[bannière] Belinfos.be, toute l'actualité en Belgique francophone Site belge francophone



137 sources différentes

21/10/2021 - ACTUALITES POLITIQUES ET DIVERSES : 3 sources

1 - Skynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
2 - La Libre, politique belge
3 - RTL Infos - Belgique


ACTUALITES POLITIQUES ET DIVERSES (1) : Skynet politique (dépêches politiques Agence Belga)

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
70% des communes refusent de donner accès aux documents préparatoires du conseil communalSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
La majorité des 281 communes wallonnes et bruxelloises ne semblent pas disposées à publier les projets de délibération ainsi que les notes explicatives en amont des conseils communaux, ressort-il d'une enquête menée par Le Soir et Le Vif, et publiée jeudi.
Brésil: accablé par des sénateurs, Bolsonaro se dit "coupable de rien"Skynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Accusé d'avoir "délibérément exposé" les Brésiliens à une "contamination de masse" par le Covid-19 par une commission d'enquête du Sénat (CPI) qui a demandé mercredi son inculpation pour dix crimes, le président Jair Bolsonaro s'est dit "coupable d'absolument rien".
France: forcé à témoigner à un procès, l'ancien président Sarkozy joue l'apaisementSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
L'ancien président français Nicolas Sarkozy a joué l'apaisement mercredi, au lendemain de sa convocation comme témoin au procès des sondages de l'Elysée, expliquant que les forces de l'ordre n'avaient "pas besoin" d'intervenir pour le faire témoigner.
Laurent Gbagbo reste "poursuivi par la justice ivoirienne", selon le gouvernementSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le porte-parole du gouvernement ivoirien Amadou Coulibaly a indiqué mercredi que l'ancien président Laurent Gbagbo, acquitté par la justice internationale et de retour dans son pays où il a lancé un nouveau parti politique, restait "poursuivi par la justice ivoirienne".
Le droit passerelle représente un montant global de 5,2 milliards d'eurosSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le droit passerelle représente un montant global de 5,2 milliards d'euros, soit 46% de toutes les aides fédérales accordées en 2020 et 2021 pour lutter contre la crise du coronavirus, a indiqué le ministre des Classes Moyennes David Clarinval mercredi en commission de l'Économie de la Chambre.
Le verdissement des voitures de société approuvé en commission de la ChambreSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
La commission des Finances et du Budget de la Chambre a approuvé mercredi en deuxième lecture le projet de loi organisant le verdissement du parc de voitures de société. Ce texte, porté par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem a été adopté majorité contre opposition.
Dépénalisation de l'avortement: "Le dossier n'est pas au frigo", assure le PSSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le travail scientifique d'évaluation de la législation sur l'avortement est bien en cours, indique mercredi à Belga le groupe PS à la Chambre à la suite d'une interpellation sur le sujet de la députée DéFI Sophie Rohonyi. Les conseils des recteurs francophones et néerlandophones ainsi que l'Académie Royale ont été sollicités, ajoutent les socialistes.
Le Sénat tchèque déclare le président Zeman inapte à exercer ses fonctionsSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
La commission des affaires constitutionnelles du Sénat tchèque a déclaré le président Milos Zeman inapte à exercer ses fonctions pour des raisons de santé, a annoncé mardi le président de la commission, Zdenek Hraba.
Davantage de femmes inscrites aux épreuves de sélection de la policeSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Les épreuves de sélection pour devenir inspecteur ou inspectrice de police comptent de plus en plus de participantes féminines, ressort-il de chiffres communiqués par la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden en réponse à une question du député fédéral Tim Vandenput (Open Vld). Entre 2017 et 2020, le nombre de candidates a augmenté de 42%.
Paul Magnette : "sur les questions sociales et fiscales nous sommes seuls"Skynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
"Il n'y a pas un bloc socio-économique de gauche", au sein de la coalition fédérale Vivaldi, affirme le président du PS Paul Magnette mardi dans La Libre, une semaine après l'accord conclu entre les sept partis sur le budget 2022.
Le Parlement doit trancher sur le cas de Frank Robben, insiste Mathieu MichelSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le Parlement fédéral doit agir pour mettre fin à l'incompatibilité dans le chef de Frank Robben, le patron de la Banque carrefour de la Sécurité sociale qui est également membre du centre de connaissances (conseiller) de l'Autorité de protection des données (APD), a insisté mardi le secrétaire d'État à la Protection de la Vie privée, Mathieu Michel.
Explosions à Beyrouth - Liban: le Hezbollah dispose de 100.000 combattants, prévient NasrallahSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Le chef du Hezbollah pro-iranien au Liban Hassan Nasrallah a affirmé lundi que son mouvement disposait de "100.000 combattants armés et entraînés", prévenant le parti chrétien des Forces Libanaises (FL) de ne pas tenter de l'entraîner dans "une guerre civile".
Hongrie: Peter Marki-Zay représentera l'opposition face à Viktor Orban aux électionsSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Les six partis d'opposition hongrois ont désigné dimanche Peter Marki-Zay comme candidat unique pour les représenter face à l'actuel Premier ministre Viktor Orban aux prochaines élections législatives, en avril 2022.
Elections en Allemagne - Les Verts s'accordent pour débuter des négociations sur une coalition gouvernementaleSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
Les écologistes allemands, du parti Alliance 90/Les Verts, sont officiellement parvenus à un accord dimanche, après huit jours de discussions exploratoires, afin de lancer des négociations en vue de former une coalition avec les sociaux-démocrates du SPD et les libéraux-démocrates du FDP.
Côte d'Ivoire: Laurent Gbagbo lance le Parti des Peuples AfricainsSkynet politique (dépêches politiques Agence Belga)
L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a officiellement lancé dimanche sa nouvelle formation politique, le Parti des peuples africains - Côte d'Ivoire (PPA-CI), un mouvement "panafricain de gauche" dont il a pris la tête, avec l'élection présidentielle de 2025 en ligne de mire.

