d'âge et donc moins d'exemptions dues à l'âge à 50 ans. (Belga)

Suite du procès de l'ancien président du parlement wallon, José Happart: "Je n'ai rien à me reprocher"RTL Infos - Belgique

L'ancien président du Parlement wallon, José Happart est devant le tribunal ce mardi. La justice lui reproche d'avoir usé de son influence pour bénéficier de réductions de prix pour la construction de la maison d'une amie. Notre journaliste, Dominique Demoulin, l'a rencontré et a suivi le début de son procès.

"C'est un procès politique" dénonce José Happart visant un mandataire populaire. "C'était vrai il y a dix ans et les affaires qui sont évoqués ici ce matin date effectivement de cette époque", nous informe en direct notre journaliste. Ces affaires ressemblent à des arrangements entre amis. Toutefois, pour le parquet, il s'agit de corruption et de trafic d'influence.

Les faits que l'on reproche à José Happart

"Au départ il y a l'ami de José Happart qui veut faire construire une maison. José Happart lui présente un promoteur immobilier, celui-ci va la mettre en contact avec un entrepreneur, qui malheureusement est foireux", explique notre journaliste. C'est à partir de ce moment là que je  José Happart se sent responsable et se sent obligé de l'aider. "Du coup, il va contacter son vieil ami Christian Binet, promoteur immobilier lui aussi, qui lorgne à l'époque sur un terrain situé à Jemeppe où il veut construire un lotissement". Pour faire avancer le dossier de ce lotissement, José Happart va intervenir auprès de différentes autorités politiques. "Il ne le nie pas, "c'est normal", dit-il, "je joue mon rôle d'homme politique, on ne peut pas me le reprocher. En face de moi, j'avais un fonctionnaire borné et CDH"", nous apprend notre journaliste. Parallèlement, Christian Binet, l'entrepreneur immobilier, va faire un prêt sans intérêt à l'ami de José Happart. Il va payer les châssis et les menuiseries intérieur. Selon le parquet, ce sont des contreparties.

Il ne faut pas oublier que je suis le premier élu de tous les temps, pas seulement au PS mais en Wallonie, tous partis confondus

Pourtant, José Happart est convaincu qu'il n'a rien à se reprocher. Pour lui, l'instruction a toujours été menée à charge et il n'a jamais véritablement pu se défendre dans cette affaire. "J'ai été appelé directement comme présumé coupable et pas présumé innocent. A aucun moment, je n'ai eu droit à une justice équitable. Le droit de la défense ça peut être respecté dans l'instruction. On a fait tout pour essayer de me faire trébucher", se défend José Happart. A la question de savoir, pourquoi lui serait particulièrement visé, il répond avec conviction: "Faire tomber José Happart, c'est quand même secouer méchamment le Parti socialiste. Il ne faut pas oublier que je suis le premier élu de tous les temps, pas seulement au PS mais en Wallonie, tous partis confondus", rétorque-t-il.

L'aftermovie du carnaval d'Alost inondé de réactions négativesRTL Infos - Belgique

(Belga) Publié sur la page Facebook du bourgmestre d'Alost Christoph D'Haese (N-VA), un aftermovie du carnaval d'Alost a provoqué des centaines de commentaires négatifs. L'homme politique y est qualifié de "porc antisémite" et les internautes lui reprochent notamment son manque d'empathie. La ville de Flandre orientale a été l'objet de critiques nationales et internationales dimanche, à cause de la réapparition de caricatures juives au sein du cortège.

En ligne depuis à peine 24 heures, la vidéo a déjà reçu plus de 400 commentaires, pour la plupart des messages haineux. Ceux-ci comparent à nouveau le cortège à différents défilés nazis qui font également utilisation de caricatures juives. Les plus intransigeants qualifient la Belgique de "pays de collaborateurs" et déclarent que "les Européens seront toujours barbares". Le fait qu'aucune mesure n'ait été prise après que la communauté juive se soit sentie blessée l'année dernière est considéré comme "méprisable", "dégoûtant" et "une honte" par les critiques. D'autres internautes sur Facebook reprochent au bourgmestre de ne pas être intervenu face à l'indignation provoquée l'année dernière. Celle-ci mena l'Unesco à retirer le carnaval d'Alost de la liste du Patrimoine Culturel Immatériel de l'humanité. Cette année encore, Unia (le service public indépendant de lutte contre la discrimination et de la promotion de l'égalité des chances) a reçu plusieurs plaintes. La vidéo propose un montage fait d'images d'ambiance du cortège de carnaval qui a défilé dans les rues d'Alost dimanche. Divers groupes du cortège ainsi que des participants de premier plan ont été intégrés dans la vidéo, mais certaines images de groupes controversés à cause de leurs caricatures juives ont été coupées. Egalement placée sur les réseaux sociaux de la ville d'Alost, il est étonnant de constater que cette même vidéo n'y a suscité que très peu de réactions négatives. Il semblerait donc s'agir d'une campagne ciblée bien que la plupart des profils ressemblent à de vrais comptes, avec un historique et un réseau. Le fait qu'il ne s'agisse pas de faux comptes n'exclut pas la possibilité que, sur certains forums, il ait été fait référence à l'aftermovie correspondant sur la page Facebook du bourgmestre d'Alost. La plupart des messages sont accompagnés de symboles et de drapeaux pro-israéliens. (Belga)

Ils appellent la police et sont menacés en présence des agents: "Je suis rentré dans l’habitation et il m’a suivi"RTL Infos - Belgique

La police intervient sur ce qui a été décrit comme un différend commercial. A leur arrivée, les agents trouvent un couple encore secoué par la situation qu’il vient de vivre.

Dans cet extrait du magazine Enquêtes, un homme raconte: "Je suis arrivé aujourd’hui, j’ai ouvert le portail, j’ai reculé ma camionnette. Ce monsieur est arrivé, il a commencé à me maltraiter en me disant que je l’avais traité de voleur...".

"Je lui ai simplement dit qu’il n’avait rien à faire ici, que c’était une propriété privée : tu n’es pas chez toi, va-t’en et je l’ai poussé", poursuit- il. "Et il m’a réattaqué, donc moi pour éviter le conflit et que cela ne tourne mal, je suis rentré dans l’habitation et puis il m’a suivi et il s’est assis à l’intérieur."

Pendant qu’il parle aux policiers, la dame présente reçoit des messages de menaces sur son téléphone…

La suite de cette intervention est à découvrir à 19h45 sur RTL TVI.

Coronavirus: quelles sont les mesures prises par les aéroports de Liège, Bruxelles et Charleroi?RTL Infos - Belgique

L'Italie tourne au ralenti depuis quelques jours dû à la propagation du coronavirus. Des mesures ont très vite été prises par le pays qui a décidé de placer en quarantaine la zone contaminée. Mais où en est-on en Belgique?

A Bruxelles, ils sont préparés  

A l'aéroport de Bruxelles, des mesures de prévention sont mises en oeuvre pour les passagers: un flyer est distribué par les guichets d'information afin d'informer les passagers sur le virus. Ils sensibilisent également concernant la bonne hygiène des mains. Le personnel reçoit les mêmes informations. 

Les vols provenant de Chine disposent d'un traitement particulier. En effet, les passagers doivent remplir ce qu'on appelle des Passengers Located Card : "Ce sont des petites fiches d'information que tous les passagers doivent remplir au cas où on devrait les contacter par la suite", explique la porte-parole néerlandophone de l'aéroport bruxellois, Ihsane Chioua Lekhli. 

La porte-parole rassure et déclare que l'entreprise est prête à mettre en place des mesures supplémentaires dès que le SPF Santé Public en donnera l'ordre : "Auparavant, il y a eu le SRAS. On a dû très vite mettre en place des mesures supplémentaires donc, oui, nous sommes préparés".

Et Charleroi ?

A Charleroi, la phase 2 est activée. Pourtant, d'ici hier la situation n'a pas encore évolué selon Vincent Grassa, porte-parole de l'aéroport de Charleroi. Pour l'instant, la phase de vigilance, de sensibilisation et d'information du personnel est d'application. Ils sont informés par rapport aux symptômes du virus mais également pour adopter les bonnes pratiques en cas de suspicion.

L'entreprise agira en conséquence si la situation se dégrade. "Au moment où je vous parle, rien n'est décidé. Nous sommes vraiment dans l'attente de directives si le SPF Santé Public considère qu'il y a un risque important", déclare Vincent Grassa.

Liège rassure

Du côté de Liège, il n'y a rien à craindre. Le porte-parole de l'aéroport Christian Delcourt explique qu'il n'y a pas de vols directs vers l'Italie. Des cargaisons de marchandises arrivent cependant du pays contaminé, mais "les marchandises ne sont pas touchées par le virus". Depuis deux mois, des mesures de prévention et sensibilisation sont prises mais pas plus pour le moment.