ACTUALITES POLITIQUES ET DIVERSES (2) : La Libre, politique belge

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Lutte contre "le chiffre noir" des agressions sexuelles: le politique veut s’activer pour que "l’impunité cesse"La Libre, politique belge
Le gouvernement fédéral va développer un projet-pilote d'articulation de tous les acteurs de lutte contre "le chiffre noir" des agressions sexuelles, annonce le cabinet de Sarah Schlitz mercredi dans un communiqué.
Alexander De Croo: "Ce 20 octobre 1996 a été le point de départ d’un profond changement du système"La Libre, politique belge
Il y a 25 ans, une Marche blanche avait lieu à Bruxelles suite à l'affaire Dutroux.
Dépénalisation de l'avortement: "Le dossier n'est pas au frigo", assure le PSLa Libre, politique belge
Mercredi en commission de l'Intérieur de la Chambre, Mme Rohonyi interpellait le Premier ministre Alexander De Croo à ce sujet. "Le droit des femmes devient l'objet de sinistres marchandage politiques", a déploré la députée amarante.
"Chaque Premier ministre a son propre style, mais on ignore toujours celui d'Alexander De Croo"La Libre, politique belge
Ce mercredi matin, dans son émission "Il faut qu'on parle" sur DH Radio, Maxime Binet recevait le député N-VA Sander Loones.
La stratégie de Georges-Louis Bouchez : séduire la FlandreLa Libre, politique belge
Le président du MR est très présent en Flandre. Il soigne son image. Et ça prend. Même face à un public de nationalistes.
Le collectif des travailleurs sans-papiers réclame un accès légal au marché de l'emploiLa Libre, politique belge
En réaction à une enquête publiée la semaine dernière par Le Soir, le collectif des travailleuses et travailleurs sans-papiers (CTSP) a dénoncé lundi, par voie de communiqué, "l'impossibilité systémique pour ces travailleurs de pouvoir intégrer le marché du travail régulier", réclamant en leur faveur un accès au travail légal.
L'extension du Covid Safe Ticket approuvée en commission du parlement wallonLa Libre, politique belge
Le projet de décret relatif à l'usage étendu du Covid Safe Ticket (CST) et à l'obligation du port du masque en Wallonie a été approuvé en commission du parlement wallon, mardi après-midi, au terme de débats marqués par d'innombrables questions.
Les contaminations au Covid grimpent encore : un nouveau Comité de concertation planifiéLa Libre, politique belge
Les hospitalisations aussi, mais dans une moindre mesure. Un nouveau Codeco est prévu le 29 octobre.
Le CST examiné en commission du parlement wallon : "On a tous des doutes sur l'utilisation de ce genre de système"La Libre, politique belge
Après avoir été validée en deuxième lecture par le gouvernement wallon en fin de semaine passée, l'extension du covid safe ticket est arrivée, ce mardi, sur la table de la commission Santé du parlement régional. Censé entrer en vigueur le 1er novembre au sud du pays, 15 jours après Bruxelles, ce pass sanitaire 'made in Belgium' continue à susciter de multiples questions pratiques, notamment pour les clubs sportifs, mais aussi des doutes plus profonds.
"La vaccination obligatoire ne doit pas être un tabou"La Libre, politique belge
"La vaccination obligatoire de l'ensemble de la population (éligible) ne doit pas être un tabou, mais on doit avancer étape par étape", a affirmé la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale (PS), en marge de l'examen, en commission du parlement régional, du projet de décret relatif à l'extension du covid safe ticket (CST) au sud du pays.
Le Parlement doit trancher sur le cas de Frank Robben, insiste Mathieu MichelLa Libre, politique belge
Le Parlement fédéral doit agir pour mettre fin à l'incompatibilité dans le chef de Frank Robben, le patron de la Banque carrefour de la Sécurité sociale qui est également membre du centre de connaissances (conseiller) de l'Autorité de protection des données (APD), a insisté mardi le secrétaire d'État à la Protection de la Vie privée, Mathieu Michel.
Thomas Dermine : "Il faut un plan européen de 5.000 milliards d'euros pour le climat"La Libre, politique belge
Le secrétaire d'État à la Relance, Thomas Dermine, plaide mardi dans L'Echo et De Tijd pour un plan de l'Union européenne à 5.000 milliards d'euros sur dix ans pour le climat, un niveau indispensable à ses yeux si l'Europe veut rester crédible dans ses objectifs climatiques.
Paul Magnette: "Jamais le PS ne sanctionnera un demandeur d’emploi"La Libre, politique belge
Le président du PS, Paul Magnette, veut remettre l’église au milieu du village sur la question des malades longue durée. Il évoque la solitude de son parti au sein du gouvernement fédéral sur les questions socio-économiques. En matière d’investissements climatiques, il estime que le gouvernement fédéral doit aller plus loin.
Sarah Schlitz : "Le travail du gouvernement n'est pas perturbé par des guéguerres sur les réseaux sociaux"La Libre, politique belge
La secrétaire d’État à l’Égalité des genres Sarah Schlitz (Écolo) tient à se saisir du dossier des agressions sexuelles qui auraient été commises dans des bars du quartier du Cimetière d’Ixelles, proche de l’ULB. Elle était ce matin au micro de Matin Première.
Luc Hennart: "Non, le terme féminicide ne doit pas s'inscrire dans le code pénal!"La Libre, politique belge
Ce lundi, Maxime Binet recevait Luc Hennart, Président honoraire du tribunal de première instance de Bruxelles dans l'émission "Il faut qu'on parle" sur DH Radio.
Mathieu Michel veut offrir un "portefeuille numérique" à chaque Belge dès 2023La Libre, politique belge
Le secrétaire d’État (MR) promet une application qui facilitera la vie des citoyens.
Le CD&V est à l’aise dans la Vivaldi, mais reste en danger: pourquoi?La Libre, politique belge
Les chrétiens-démocrates flamands ne voulaient pas gouverner au fédéral sans la N-VA, mais le centrisme de la coalition actuelle leur convient. Ce confort relatif est toutefois un danger pour le CD&V, qui, ne devant pas faire entendre sa voix, devient invisible.
MR et Vooruit profondément divisés sur la déductibilité fiscale de la deuxième résidenceLa Libre, politique belge
Le MR et Vooruit, partenaires de majorité au fédéral, continuent d'être en profond désaccord entre eux sur la question de la déductibilité fiscale des deuxième, troisième et quatrième résidences, est-il ressorti dimanche de l'émission "De Zevende Dag" (Eén - VRT). Le président de Vooruit, Conner Rousseau, a ainsi annoncé ouvertement qu'il continuerait à se battre contre la mesure.
Le gouvernement fédéral va débloquer un million d'euros en vue d'un tarif social pour un chauffage durableLa Libre, politique belge
Le gouvernement fédéral débloquera environ un million d'euros dans son budget 2022 en vue d'un tarif social pour un chauffage durable, a indiqué la ministre fédérale de l'Énergie Tinne Van der Straeten (Groen), à l'occasion d'une conférence du parti samedi.
De la poudre aux yeux, une obligation qui ne dit pas son nom et quelques incohérences : retour sur la semaine politique (PODCAST)La Libre, politique belge
Francis Van de Woestyne, éditorialiste de La Libre, et Philippe Deraymaeker, intervieweur de DH Radio, reviennent sur la semaine politique en podcast.
Alexander De Croo: "Si les partenaires sociaux ne s’accordent pas, le gouvernement assumera”La Libre, politique belge
Fatigué, mais satisfait, le Premier ministre Alexander De Croo. L’accord dégagé par la Vivaldi le fut dans la douleur… “On nous avait dit qu’on ne faisait que gérer la crise sanitaire, qu’on ne réformerait rien. Mais on y est parvenu”, dit-il.
Alexander De Croo: "La Vivaldi a montré de quoi elle était capable"La Libre, politique belge
Fatigué, mais satisfait, le Premier ministre Alexander De Croo. L’accord dégagé par la Vivaldi le fut dans la douleur… “On nous avait dit qu’on ne faisait que gérer la crise sanitaire, qu’on ne réformerait rien. Mais on y est parvenu”, dit-il.
Sortie du nucléaire: la ministre flamande Zuhal Demir refuse le permis pour la construction d'une centrale au gaz à TessenderloLa Libre, politique belge
La ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), a refusé d'accorder un permis pour la construction d'une nouvelle centrale au gaz à Tessenderlo, a-t-elle indiqué vendredi soir par communiqué.
Angela Merkel reçoit du roi Philippe la plus haute distinction honorifique belgeLa Libre, politique belge
La chancelière allemande Angela Merkel était en visite officielle vendredi à Bruxelles, à l'invitation de la Belgique qui lui témoigne ainsi son respect pour ses seize années à la tête du gouvernement de la première économie de l'Union européenne.
Intempéries: le manque de moyens et l'impuissance au coeur de l'audition de la gouverneure faisant fonctionLa Libre, politique belge
Après l'audition à couteaux tirés du gouverneur de la province de Liège Hervé Jamar vendredi matin, c'est Catherine Delcourt, commissaire d'arrondissement de la province et gouverneure faisant fonction lors des inondations de la mi-juillet, qui est entendue cet après-midi par la commission d'enquête parlementaire.
"Je ne répondrai pas à votre réquisitoire": le ton monte en commission sur les inondations entre plusieurs députés et Hervé JamarLa Libre, politique belge
Après une série d'auditions techniques plutôt paisibles, le ton est monté, ce vendredi matin, en commission d'enquête parlementaire sur les inondations.
La validité des chèques culture et sport sera prolongée jusqu'au 30 septembre 2022La Libre, politique belge
Le Conseil des ministres a approuvé vendredi un projet d'arrêté royal prolongeant la durée de validité des chèques culture et sport en raison de la pandémie de coronavirus.
La semaine politique en podcastLa Libre, politique belge

Francis Van de Woestyne, éditorialiste de La Libre, et Philippe Deraymaeker, intervieweur de DH Radio, reviennent sur la semaine politique en podcast.

"En 2022, le déficit francophone dépassera les 985 millions annoncés : il pèsera au moins 1,3 milliard"La Libre, politique belge
André Antoine (CDH) critique les "oublis" du budget 2022 et ses effets d’annonce.
Budget fédéral: la Chambre accorde sa confiance au gouvernement VivaldiLa Libre, politique belge
Après plus de 24h débat à la Chambre, le vote de confiance a eu lieu ce jeudi soir, aux alentours de 20h.
Le Covid Safe Ticket entrera bien en vigueur en Wallonie le 1er novembre : tout ce qu'il faut savoirLa Libre, politique belge
Certaines exceptions dans l'utilisation du CST sont prévues.
Bart De Wever: "Ce cirque commence à me taper sur les nerfs"La Libre, politique belge
Le bourgmestre N-VA a indiqué ne pas comprendre les propos des libéraux flamands au sujet de tensions au sein de la majorité anversoise.
Deux millions d'euros du budget fédéral serviront à développer les trains de nuitLa Libre, politique belge
Le gouvernement fédéral a prévu de débloquer annuellement 2 millions d'euros pour soutenir le développement du train de nuit, a indiqué jeudi le ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet.
Sophie Wilmès: "Je m’étonne tout de même de certaines idées de partis qui voulaient donner de l’argent à tout le monde"La Libre, politique belge
Ce matin dans "Il faut qu'on parle", Maxime Binet recevait Sophie Wilmès, l'ancienne Première ministre et l'actuelle ministre des Affaires étrangères.
L'APD s'interroge sur l'utilisation du Covid Safe Ticket dans toute la Wallonie: "Il devrait uniquement s'appliquer à la province de Liège"La Libre, politique belge
Dans son avis concernant l'avant-projet de décret relatif à l'usage du Covid Safe Ticket (CST) en Wallonie, l'Autorité de protection des données (APD) s'étonne que le législateur souhaite imposer le pass sanitaire sur l'ensemble de la Belgique francophone, et pas uniquement à l'échelle de la province de Liège, rapportent les titres Sudpresse jeudi.
Nuit agitée à la Chambre, François De Smet tacle Alexander De Croo: "Vous êtes un homme maltraité par vos partenaires"La Libre, politique belge
Après 16 heures de débats sur sa déclaration de politique générale, le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a pris la parole sur le coup de 2h00 du matin à la Chambre pour défendre le budget présenté par la coalition Vivaldi.
Budget fédéral: la Chambre débat depuis plus de 24 heures, le vote de confiance interviendra sans doute plus tard que prévuLa Libre, politique belge
La Chambre débattait jeudi depuis plus de 24 heures de la Déclaration de politique générale du gouvernement.
La Belgique ne dispose pas d'un plan d'évacuation pour les anciens collaborateurs afghansLa Libre, politique belge
La Belgique ne dispose pas d'un plan d'évacuation pour 45 anciens employés afghans et 63 autres personnes en danger, rapporte De Tijd jeudi.
Les discussions sur le budget fédéral se poursuivent à la Chambre, la N-VA critique sa "fiabilité"La Libre, politique belge
Vives discussions à la Chambre sur le budget 2022. La "taxe avion" a particulièrement inspiré les députés de l'opposition. Selon cette dernière, le manque de précision sur les modalités pratiques de cette taxe jette un doute sur la fiabilité du budget 2022.
"Le gouvernement De Croo a coupé l’herbe sous le pied des parlementaires, ce n’est pas très correct"La Libre, politique belge
Selon Jean Faniel, directeur du Centre de recherche et d’information sociopolitiques (Crisp), il n'aurait pas été anormal sur le plan démocratique de faire attendre les médias.
Georges-Louis Bouchez répond au SETca: "Le chômage est un business rentable pour les syndicats"La Libre, politique belge
Le président du MR reste convaincu que des solutions peuvent être apportées pour réduire le taux de chômage en Wallonie et dans la région Mons-Borinage.
Interpellé par Raoul Hedebouw, Ahmed Laaouej s'emporte: "Le PTB est mal placé pour faire la morale"La Libre, politique belge
Le chef de groupe PS Ahmed Laaouej s'est emporté mercredi lors du débat à la Chambre sur la déclaration de politique générale.
Taxe sur les vols courts en avion: l'opposition monte au créneau à la Chambre et dénonce le flou de la mesureLa Libre, politique belge
L'opposition a dénoncé mercredi à la Chambre, lors du débat sur la déclaration de politique générale, le flou entourant l'instauration d'une taxe sur les vols de moins de 500 kilomètres.
Budget fédéral: Ecolo-Groen salue un "gouvernement climat"La Libre, politique belge
"La lutte contre le dérèglement climatique constitue bien le défi de ce siècle. Il s'agit, en effet, d'une question de vie ou de mort.
Aérien: la taxe sur les vols courts sont "une excellente nouvelle pour la planète", estime Jean-Luc CruckeLa Libre, politique belge
La redevance décidée par le gouvernement fédéral pour les vols de moins de 500 km constitue"une excellente nouvelle pour notre planète", a réagi mercredi le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke, selon qui ces vols "doivent être réduits à leur plus simple expression".
"Le côté gauche a gagné", "aucun dynamisme": la N-VA à nouveau très critique envers la VivaldiLa Libre, politique belge
La N-VA a dénoncé mercredi à la Chambre le manque de dynamisme de la coalition heptapartite Vivaldi.
"La méthode d'Alexander De Croo est discutable sur certains aspects"La Libre, politique belge
Ce mercredi, Maxime Binet recevait le politologue de la VUB, Dave Sinardet. Ils sont notamment revenus sur le consensus de la Vivaldi autour du budget.
"Si le bourgmestre d’Anvers est un homme de parole, qu’il le prouve": l’affaire Schiltz provoque encore des vagues en FlandreLa Libre, politique belge
La majorité N-VA, Vooruit et Open VLD fragilisée à la suite d’un jeu de chaises musicales embarrassant.
La FGTB réagit à l'accord budgétaire: "La semaine de quatre jours va à l’encontre de nos revendications"La Libre, politique belge
Le président fédéral de la FGTB Thierry Bodson réagit à l'accord budgétaire conclu ce mardi.
La N-VA s’en va, le Belang ricane, la majorité acclame: retour sur le discours de politique générale chahuté de De CrooLa Libre, politique belge