 

 

Coronavirus: quelles sont les mesures prises par les aéroports de Liège, Bruxelles et Charleroi?RTL Infos - Belgique

L'Italie tourne au ralenti depuis quelques jours dû à la propagation du coronavirus. Des mesures ont très vite été prises par le pays qui a décidé de placer en quarantaine la zone contaminée. Mais où en est-on en Belgique?

A Bruxelles, ils sont préparés  

A l'aéroport de Bruxelles, des mesures de prévention sont mises en oeuvre pour les passagers: un flyer est distribué par les guichets d'information afin d'informer les passagers sur le virus. Ils sensibilisent également concernant la bonne hygiène des mains. Le personnel reçoit les mêmes informations. 

Les vols provenant de Chine disposent d'un traitement particulier. En effet, les passagers doivent remplir ce qu'on appelle des Passengers Located Card : "Ce sont des petites fiches d'information que tous les passagers doivent remplir au cas où on devrait les contacter par la suite", explique la porte-parole néerlandophone de l'aéroport bruxellois, Ihsane Chioua Lekhli. 

La porte-parole rassure et déclare que l'entreprise est prête à mettre en place des mesures supplémentaires dès que le SPF Santé Public en donnera l'ordre : "Auparavant, il y a eu le SRAS. On a dû très vite mettre en place des mesures supplémentaires donc, oui, nous sommes préparés".

Et Charleroi ?

A Charleroi, la phase 2 est activée. Pourtant, d'ici hier la situation n'a pas encore évolué selon Vincent Grassa, porte-parole de l'aéroport de Charleroi. Pour l'instant, la phase de vigilance, de sensibilisation et d'information du personnel est d'application. Ils sont informés par rapport aux symptômes du virus mais également pour adopter les bonnes pratiques en cas de suspicion.

L'entreprise agira en conséquence si la situation se dégrade. "Au moment où je vous parle, rien n'est décidé. Nous sommes vraiment dans l'attente de directives si le SPF Santé Public considère qu'il y a un risque important", déclare Vincent Grassa.

Liège rassure

Du côté de Liège, il n'y a rien à craindre. Le porte-parole de l'aéroport Christian Delcourt explique qu'il n'y a pas de vols directs vers l'Italie. Des cargaisons de marchandises arrivent cependant du pays contaminé, mais "les marchandises ne sont pas touchées par le virus". Depuis deux mois, des mesures de prévention et sensibilisation sont prises mais pas plus pour le moment.

 

 

Amélioration de la prise en compte du vélo lors des réaménagements des routes wallonnesRTL Infos - Belgique

(Belga) Sur les 22 chantiers observés en 2019, le Groupe de recherche et d'action des cyclistes quotidiens (Gracq) a constaté une amélioration de la prise en compte du vélo pour quinze d'entre eux, mais peu ou pas de progrès pour les sept autres, indique mardi l'organisation dans un communiqué. "Ce taux de prise en compte est toutefois en nette progression par rapport à l'observatoire précédent (70% contre 40% en 2018)", se félicite l'association cycliste.

Sur 17 chantiers situés sur une route régionale, seuls 11 ont bénéficié d'une piste cyclable clairement séparée, selon l'organisation. "Or, sur ces axes où le trafic est dense et les vitesses élevées, cet aménagement est à privilégier pour assurer le maximum de sécurité aux cyclistes. Ce chiffre n'a pas progressé depuis l'an dernier", note le Gracq. Des contraintes d'espace ou de budget sont souvent invoquées par le Service Public de Wallonie pour les six chantiers pour lesquels aucune amélioration n'a été constatée, explique le Gracq. "Nous estimons que des solutions doivent malgré tout être trouvées pour circuler en toute sécurité à ces endroits", souligne l'association. Cette dernière déplore également que les marquages pour créer une zone avancée cycliste ou la signalisation pour placer un cédez-le-passage-cycliste-au-feu n'aient pas été adoptés lors de certains chantiers de réfections de revêtements. Ces aménagements ne requièrent pourtant pas de budget supplémentaire, relève-t-elle encore. Le Gracq a pris contact avec les autorités wallonnes compétentes en la matière en vue d'une collaboration pour améliorer les aménagements routiers pour les cyclistes. L'organisation espère, en outre, que la situation s'améliorera de façon encore plus nette en 2020, avec l'entrée en vigueur d'un nouveau décret obligeant la Région à faire des aménagements cyclables sur ses voiries. (Belga)