Les flashs crépitent. 14 h 02. Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) pénètre dans l’hémicycle de la Chambre des représentants. Il est suivi du vice-Premier Écolo Georges Gilkinet et, un peu plus loin, du député N-VA Theo Francken. On ne

Portes qui claquent, départ précipité, cris… Un deal budgétaire au bout d’une nuit très éprouvanteLa Libre, politique belge
Retour sur les négociations de cette nuit sur le budget fédéral.
Une conférence interministérielle se penchera sur l'Exécutif des musulmans de BelgiqueLa Libre, politique belge
Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne réunira une conférence interministérielle pour aborder la situation tourmentée de l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB), a affirmé mardi le ministre flamand des affaires intérieures, Bart Somers, qui avait réclamé cette réunion à son collègue du Fédéral.
L'opposition très critique envers l'accord budgétaire: "Un décalage entre ce qui avait été annoncé et ce qui a été décidé"La Libre, politique belge
La N-VA avait quitté l'hémicycle avant la prise de parole d'Alexander De Croo.
La porte claquée par la N-VA, les mots durs d'Alexander De Croo: retour sur un discours de politique générale agitéLa Libre, politique belge
Le Premier ministre a prononcé son discours de politique générale dans une ambiance agitée.
"L'une des farces les plus acides de la Vivaldi", "Quels gamins": l'opposition critique vivement le gouvernement fédéralLa Libre, politique belge
Ce n'est pas tant le contenu de l'accord qui a fait réagir l'opposition sur les réseaux sociaux, mais plutôt la façon de communiquer du gouvernement fédéral.
Budget fédéral: Thomas Dermine salue "un milliard supplémentaire pour les investissements publics"La Libre, politique belge
Un accord pour le budget a été validé ce mardi matin par le gouvernement fédéral.
"Plus juste et plus durable": avant même l'annonce officielle, Georges Gilkinet dévoile les grandes lignes de l'accord sur le budgetLa Libre, politique belge
Georges Gilkinet (Ecolo), ministre de la Mobilité, se réjouit d'un budget "responsable où la sécurité environnementale, la justice fiscale et sociale mettent notre pays sur la voie de la transition".
Georges-Louis Bouchez à propos du blocage qui a perturbé les négociations budgétaires: "Tout le monde était d'accord puis il y a eu de l'agitation"La Libre, politique belge
Ce mardi matin, sur les ondes de la RTBF, avant que l'accord officiel ne soit annoncé, Georges-Louis Bouchez est revenu sur le blocage de toute dernière minute survenu lors des négociations budgétaires.
Des experts en cybersécurité tirent la sonnette d'alarme: "Le gouvernement belge veut affaiblir la sécurité de nos communications"La Libre, politique belge
Une septantaine d'experts en cybersécurité et d'organisations internationales actives dans la défense des droits fondamentaux et d'un internet libre, ouvert et sûr tirent la sonnette d'alarme au sujet d'une nouvelle loi belge actuellement en préparation sur la conservation des données dans le secteur des communications électroniques, rapportent Le Soir et L'Echo mardi.
Budget fédéral: le gouvernement s'est accordé sur les grandes lignes du budget mais les discussions continuentLa Libre, politique belge
Le gouvernement fédéral, réuni en comité restreint, s'est accordé durant la nuit sur les grandes lignes du budget 2022 et d'une série de dossiers, dont la réforme du marché du travail, l'incapacité de travail et un paquet d'investissements, a-t-on appris mardi de source gouvernementale. Les discussions étaient toutefois toujours en cours. "L'accord trouve le juste équilibre entre le rétablissement budgétaire et le rétablissement économique", a-t-on commenté.
"Elles sont loin les promesses": l'opposition regrette des mesures énergétiques qui oublient trop de ménagesLa Libre, politique belge
Les partis d'opposition cdH, N-VA, Vlaams Belang et PTB ont, sans surprise, réagi négativement à l'accord conclu lundi au sein du gouvernement fédéral sur la façon d'atténuer l'impact de la hausse des prix de l'énergie sur les consommateurs.
Le gouvernement a tranché : bientôt plus besoin de certificat médical pour les absences d'un jour au travailLa Libre, politique belge
Le gouvernement fédéral s'est accordé sur ce sujet qui était sur la table des négociations.
La gestion de l’urgence durant les inondations était loin d’être optimale, selon un premier rapport d'analyseLa Libre, politique belge
Le ministre Henry (Écolo) a présenté une étude sur la gestion des inondations.
Le CD&V veut limiter la vente de boissons énergisantes aux moins de 16 ansLa Libre, politique belge
Une députée CD&V, Nawal Farih, a exprimé lundi le souhait que la vente de boissons énergétiques aux jeunes adolescents et enfants soit limitée, pour des raisons de santé.
Après la Marche pour le Climat, des militants occupent le siège d’Ecolo/Groen: "Nous exigeons que le parti joigne le geste à la parole"La Libre, politique belge
Les activistes du People Power Bloc estiment que les manifestations climatiques ne suffisent pas.
Deux jeunes femmes prennent la place des ministres Wilmès et Kitir dans le cadre du Girls' Take OverLa Libre, politique belge
Deux jeunes femmes, Louise (20 ans) et Margaux (24 ans), ont pris la place des ministres Wilmès et Kitir le temps de quelques heures, à l'occasion de l'action "Girls' Take Over".
Accord budgétaire pour la FWB : des investissements "exceptionnels" dans les bâtiments scolaires en 2022La Libre, politique belge
Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est accordé sur le budget 2022.
"La mesure prise vendredi est historique, c'est du jamais-vu dans l'histoire de ce pays"La Libre, politique belge
Ce lundi matin, le chef de groupe Ecolo à la Chambre, Gilles Vanden Burre, était l'invité de DH Radio.
Budget fédéral: Alexander De Croo et les principaux ministres du gouvernement se sont quittés dimanche soir sans accordLa Libre, politique belge
Le Premier ministre Alexander De Croo et les principaux ministres du gouvernement fédéral se sont quittés dimanche soir vers 23h00 sans accord sur le budget 2022.
Budget fédéral: le gouvernement s'attaque aux détails, probablement pas d'accord ce dimanche soirLa Libre, politique belge
Le Premier ministre Alexander De Croo et les principaux ministres du gouvernement fédéral poursuivaient dimanche les négociations concernant la confection du budget 2022.
Prix de l'énergie: Joachim Coens (CD&V) favorable à une réduction ou à un chèque pour l'énergieLa Libre, politique belge
Le président du CD&V, Joachim Coens, s'est déclaré dimanche favorable à l'octroi d'une réduction ou d'un chèque aux personnes les plus touchées par l'augmentation des prix de l'énergie.
Le conclave budgétaire reprend ce dimanche : les investissements au menu du jourLa Libre, politique belge
Les ministres ont convenu de travailler jusqu'à 20h00.
Sophie Wilmès réaffirme l'engagement belge sur l'abolition universelle de la peine de mort: "Un châtiment cruel et une violation inacceptable de la dignité humaine"La Libre, politique belge
A l'occasion de la 19e Journée européenne et mondiale contre la peine de mort, la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès réaffirme dimanche l'engagement belge sur l'abolition universelle de la peine de mort.
Budget fédéral : La réforme du marché du travail "sur les rails"La Libre, politique belge
Le Premier ministre Alexander De Croo et les principaux ministres du gouvernement fédéral se sont quittés samedi peu avant 20h00, soit plus tôt que ce qui avait été annoncé dans un premier temps. Ils reprendront les discussions budgétaires dimanche à 12h00 au 16, rue de la Loi.
La semaine de 4 jours, le salaire des élus et la dernière chance de Bart De Wever : retour sur la semaine politique (PODCAST)La Libre, politique belge
Francis Van de Woestyne, éditorialiste de La Libre, et Philippe Deraymaeker, intervieweur de DH Radio, reviennent sur la semaine politique en podcast.
De Croo, Lachaert et Van Quickenborne: le trio Open VLD qui verrouille la VivaldiLa Libre, politique belge
Comme Premier ministre d’une majorité divisée, AlexanderDe Croo est particulièrement exposé. Il peut toutefois compter sur la loyauté de deux pièces essentielles du jeu Open VLD : Egbert Lachaert et Vincent Van Quickenborne.
Budget fédéral: les négociations ont repris rue de la Loi, le week-end s'annonce studieuxLa Libre, politique belge
Le gouvernement fédéral a repris ses travaux budgétaires samedi à midi pour un week-end qui s'annonce studieux.
La Vivaldi confirme son ambition de réduire de 55% les émissions de CO2 à l'horizon 2030La Libre, politique belge
Le gouvernement fédéral a approuvé vendredi les "ambitions et engagements" de la politique climatique fédérale pour la période 2021-2030.
Commission d'enquête parlementaire sur les inondations: "Sans barrages, des millions de m3 supplémentaires auraient déferlé dans la vallée de la Vesdre"La Libre, politique belge
Les barrages, leur gestion et les moyens qui y sont alloués, étaient à nouveau au coeur des débats, ce vendredi, devant la commission d'enquête parlementaire sur les inondations.
Le projet de loi télécoms, une "menace pour la vie privée" ?La Libre, politique belge
Plusieurs experts en cybersécurité s’inquiètent pour les données sensibles.
Van Peteghem veut supprimer la cotisation spéciale pour inciter les Belges à travailler plus : "Le travail doit être récompensé"La Libre, politique belge
Le gouvernement fédéral reprend vendredi en réunion plénière ses travaux budgétaires : plusieurs propositions sont évoquées depuis quelques jours.
La semaine de travail de quatre jours, c'est non pour EcoloLa Libre, politique belge
Ecolo ne soutient pas la proposition d'aménager sur quatre jours au lieu de cinq la semaine de 38 heures de certains travailleurs salariés, a affirmé vendredi la ministre fédérale Zakia Khattabi sur Bel-RTL.
Quatorze membres actifs du CDH menacent de claquer la porteLa Libre, politique belge
Des élus locaux écrivent au président Prévot et demandent des clarifications.
Qui sera le juge MR à la Cour constitutionnelle ? Quatre noms évoquésLa Libre, politique belge
Georges-Louis Bouchez, président libéral, doit trouver un successeur au juge Jean-Paul Moerman. Le casting.
Chambre: l'indemnité parlementaire des députés à nouveau réduite l'an prochain de 5%La Libre, politique belge
La Chambre a annoncé jeudi soir la poursuite pour l'exercice 2022 de la réduction de 5% du montant des indemnités parlementaires des députés, une mesure décidée en 2012 et qui générera une économie de près de 700.000 euros.
La Wallonie va devoir se serrer la ceinture pendant dix ansLa Libre, politique belge
Le budget 2022 respecte la trajectoire de retour à l’équilibre en 2024.
La Chambre propose Emmanuelle Bribosia comme juge à la Cour constitutionnelleLa Libre, politique belge
La Chambre a approuvé jeudi par 95 voix sur 102 la candidature à la première place d'Emmanuelle Bribosia comme juge francophone à la Cour constitutionnelle.
"Ce genre de magouilles, on mérite mieux que cela dans notre pays": De Croo hausse le ton à l'égard de l'Exécutif des musulmansLa Libre, politique belge
Le Premier ministre Alexander De Croo a haussé le ton jeudi en séance plénière de la Chambre face aux problèmes qui touchent l'Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB).
Le Covid Safe Ticket entrera en vigueur en Wallonie entre le 15 octobre et le 1er novembreLa Libre, politique belge
La ministre wallonne de la Santé Christie Morreale s'en est réjoui ce jeudi matin au micro de la Première.
Raoul Hedebouw: "La facture d’électricité est une fiche d’impôt déguisée"La Libre, politique belge
Député fédéral PTB, Raoul Hedebouw était l’interview de "Il faut qu’on parle" sur DH radio. Il critique la gestion de la crise de l’électricité que la Belgique est en train de vivre.
Caroline Désir réagit au scandale provoqué par la série "Squid Game": "Je dénonce tous les types de jeux qui mènent à des comportements violents"La Libre, politique belge
La ministre de l’Éducation condamne les événements dénoncés par l’école communale d’Erquelinnes.
Du dauphin à la battante, en passant par l'intellectuel... Qui sont les étoiles montantes de la galaxie De Wever?La Libre, politique belge
La N-VA vient de fêter ses 20 ans d’existence. De jeunes pousses émergent pour assurer l’avenir.
"La Défense n’est plus aussi robuste que nous le voudrions"La Libre, politique belge
Le grand patron de l’armée appelle l’exécutif à donner à son département les moyens de ses ambitions.
Le Parlement flamand va réduire de 5% le salaire de ses députésLa Libre, politique belge
Le chef du PVDA au parlement a voulu rappeler qu'une résolution votée en ce sens en décembre 2019 n'avait toujours pas été appliquée. L'Assemblée est alors passée à l'oeuvre.
Bart De Wever affiche son scepticisme quant à une Belgique à quatre RégionsLa Libre, politique belge
Sur Bruzz, le président de la N-VA défend les Communautés et s’interroge sur l’émergence d’une identité bruxelloise.
Dans la région de Charleroi, le MR est à la croisée des cheminsLa Libre, politique belge
Plusieurs conflits locaux doivent être réglés avant la prochaine échéance électorale.
Faut-il exclure les chômeurs qui refusent trop souvent les offres qui leur sont faites ? Pieter Timmermans donne son avisLa Libre, politique belge
Invité ce mercredi sur DH Radio, le patron des patrons estime que les organismes régionaux chargés de la politique de l’emploi doivent être plus "stricts" envers les chômeurs.
Les francophones de la périphérie bruxelloise remportent une manche décisive devant le Conseil d’ÉtatLa Libre, politique belge
Le Conseil d’État annule la décision de l’ancienne ministre Homans au sujet des préférences linguistiques en périphérie. De quoi réjouir les bourgmestres francophones des communes à facilités qui y voient la fin d’une longue saga. L’exécutif flamand répliquera-t-il ?
Après les inondations meurtrières de juillet, le fédéral veut améliorer la gestion des catastrophes naturelles: "Il nous faut une culture du sauvetage en Belgique"La Libre, politique belge
Après les inondations, le fédéral lance deux études pour améliorer la gestion des catastrophes naturelles.
Débat musclé au Parlement flamand ce mardi: le décret sur la reconnaissance des cultes crée un peu d’émoiLa Libre, politique belge
CD&V et Open VLD s’affrontent sur un décret très sensible. Le texte amendé est renvoyé en deuxième lecture.

ACTUALITES POLITIQUES ET DIVERSES (3) : RTL Infos - Belgique

News  Quitter - Actualiser - Sources - 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page
Le contrôle des populations au menu du festival des libertésRTL Infos - Belgique

(Belga) La vingtième édition du « Festival des Libertés », organisé par l'association « Bruxelles Laïque » sur le thème « Confiance, Défiance, Surveillance », aura lieu du 21 au 31 octobre au Théâtre national à Bruxelles. Cette nouvelle édition abordera notamment la très brûlante question du recours aux dispositifs de surveillance et de contrôle des populations qui ne font que s'accroître, plus encore depuis le début de la pandémie, et qui sont en train de se « normaliser », voire se « banaliser »

Par le biais de nombreux débats, de conférences, de films documentaires, de représentations théâtrales ou encore de concerts, le festival, à la fois politique, critique, artistique et festif, invite à réfléchir sur l'impact de ces mesures de « normalisation » sur le respect et l'exercice de nos droits et libertés  fondamentales :  « Quel niveau de défiance faut-il éventuellement adopter », « Comment consolider et/ou reconquérir la nécessaire confiance envers les institutions et médias et entre les citoyens eux-mêmes », telles sont notamment les questions soumises au débat..     Hormis les nombreux débats, conférences et projections de documentaires programmés, des concerts sont également prévus et notamment ceux de Catherine Ringer, qui chantera les succès des « Rita Mitsouko » (30 octobre), Roméo Elvis (28 et 29 octobre), Yasiin Bey,(23 octobre) Chilly Gonzalez (24 octobre), Caravane Palace (21 octobre), « 47Ter » (22 octobre) ou encore Selah Sue (31 octobre) . Cette manifestation est souvent qualifiée de festival des défenseurs des droits humains ; elle est animée par des agitateurs de réflexion, des amateurs de subversion, voire des brasseurs de diversité qui « tiennent compte des exigences contradictoires entre, d'une part, une tendance à la dérégulation libérale et, d'autre part, à la réaffirmation d'un pouvoir fort et répressif ».  Informations : Tél : 02-203 41 55 ou 02-289 69 00 et sites : www.festivaldeslibertes.be  ou www.theatrenational.be  . (Belga)

70% des communes refusent de donner accès aux documents préparatoires du conseil communalRTL Infos - Belgique

(Belga) La majorité des 281 communes wallonnes et bruxelloises ne semblent pas disposées à publier les projets de délibération ainsi que les notes explicatives en amont des conseils communaux, ressort-il d'une enquête menée par Le Soir et Le Vif, et publiée jeudi.

Trois mois après avoir sollicité les communes au sud du pays, ces médias constatent que l'énorme majorité d'entre elles, soit 196 sur 281, ont refusé leurs demandes ou n'y ont pas répondu. Seules 47 communes publient déjà les informations demandées en ligne. Ce sont surtout les grandes villes de plus de 50.000 habitants. Les communes restantes ont transmis les documents de juin et/ou septembre, mais ne publient pas cette information de manière automatisée. A noter qu'en région bruxelloise, 11 communes sur 19 permettaient déjà à leurs habitants de consulter le programme détaillé des prochains conseils communaux, avant le coup de sonde. En croisant les statistiques selon la couleur politique du bourgmestre, il apparaît que les communes libérales sont les plus réfractaires. Près de 80 % des entités dirigées par un bleu ont refusé les demandes, ou les ont ignorées. C'est à peine mieux côté CDH, puis ça s'améliore petit à petit quand on se dirige vers le PS, puis chez Ecolo, où l'on a essuyé "que" 40 % de refus. Suite aux questions du Soir et du Vif, une quinzaine de communes ont décidé de publier en ligne leurs projets de délibération. C'est le cas de Durbuy, Wavre, Spa, Fléron, Seraing, Sambreville, Walhain, Assesse, Honnelles, Awans, Rendeux, Les Bons Viller, en Wallonie, et Koekelberg, Molenbeek et Uccle à Bruxelles.   (Belga)

Intempéries - L'IRM place le littoral en code orange où soufflent des vents violents dans la nuitRTL Infos - Belgique

(Belga) L'Institut royal météorologique (IRM) a confirmé mercredi soir placer la Côte belge en code orange dans la nuit de mercredi à jeudi face aux vents violents qui y sont attendus.

"Le long du littoral, le vent deviendra très fort à tempêtueux en seconde partie de nuit avec des rafales de 90 à 110 km/h, voire localement 120 km/h", annonce l'institut. En outre, l'IRM s'attend à une marée de tempête sur l'Escaut maritime, de plus de 6 mètres, jeudi vers 17h00. Au littoral, une marée haute est aussi prévue le jeudi après-midi, "mais de justesse en dessous du premier seuil d'alerte". Dans le reste du pays, le code jaune reste en vigueur avec des rafales de 70 à 90 km/h dans la plupart des régions, et localement proches de 100 km/h. "Des dégâts pourront être observés par endroits et pourront être amplifiés par la présence de feuilles sur les arbres", met encore en garde l'institut. (Belga)

Coronavirus - "Préparez-vous à affronter la quatrième vague", avertit Franck VandenbrouckeRTL Infos - Belgique

(Belga) "Nous devrons tous nous serrer les coudes pour contenir la quatrième vague de la pandémie de Covid", a affirmé mercredi soir le ministre de la Santé Publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) au cours de l'émission "Terzake", sur la chaîne de télévision publique Canvas (VRT).

Le ministre a lancé un appel à porter le masque plus fréquemment et à ne pas renoncer au télétravail. À ses yeux, le gouvernement flamand (qui ne l'envisage pas jusqu'ici, ndlr) devrait être prêt à laisser les bourgmestres qui le souhaitent recourir davantage au Covid Safe Ticket. Les Régions bruxelloise et wallonne ont donné leur feu vert à un recours étendu au CST notamment dans l'horeca pour permettre le maintien des activités économiques et culturelles en dépit d'une hausse des contaminations. Frank Vandenbroucke a dit s'attendre à une forte augmentation du nombre d'infections et à une forte hausse des admissions à l'hôpital dans les prochains jours. Selon M. Vandenbroucke, il n'y a aucune raison de paniquer, mais les chiffres doivent servir de signal d'alarme. "Nous devons utiliser tout ce que nous avons à notre disposition. Il s'agit de renforcer la vaccination, il existe encore des communes où la couverture vaccinale est faible, mais aussi de porter le masque" (qui n'est plus obligatoire en Flandre, ndlr). Le ministre a également invité les personnes qui se sentent malades à rester chez elles. À ses yeux, il vaut mieux ne pas écarter trop vite le télétravail. Le ministre fédéral de la Santé a par ailleurs demandé au gouvernement flamand d'être prêt à autoriser les bourgmestres des communes du nord du pays qui le souhaitent à recourir à un usage plus étendu du CST. Le ministre Vandenbroucke espère que la Chambre donnera le feu vert avant Noël à son projet de loi visant à rendre la vaccination obligatoire dans les soins de santé, sous peine de sanction. Le texte doit encore passer sur la table du gouvernement mais, selon le Vice-premier ministre Vooruit, il est inacceptable qu'une personne qui travaille avec des malades ou des personnes âgées vulnérables refuse de se faire vacciner. (Belga)

Asile et migration - La consultation entre les syndicats de Fedasil et Sammy Mahdi a été "constructive"RTL Infos - Belgique

(Belga) La concertation entre les syndicats de Fedasil, l'agence chargée de l'accueil des demandeurs d'asile, et le secrétaire d'État à l'Asile et à la migration Sammy Mahdi (CD&V) s'est déroulée "positivement", ont déclaré mercredi la CSC et le cabinet du secrétaire d'État. Les discussions, qui portent principalement sur les conditions de travail à l'agence, se poursuivront.

Un front syndical commun rassemblant la CSC, de la CGSLB et la FGTB a organisé lundi une grève de 24 heures au centre pour demandeur d'asile du Petit-Château à Bruxelles. L'objectif était de protester contre un manque structurel de personnel qui ne permet plus aux employés de Fedasil de prendre en charge les demandeurs d'asile dignement. Selon les syndicats, le recours à des contrats temporaires renouvelés tardivement, entre autres, entrave le bon fonctionnement du centre. Mercredi, les syndicats ont rencontré Sammy Mahdi pour discuter de la situation. "Il y a eu une réunion avec le secrétaire d'État durant laquelle les problèmes concernant la gestion du personnel ont été discutés", a indiqué Kai Saillart de la CSC après la réunion. "Notre message a été compris. Le secrétaire d'État s'est engagé à poursuivre la consultation." Mme Saillart s'est dite "pleine d'espoir" que les discussions aboutissent à une solution structurelle. Le secrétaire d'État a lui aussi réagi en expliquant que la consultation avait été "constructive". "Il est logique que les contrats temporaires ne soient pas appropriés pour les postes qui ne sont pas temporaires", a-t-il reconnu. "Je comprends parfaitement la demande de meilleures conditions de travail du personnel." M. Mahdi a répété que des infirmières supplémentaires allaient être recrutées et, qu'en termes de capacité d'accueil, 5.400 places tampons allaient être créées. "Les employés de Fedasil peuvent compter sur mon engagement." On ne sait pas encore quand aura lieu la prochaine discussion entre le secrétaire d'État et les syndicats. Ces derniers doivent également rencontrer la direction de Fedasil. (Belga)

Coronavirus en Belgique: "Préparez-vous à affronter la quatrième vague", avertit Franck VandenbrouckeRTL Infos - Belgique

"Nous devrons tous nous serrer les coudes pour contenir la quatrième vague de la pandémie de Covid", a affirmé mercredi soir le ministre de la Santé Publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) au cours de l'émission "Terzake", sur la chaîne de télévision publique Canvas (VRT).

Le ministre a lancé un appel à porter le masque plus fréquemment et à ne pas renoncer au télétravail. À ses yeux, le gouvernement flamand (qui ne l'envisage pas jusqu'ici, ndlr) devrait être prêt à laisser les bourgmestres qui le souhaitent recourir davantage au Covid Safe Ticket. Les Régions bruxelloise et wallonne ont donné leur feu vert à un recours étendu au CST notamment dans l'horeca pour permettre le maintien des activités économiques et culturelles en dépit d'une hausse des contaminations. Frank Vandenbroucke a dit s'attendre à une forte augmentation du nombre d'infections et à une forte hausse des admissions à l'hôpital dans les prochains jours. Selon M. Vandenbroucke, il n'y a aucune raison de paniquer, mais les chiffres doivent servir de signal d'alarme. "Nous devons utiliser tout ce que nous avons à notre disposition. Il s'agit de renforcer la vaccination, il existe encore des communes où la couverture vaccinale est faible, mais aussi de porter le masque" (qui n'est plus obligatoire en Flandre, ndlr). Le ministre a également invité les personnes qui se sentent malades à rester chez elles. À ses yeux, il vaut mieux ne pas écarter trop vite le télétravail.

Le ministre fédéral de la Santé a par ailleurs demandé au gouvernement flamand d'être prêt à autoriser les bourgmestres des communes du nord du pays qui le souhaitent à recourir à un usage plus étendu du CST. Le ministre Vandenbroucke espère que la Chambre donnera le feu vert avant Noël à son projet de loi visant à rendre la vaccination obligatoire dans les soins de santé, sous peine de sanction. Le texte doit encore passer sur la table du gouvernement mais, selon le Vice-premier ministre Vooruit, il est inacceptable qu'une personne qui travaille avec des malades ou des personnes âgées vulnérables refuse de se faire vacciner.

L'extension du covid safe ticket définitivement validée par le parlement wallonRTL Infos - Belgique

(Belga) Le projet de décret portant sur l'extension du covid safe ticket (CST) et sur l'obligation de port du masque en Wallonie a été définitivement approuvé mercredi soir en séance plénière du parlement de Wallonie.

Au terme d'un nouveau débat, où les arguments développés la veille en commission ont à nouveau été exposés par les différents partis, la majorité PS-MR-Ecolo a soutenu le décret. Le PTB a voté contre tandis que le cdH s'est abstenu, faute notamment d'avoir obtenu des réponses précises à ses interrogations. Le CST sera d'application du 1er novembre 2021 au 15 janvier 2022, avec toutefois la possibilité d'être abandonné plus tôt si toutes les provinces wallonnes sont à un niveau d'alerte 2 durant trois semaines consécutives. (Belga)

Décès d'un Français en détention en 2016: 4 policières poursuivies pour "non-assistance à personne en danger"RTL Infos - Belgique

La chambre du conseil du Hainaut, division Tournai, a décidé de renvoyer quatre policières devant le tribunal correctionnel, pour non-assistance à personne en danger, écrit La Dernière Heure dans son édition de mercredi. Cela fait suite au décès d'un Français de 26 ans qui avait passé une nuit en détention, le 16 juillet 2016, après avoir été interpellé dans la nuit sur le site du festival de Dour sous l'emprise de la drogue.

L'homme est décédé à l'hôpital Jolimont de Warquignies après avoir passé la nuit au poste. L'autopsie avait conclu à une mort par overdose. Le Français avait commencé à délirer sous l'effet de la drogue sur le site du festival et était resté très agité lors de sa détention - se frappant notamment à plusieurs reprises contre les murs de sa cellule en hurlant - alors qu'il était sous vidéo-surveillance. La chambre du conseil estime que les quatre policières renvoyées en correctionnelle auraient dû demander l'intervention d'un médecin et qu'elles ont failli à leur tâche d'assurer la sécurité de l'individu en détention. Le dealer qui a fourni le LSD à la victime devra quant à lui répondre de détention et vente de produits illicites ayant entraîné la mort.

Brésil: accablé par des sénateurs, Bolsonaro se dit "coupable de rien"RTL Infos - Belgique

(Belga) Accusé d'avoir "délibérément exposé" les Brésiliens à une "contamination de masse" par le Covid-19 par une commission d'enquête du Sénat (CPI) qui a demandé mercredi son inculpation pour dix crimes, le président Jair Bolsonaro s'est dit "coupable d'absolument rien".

"Nous savons que nous avons fait ce qu'il fallait dès le début", a-t-il insisté, au cours d'une cérémonie officielle dans l'Etat du Ceara (nord-est). Le rapport final de la CPI, présenté mercredi, désigne pourtant le président d'extrême droite comme ayant été "le principal responsable des erreurs du gouvernement pendant la pandémie" qui a fait plus de 600.000 morts au Brésil. Outre le "crime contre l'humanité", qui pourra être jugé à la Cour Pénale Internationale de La Haye, le rapporteur Renan Calheiros a retenu neuf chefs d'accusation allant du "charlatanisme" à l'"incitation au crime" en passant par les "infractions aux mesures sanitaires" et la "prévarication".  "Le président a commis de nombreux crimes et il va payer", a déclaré le président de la CPI, Omar Aziz, à l'ouverture de la session de mercredi. Ces accusations gravissimes devraient néanmoins avoir une portée surtout symbolique pour l'heure, Jair Bolsonaro bénéficiant de soutiens au Parlement à même de lui éviter l'ouverture d'une procédure de destitution. De même, le procureur général Augusto Aras, un de ses alliés, peut faire barrage à toute inculpation. L'impact politique pourrait toutefois s'avérer désastreux pour cet ancien capitaine de l'armée, dont la popularité est déjà au plus bas. Il est à cet égard loin d'être assuré d'être réélu dans un an, tant il est largement distancé dans les sondages par l'ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva. Pour les sénateurs, les crimes cités dans le rapport sont "intentionnels", le gouvernement Bolsonaro ayant délibérément décidé de ne pas prendre les mesures nécessaires pour contenir la circulation du virus, espérant que la population atteigne "l'immunité collective", une stratégie "à haut risque", selon la CPI. (Belga)

Aucun constat d'épidémie de grippe pour le moment en BelgiqueRTL Infos - Belgique

(Belga) L'incidence des consultations chez le médecin généraliste pour syndrome grippal s'est maintenue à un niveau stable au cours de la semaine du 11 au 17 octobre, avec 73 visites médicales pour 100.000 habitants, a indiqué mercredi l'Institut de santé publique Sciensano. Une baisse significative a été constatée dans la tranche d'âge des 15-64 ans.

Une légère diminution par rapport à la semaine précédente (4-10 octobre), puisque ce chiffre s'élevait à 95 consultations pour 100.000 habitants. "À ce stade, nous ne constatons pas encore d'épidémie de grippe dans notre pays. Parmi les patients présentant des symptômes grippaux, 49% ont en fait été diagnostiqués positifs au Covid-19", a expliqué un porte-parole de Sciensano.  Pour parler d'une épidémie de grippe, il faut que le seuil épidémique - fixé cette année à 128 cas pour 100.000 habitants atteints de symptômes grippaux par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) - se maintienne pendant au moins deux semaines. En moyenne, environ 600.000 personnes sont atteintes d'un syndrome grippal chaque année en Belgique (5% de la population). Environ 50-60% de ces cas sont des cas de grippe avérés, indique Sciensano sur son site. (Belga)

Météo: de fortes rafales attendues sur l'ensemble du pays la nuit prochaineRTL Infos - Belgique

Le numéro d'appel 1722 pour des interventions de pompiers non urgentes a été activé mercredi soir par le SPF Intérieur, en réaction à une alerte jaune au vent sur l'ensemble du pays émis par l'Institut royal météorologique (IRM). Des rafales pouvant atteindre localement jusqu'à 100 km/h sont attendues dans la nuit de mercredi à jeudi.

Aux alentours de minuit, l'ensemble des provinces belges passeront en alerte jaune. Des rafales de 70 à 90 km/ h sont attendues sur la plupart des régions. Mais des coups de vent bien plus rapides (dépassant les 100 km/h) ne sont pas à exclure, pouvant provoquer des dégâts importants localement. Bruxelles Environnement a annoncé, par mesures de précaution, la fermeture des espaces verts régionaux, ainsi que des parkings de la forêt de Soignes. Des mesures que la Ville de Liège a également mises en place en restreignant l'accès au public des parcs et cimetières. La situation devrait revenir à la normale jeudi (demain) en fin de matinée.

Le 1722 a pour but d'éviter que les numéros d'urgence soient submergés par des appels pour des interventions qui peuvent toutefois attendre. En cas de dommages causés par une tempête ou de dégâts des eaux pour lesquels une assistance des pompiers est requise, il faut donc composer ce numéro. Si une vie est en danger, c'est le 112 qu'il faut joindre. Le SPF recommande également le recours au guichet électronique 1722.be, considéré comme "le moyen le plus direct de demander l'aide des pompiers dans des situations où aucune vie n'est en danger".

Un agriculteur de Grimbergen retrouve une importante quantité de cocaïne parmi ses bananes qu'il venait d'acheterRTL Infos - Belgique

Un agriculteur de Grimbergen a retrouvé mardi une importante quantité de cocaïne parmi les bananes qu'il venait d'acheter au Marché Matinal de Bruxelles. Plusieurs médias ont rapporté la nouvelle, avant qu'elle ne soit confirmée par le parquet de Hal-Vilvorde. Le dossier a été remis au parquet de Bruxelles.

L'agriculteur s'était rendu mardi matin au Marché Matinal de Bruxelles pour acheter des bananes, qu'il espérait revendre dans son magasin agricole. L'homme avait acheté dix caisses chez un marchand avant de rentrer chez lui. Lorsqu'il les a ouvertes, il a découvert que sept des dix caisses contenaient de la cocaïne, emballée dans un film plastique. L'agriculteur a immédiatement averti la police, qui s'est rendue sur place. Bien que les caisses indiquaient que les bananes venaient de Colombie, la provenance exacte de la drogue n'a pas encore pu être établie. "Vu que les caisses ont été achetées à Bruxelles, le parquet de Bruxelles a décidé de se charger du dossier", a indiqué le parquet de Hal-Vilvorde.

Luka Van den Keybus et Noah Kuavita en finale du concours généralRTL Infos - Belgique

(Belga) Luka Van den Keybus et Noah Kuavita se sont qualifiés pour la finale du concours général des championnats du monde de gymnastique, mercredi à Kitakyushu au Japon.

Lors de la première journée des qualifications mardi, Van den Keybus et Kuavita s'étaient respectivement classés aux 6e et 9e places provisoires après leur passage sur les six agrès. Van den Keybus avait totalisé 81.098 points et Kuavita 77.632 points. La suite des qualifications était prévue mercredi avec notamment des gymnastes du Japon, des États-Unis et de Grande-Bretagne. Au terme de cette 2e journée, Van den Keybus se classe 12e et Kuavita 24e, suffisant pour se qualifier pour la finale, réservée au top 24 des qualifications. Pour la première fois de son histoire, la Belgique place deux gymnastes masculins en finale du concours général lors d'un championnat du monde. Aligné uniquement sur la barre fixe et le cheval d'arçons, Maxime Gentges n'a pas réussi à se hisser en finale sur les deux agrès. Le Malmédien, qui devait finir dans le top 8 pour atteindre la finale, a terminé 14e à la barre fixe (13.900 points) et 42e au cheval d'arçons (13.033 points). La finale du concours général est prévue vendredi à 18h00 heure locale (11h00 heure belge). La Belgique s'est déplacée au Japon avec une délégation 100% masculine. (Belga)

Attention si vous prenez l'autoroute: voici les radars-tronçons qui flasheront 24h/24 et 7 jours sur 7RTL Infos - Belgique

Un projet pilote a été lancé mercredi sur 7 autoroutes en Belgique: les radars tronçons qui y sont installés flasheront les contrevenants aux limitations de vitesse 24h/24 et 7 jours sur 7, a annoncé le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, en compagnie de la ministre wallonne de la Sécurité routière, Valérie De Bue. Toute personne roulant à 129 km/h ou plus, compte tenu de la marge d'erreur technique du radar, se verra infliger une amende.

En collaboration avec la police de la route, le département de la Justice a démarré cinq projets pilotes en Wallonie et deux en Flandre. En Wallonie, ils concernent la E42 Fleurus - Jemeppe-sur-Sambre dans la direction de Namur, l'A7/E19 Seneffe - La Louvière dans la direction de Mons, l'A16/E42 Bernissart - Péruwelz dans la direction de Tournai, A54/E420 Charleroi - Pont-à-Celles dans la direction de Nivelles et l'A4-E411 Assesse - La Bruyère dans la direction de Bruxelles En Flandre, ils concernent l'E19 dans le Craeybeckxtunnel dans la direction de Bruxelles et l'E314 Lummen - Halen dans la direction de Louvain.

Ces projets pilotes s'inscrivent dans le cadre de la création du parquet central pour la sécurité routière qui doit assurer un traitement uniforme des infractions dans ce domaine. Ils permettront d'identifier avec précision la charge de travail supplémentaire réelle que cela représente pour la police et la Justice de flasher en continu et sans marge de tolérance, a expliqué le ministre dans un communiqué. Actuellement, cette marge permet d'introduire un seuil de vitesse supplémentaire pour établir un procès-verbal. À certaines heures, les radars sont en outre déconnectés pour éviter un afflux de contravention qui dépasserait la capacité du parquet. Afin de faire face au nombre accru de dossiers, le département de la Justice s'engage à renforcer la capacité de la plateforme de recouvrement numérique "Crossborder". D'ici fin 2022, 45 collaborateurs seront recrutés au niveau du ministère public et 30 collaborateurs au niveau des cours et tribunaux. La création de ce parquet doit permettre de réduire la charge administrative des parquets de police. Actuellement, 80 % des amendes routières sont des perceptions immédiates. Il s'agit le plus souvent de dossiers simples, mais qui prennent beaucoup de temps. En centralisant le traitement administratif des amendes routières, une capacité sera libérée dans les parquets de police afin qu'ils se concentrent sur les infractions les plus graves. Pour ce qui est de la police, des moyens supplémentaires sont prévus pour le constat des infractions. La procédure pour recruter 35 personnes est en cours. Par ailleurs, l'activation des radars-tronçons se poursuit. Pour le moment, 72 radars tronçons actifs sont reliés aux centres régionaux de traitement de la police. Dans les mois à venir, 36 radars tronçons supplémentaires seront activés, dont 12 en Wallonie et 24 en Flandre.

Close veut un cadre plus efficace pour lutter contre la prostitution de rueRTL Infos - Belgique

(Belga) Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close a écrit au ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, afin de lui demander un dispositif plus efficace pour lutter contre la prostitution de rue. Il souhaite recourir aux sanctions administratives communales pour faire respecter le règlement communal sur la prostitution dans sa ville.

Le gouvernement a approuvé un projet de loi réformant le Code pénal sexuel dont débat actuellement la commission de la Justice de la Chambre. Le texte prévoit notamment de sortir la prostitution de la zone grise dans laquelle elle se trouve afin, entre autres, de donner un statut social aux prostituées.  La Ville de Bruxelles tente depuis plusieurs années d'éradiquer la prostitution de rue dans le quartier de l'Alhambra. En 2017, elle a pris un règlement interdisant notamment le racolage et contenant une série de mesures pour empêcher les nuisances qui y sont liées. Conformément à une loi de 1948, les infractions à ce règlement sont sanctionnées par des peines de police. Dans les faits, le dispositif s'avère trop lourd et ne permet pas de réprimer suffisamment les personnes qui enfreignent le règlement, constate le bourgmestre.  Afin d'assurer "un suivi plus rapide et plus local des infractions constatées", M. Close suggère le recours aux sanctions administrations communales, régime reposant sur des agents sanctionnateurs communaux, et propose une modification de la loi communale en ce sens. Sur le terrain, le comité de quartier Alhambra souhaite également se faire entendre. Des auditions sont organisées au parlement sur ce thème. Les riverains estiment que le projet de loi ne tient pas suffisamment compte de la prostitution de rue dont ils combattent les nuisances au quotidien. "En tant que comité de quartier, nous avons toujours plaidé pour un cadre juridique pour les TDS (travailleurs du sexe). Cependant, la légalisation de la prostitution de rue dans les zones résidentielles est un pont trop loin pour nous", ont-ils expliqué sur leur page Facebook.  "Les nuisances ne se limitent pas aux rues où les TDS font du racolage. Elle s'installe dans les caves, les jardins, les parkings souterrains, les appartements, ... dans un large périmètre autour des hôtels de prostitution", ont-ils ajouté. (Belga)

Des policiers ont manifesté ce mercredi contre... leurs propres syndicats: "Ils négocient à notre insu"RTL Infos - Belgique

Environ 350 agents de police ont exprimé mercredi à Bruxelles leur mécontentement face au manque de clarté autour du régime de retraite, aux barèmes de salaires trop bas et aux syndicats de police politisés. Ils ont quitté la gare centrale de Bruxelles et se sont rendus vers le cabinet de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden. Ils ont aussi bloqué plusieurs carrefours.

Les protestataires ne se sentent pas valorisés ni par leurs propres syndicats, qui selon eux sont influencés politiquement, ni par le gouvernement.

"Ils négocient avec le gouvernement à notre insu et dressent un cahier de revendications sans consulter leur base", nous a expliqué Steven Vanhacht, initiateur et membre de la police fédérale judiciaire à Liège. "Je me demande aussi pourquoi il n'y a pas d'élections sociales dans les syndicats de police. Si à nos yeux ils ne sont pas assez combatifs, alors il faut les remplacer", poursuit-il.

Une autre préoccupation pour ces policiers est le nouveau budget du gouvernement, dans lequel les agents constatent à nouveau des économies. Ils demandent plus d'investissements pour rendre le métier d'agent plus attractif.

"Cela signifie qu'ils vont supprimer la retraite anticipée et personne ne sait à quel âge nous pouvons prendre notre pension. Soit dit en passant, les barèmes n'ont pas changé depuis 20 ans. C'est du jamais vu dans aucune entreprise belge", ajoute M. Vanhacht. "S'ils veulent rendre le service attractif, ils doivent aussi rendre le salaire attractif. Je ne conseillerais pas à un jeune de rejoindre la police aujourd'hui", conclut-il.

Des participants à la marche blanche se souviennent: "J'avais l'impression qu'on faisait du sur place tellement il y avait du monde"RTL Infos - Belgique

Cette marche a rassemblé plus de 300.000 personnes il y a 25 ans, venus de tout le pays pour demander plus de respect pour les victimes et une justice qui fonctionne.  Pourquoi y êtes-vous allés ? Qu'en avez-vous gardez ? Voici les témoignages de quelques participants à la marche blanche.

"C'est ma mère qui m'a dit : 'voilà, tel jour, il y a la marche blanche, on doit tous y aller, on va être solidaires, il faut qu'on soit tous réunis'. Elle m'a dit : 'Il faut faire une belle pancarte pour bien montrer tout ton amour et les soutenir surtout'. Alors moi, trop contente, on va vite acheter une grande pancarte, on va imprimer toutes les photos", raconte Nadia Belafquih, l'une des participantes.

Freddy Dewille était également présent, il se souvient : "J'avais un petite radio avec des écouteurs et j'entendais en arrivant vers Bruxelles que tout était déjà bloqué. Donc, à un moment donné, je me suis dit : 'bon ben, y'a pas d'avance, on va plutôt descendre à la gare du Midi. Et d'autres personnes qui étaient de mon coin m'ont dit par après : 'on n'a jamais su sortir des trains à la gare du Nord tellement que c'était blindé de chez blindé", explique-t-il. 

"J'ai beaucoup beaucoup beaucoup pleuré, se souvient Anne Denis, qui était aussi à la marche blanche. Il y avait une émotion déjà dans le train, il y avait une solidarité, il y avait un amour, il y avait un respect. C'était vraiment particulier".

Coralie Borghmans avait 12 ans à cette époque, elle a participé à la marche blanche avec son mouvement de jeunesse : les guides. "On a fait 4 heures là,  on a été 4 heures là et on a fait à peine 500 mètres. J'avais l'impression qu'on faisait du sur place tellement il y avait du monde", raconte-t-elle. 

"Impressionné par le nombre de personnes et puis voir toutes ces personnes habillées en blanc également, ça donnait un sentiment comme si tout était pur autour des personnes, c'était un moment très particulier", conclut David Fernandes. 

A 12 ans, Coralie a participé à la marche blanche il y a 25 ans: "Jouer dehors n'était plus possible pour nous"RTL Infos - Belgique

Il y a 25 ans, Coralie Borghmans participait à la marche blanche. A cette période, elle était seulement âgée de 12 ans et s'y était rendue avec le mouvement de jeunesse d'Auderghem. "On a décidé d'y aller en solidarité comme énormément de Belges ce jour-là",dit-elle. 

Invitée du RTL info Bienvenue, elle raconte comment elle a vécu cette période si particulière.

Vous saviez quel message vous aviez envie de passer ce jour-là?

"Oui parce que c'est quelque chose qui a fort marqué la Belgique. Je me souviens encore sur l'autoroute les photos de Julie et Melissa, c'était part

Comment s'est passée cette marche ? Comment vous l'avez vécu?

"J'ai peut-être fait 500 mètres maximum tellement il y avait de monde. Mais le plus important était d'être présent".

Vous vous êtes demandé ce qui allait se passer à votre génération ?

"Je ne me souviens plus vraiment d'avoir réfléchi à cela mais c'est vrai que des enlèvements et des viols d'enfants, avant cela, on n'en avait pas entendu parlé alors que ça arrivait aussi avant. L'affaire Dutroux, ça a été "le boum". Dans mon évolution, il faut savoir que mes parents avait une petite fille de 8 ans, ma soeur, qui avait le même âge que Julie et Melissa. Moi j'avais l'âge de Laeticia. Il faut se remettre dans l'époque. On ne sait pas comment cela s'est passé, ni qui, ni comment mais jouer dehors n'était plus possible pour nous". 

Vos parents avaient peur ou c'est vous qui aviez peur ?

"Mes parents car je n'avais pas l'impression d'avoir vécu dans la peur.  Savoir ce qu'il s'était passé oui, alors que je n'avais que 12 ans. Je pense que j'ai perdu une part de mon innocence avec cette affaire là. A 12 ans, on ne pensait pas à ce genre de choses là". 

Vos parents vous en ont parlé ? Ils sont intervenus pour que vous sortiez moins ? Pour que vous soyez plus en sécurité ?

"Oui. Les copains pouvait venir jouer à la maison mais jouer dans la rue ce n'était plus possible pendant un certain temps et puis il y a aussi mon papa m'avait acheté une boîte sonore qui faisait un bruit très fort; Si on m'approchait trop près et que j'avais peur, je devais l'actionner. Ce sont des choses que je n'aurais jamais pensé vivre à cette âge là en tout cas". 

Marche Blanche, 25 ans: "Rendre hommage à la grandeur de parents qui ont dû supporter le pire de ce qui peut arriver à des parents"RTL Infos - Belgique

Il y a 25 ans,, plus de 300.000 personnes défilaient à Bruxelles pour réclamer une justice plus efficace et apporter leur soutien aux familles de Julie, Mélissa, An, Eefje, Laetitia, Sabine ainsi qu'à tous les enfants victimes de violences. De par son ampleur, la "Marche Blanche" fera date dans l'histoire de la Belgique et précipitera, quelques jours plus tard, la mise en place d'une commission parlementaire chargée de se pencher sur les lacunes et dysfonctionnements de l'enquête sur l'affaire Dutroux. 

Ce mercredi, le Premier ministre a prononcé un discours de commémoration. En voici le contenu.

LE DISCOURS DU PREMIER MINISTRE

"La Marche blanche a été l’un des moments charnières les plus marquants de notre Histoire belge récente"

"Majesté,

Mesdames et messieurs,

"N’oublions jamais les ténèbres du passé que nous laissons derrière nous. Pas pour nous y enchaîner, mais pour garder le souvenir du chemin parcouru, de tout ce que nous avons accompli". Ce sont les propos de Nelson Mandela. Des mots qui traduisent bien les sentiments qui animent de nombreuses personnes présentes ici avec nous aujourd’hui. Avant tout, des sentiments d’injustice, d’incompréhension, de sidération face aux événements effroyables qui nous ont secoués au cours de l’été 1996. Les "ténèbres du passé", selon les mots de Mandela, qui 25 ans plus tard ne laissent toujours personne indemne.

Mais aujourd’hui, nous sommes aussi – et surtout – réunis pour rappeler le chemin parcouru et le travail accompli. Car, outre ces ténèbres, en plus de l’horreur et du manque, de la colère et de la tristesse, nous sommes également présents ici pour commémorer la grandeur. La grandeur de 300.000 personnes rassemblées lors d’une manifestation qui fut l’une des plus importantes que notre pays ait jamais connues. Un appel serein à une justice plus efficace et à une meilleure protection de nos enfants.

Mais aussi et surtout : la grandeur des parents des enfants disparus et assassinés. Au moment où tout vous avait été pris, vous avez fait preuve d’une force incommensurable. Vous avez fait comprendre à notre société et à nos institutions que les enfants attendent plus de nous. Vous l’avez fait d’une manière qui aujourd’hui encore force le respect.

Commémorer aujourd’hui les 25 ans de la Marche blanche, c’est pour moi avant tout rendre hommage à votre grandeur, la grandeur de parents qui ont dû supporter le pire de ce qui peut arriver à des parents.

Votre attitude sereine, digne et courageuse tel le battement d’ailes d’un papillon. Discret et silencieux. Mais avec quel impact ! Ce 20 octobre 1996 a été le point de départ d’un profond changement du système.

- Child Focus a vu le jour.
- Une vaste réforme de la police a été conduite.
- Des tribunaux d’application des peines indépendants ont été mis en place.
- Le parquet fédéral a été créé, tout comme l’ont été les maisons de justice et des services d’aide aux victimes.
- Les victimes ont obtenu plus de droits. Et les abus sexuels sont enfin devenus un thème majeur. Pas seulement dans notre pays mais bien au-delà de nos frontières. Enfin, ce n’était plus un tabou, quelque chose à dissimuler. Et comme souvent, ce fut le premier pas indispensable pour mettre les choses en marche.

Des années plus tard encore, c’est ce qui donnerait aux gens le courage de rendre leur histoire publique et de chercher la guérison et la justice pour eux-mêmes et pour leur entourage.

Quiconque dresse aujourd’hui la liste complète des changements peut à peine en saisir l’ampleur et comprend que la Marche blanche a été l’un des moments charnières les plus marquants de notre Histoire belge récente.

Mais l’Histoire n’est jamais finie. Le travail n’est jamais achevé.

Malgré tous ces changements positifs, nous devons continuer à œuvrer pour une meilleure protection de nos enfants tous les jours.

Car de nouveaux dangers nous guettent, notamment dans le nouveau monde en ligne. Dans ce domaine-là également, la crise du corona a été révélatrice.

Les confinements qui étaient censés nous protéger et sauver des vies ont eu l’effet inverse pour de nombreux enfants et jeunes. Non seulement une grande partie du contrôle social a disparu. Mais les enfants et les jeunes ont aussi passé plus de temps en ligne : sur TikTok, Snapchat, Instagram… et j’en passe. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi. Car pendant ces mois difficiles, cela leur a permis de garder le contact avec leurs camarades d’école et leurs amis. Mais tout ce temps passé en ligne les a aussi davantage exposés à des risques tels que le grooming, le sexting et la sextortion. Et comme souvent, ce sont les enfants et les jeunes les plus vulnérables – surtout des filles – qui en ont été les premières victimes.

Pendant la crise du coronavirus, nous avons assisté à une forte augmentation des signalements d’images d’abus sexuels de mineurs d’âge. Et le nombre de dossiers impliquant une atteinte à l’intégrité sexuelle de mineurs a été multiplié par 3 pendant la même période. Après la première vague du corona, Child Focus a tiré la sonnette d’alarme à juste titre. La lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs, tant en ligne qu’en-dehors, est ainsi devenue l’une des principales priorités de l’accord de gouvernement.

Plus tôt cette année, le Conseil des ministres a aussi donné son feu vert à le réforme du droit pénal sexuel, avec des peines plus lourdes et une meilleure protection des mineurs contre toutes les formes d’abus. Dans le nouveau droit pénal sexuel, l’implication de mineurs dans le cadre de violences ou d’abus sexuels constituera toujours une circonstance aggravante entraînant automatiquement des peines plus sévères.

Le Parlement examinera ce projet dans les semaines à venir et j’espère qu’il pourra être approuvé d’ici la fin de l’année.

Majesté,
Mesdames et messieurs,

Quiconque touche à nos enfants, touche chacun d’entre nous.

C’est ce sentiment-là qui, il y a 25 ans, a réuni 300.000 personnes en ce lieu et dans cette ville. Pour forcer le changement, en silence et dans la sérénité.

C’est ce même sentiment qui nous réunit une nouvelle fois aujourd’hui.

Et je ne doute pas que c’est encore ce sentiment qui nous donnera dans les années à venir, la force de continuer à nous battre pour une société où nos enfants pourront grandir en conservant leur innocence et leur capacité à s’émerveiller.

Je vous remercie."

Des policiers mécontents protestent devant le cabinet de la ministre VerlindenRTL Infos - Belgique

(Belga) Environ 350 agents de police ont exprimé mercredi à Bruxelles leur mécontentement face au manque de clarté autour du régime de retraite, aux barèmes de salaires trop bas et aux syndicats de police politisés. Ils ont quitté la gare centrale de Bruxelles et se sont rendus vers le cabinet de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden. Ils ont aussi bloqué plusieurs carrefours.

Les protestataires ne se sentent pas valorisés ni par leurs propres syndicats,  qui selon eux sont influencés politiquement, ni par le gouvernement. "Ils négocient avec le gouvernement à notre insu et dressent un cahier de revendications sans consulter leur base", explique Steven Vanhacht, initiateur et membre de la police fédérale judiciaire à Liège. "Je me demande aussi pourquoi il n'y a pas d'élections sociales dans les syndicats de police. Si à nos yeux ils ne sont pas assez combatifs, alors il faut les remplacer", poursuit-il. Une autre préoccupation pour ces policiers est le nouveau budget du gouvernement, dans lequel les agents constatent à nouveau des économies. Ils demandent plus d'investissements pour rendre le métier d'agent plus attractif. "Cela signifie qu'ils vont supprimer la retraite anticipée et personne ne sait à quel âge nous pouvons prendre notre pension. Soit dit en passant, les barèmes n'ont pas changé depuis 20 ans. C'est du jamais vu dans aucune entreprise belge", ajoute M. Vanhacht. "S'ils veulent rendre le service attractif, ils doivent aussi rendre le salaire attractif. Je ne conseillerais pas à un jeune de rejoindre la police aujourd'hui", conclut-il. (Belga)



Quitter - Actualiser - Les 3 dernières news - Archives 24h - Jobs et emplois - Haut de page





Vos suggestions


Agenda et recherche via Belinfos   © 2011-2021 Belinfos.be - Reproductions permises moyennant mention de la source : belinfos.be - Courriel : websoc@hotmail.com